Dans la Lumière de la Vérité

Message du Graal de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Український
Magyar
Česky
Slovensky
Livre contenant


6. Destin

Les êtres humains parlent de destin mérité ou immérité, de récompense et de châtiment, de rétribution et de karma.

Tous ces mots ne sont que des désignations partielles d’une Loi reposant dans la Création: la Loi de l’effet de réciprocité!

Cette Loi repose dans la Création entière, depuis son origine première; elle fut indissolublement tissée dans l’immense devenir qui ne finit jamais, comme partie indispensable de l’Acte créateur lui-même et de l’évolution. Tel un système géant de filaments nerveux des plus fins, elle maintient et anime le puissant univers et suscite un mouvement permanent, un éternel donner et recevoir.

C’est en termes simples et sobres, et pourtant si justes, que le grand Porteur de Vérité, le Christ Jésus, l’a déjà dit: «Ce que l’être humain sème, il le récoltera!»

Ces quelques mots donnent l’image de l’activité et de la vie dans la Création entière de façon si éclatante que cela peut à peine être dit autrement. Le sens de ces mots est tissé dans l’Être en fils d’airain. Il est immuable, intangible et incorruptible dans le perpétuel achèvement.

Vous pouvez le voir, si vous voulez voir! Commencez donc par l’observation de l’entourage qui vous est présentement visible. Ce que vous appelez les Lois de la nature, sont, oui, les Lois divines, sont la Volonté du Créateur. Vous reconnaîtrez rapidement qu’inébranlablement elles se trouvent en constante activité; car lorsque vous semez du blé, vous ne récolterez pas du seigle et si vous semez du seigle, ce n’est pas du riz qui poussera. Il y a là pour chaque être humain quelque chose de si évident qu’il n’éprouve pas le besoin d’approfondir comment cela arrive, il ne devient donc pas conscient de la rigoureuse et grande Loi qui y repose. Et pourtant, il se tient ainsi devant la solution d’une énigme qui n’a pas besoin d’être une énigme pour lui.

Or, cette même Loi que vous pouvez ici observer, s’applique aussi avec la même sûreté et la même vigueur dans les choses les plus délicates que vous ne pouvez reconnaître qu’avec l’aide de microscopes, et encore plus loin en entrant dans la partie de la matière fine de la Création entière qui est de beaucoup la plus grande. Elle repose immuablement en chaque événement, même dans le plus délicat développement de vos pensées qui possèdent, elles aussi, une certaine matérialité, puisqu’autrement elles ne pourraient produire aucun effet.

Comment avez-vous pu vous imaginer qu’il peut en être autrement précisément là où vous le voudriez? En réalité, vos doutes ne sont rien d’autre que des désirs intimes inexprimés!

Dans le monde entier visible ou invisible, il n’en va pas autrement; chaque genre reproduit son genre semblable, de quelque matière qu’il s’agisse. La même action continue se retrouve dans le fait de croître, de prospérer, de produire des fruits et d’enfanter une espèce semblable. Ce processus traverse tout de façon uniforme, il ne fait aucune différence, ne laisse aucune lacune et ne s’arrête pas devant une autre partie de la Création, mais au contraire porte ses effets comme un fil insécable sans s’interrompre ni se rompre. Même si dans son étroitesse et sa prétention, la plus grande partie de l’humanité s’est isolée de l’univers cosmique, les Lois divines ou Lois de la nature n’ont pas cessé pour autant de la considérer comme en faisant partie et continuent à travailler tranquillement de manière immodifiée et de façon régulière.

Mais la Loi de l’effet de réciprocité conditionne, en outre, le fait que l’être humain doive aussi récolter tout ce qu’il sème, donc qu’il doive récolter là où il a fourni la cause première en vue d’un effet ou d’une répercussion!

L’être humain n’a toujours que la libre résolution, la libre décision au commencement de chaque chose pour savoir dans quelle direction l’Omniforce qui flue à travers lui doit être dirigée. Il doit ensuite supporter les conséquences résultant de l’emploi de la Force qui s’active dans la direction qu’il a choisie. Malgré cela, beaucoup persistent dans l’affirmation que l’être humain n’a aucune libre volonté s’il est soumis à un destin!

Cette sottise ne peut avoir pour but qu’un engourdissement de soi-même ou la soumission rouspétante à quelque chose d’inévitable, une résignation bougonneuse, mais principalement une autodisculpation, car chacune des répercussions qui retombent sur lui a eu un commencement, et c’est dans ce commencement que réside la cause de la répercussion ultérieure pour laquelle il fallut une libre décision de l’être humain. Cette libre décision a précédé un jour chaque fonction de réciprocité, donc chaque destin! Avec un premier vouloir, l’être humain a chaque fois produit, créé, quelque chose dans lequel ultérieurement il aura tôt ou tard à vivre lui-même. Quand cela se produira-t-il, c’est très variable. Cela peut être dans la même existence terrestre, au cours de laquelle le premier vouloir en créa le début; mais cela peut tout aussi bien arriver après le dépôt du corps de matière dense pour entrer dans le monde de matière fine, ou encore plus tard dans une existence terrestre dans la matière dense. Les changements ne jouent en cela aucun rôle, ils ne libèrent l’être humain en rien. Il porte constamment les fils de liaison avec lui jusqu’à ce qu’il s’en libère, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’il en soit «détaché» par la répercussion finale qui s’effectue grâce à la Loi de l’effet de réciprocité.

Celui qui crée est lié à sa propre création, même s’il l’a destinée à d’autres!

Si donc, aujourd’hui, un être humain prend la décision de faire à un autre un mal quelconque, que ce soit en pensées, en paroles ou en actions, il a de ce fait mis au monde simultanément quelque chose; peu importe que ce soit visible ou invisible, que ce soit de matière dense ou de matière fine; ce quelque chose a en soi une force et une vie en lui qui va se développer et s’activer dans la direction voulue.

La façon dont se fait sentir l’action ou l’effet chez l’individu visé dépend uniquement de son état psychique au moment de l’attaque; elle peut lui causer de grands ou de petits dommages, elle peut être modifiée par rapport à comment c’était voulu ou peut même ne rien causer; car ce qui est uniquement déterminant pour l’individu visé par cette action, c’est son état psychique, c’est l’état psychique de l’être humain attaqué. Personne n’est donc livré à de pareilles attaques sans protection.

Il en va tout autrement pour celui qui, par sa décision et son vouloir, a fourni la cause originelle de ce mouvement, donc pour celui qui en fut l’auteur. Sa production lui demeure absolument liée et, après un périple plus ou moins long dans l’univers cosmique, du fait de l’attraction du genre semblable elle revient de nouveau vers lui chargée comme une abeille qui vient de butiner. Alors, la Loi de l’effet de réciprocité se déclenche; lors de son mouvement à travers l’univers, chaque production attire à elle divers genres semblables ou est elle-même attirée par eux, et grâce à leur union naît alors une source de force; de cette force centrale repartent des courants amplifiés de genre semblable vers tous ceux qui sont reliés par leurs propres productions comme par des cordons avec le lieu de rassemblement.

Par ce renforcement se produit aussi toujours une plus grande condensation, jusqu’à ce qu’il en résulte finalement un précipité de matière dense dans lequel l’auteur est lui-même contraint de vivre jusqu’à épuisement selon le genre voulu par lui jadis, afin d’en être enfin libéré. Telle est la naissance et le processus de devenir du destin si redouté et si méconnu! Il est juste dans le plus intime et le plus minuscule détail parce que du fait de l’attraction des seuls genres semblables, il ne peut apporter dans le rayonnement rétroactif que ce qui était réellement voulu par lui-même à l’origine. Il est indifférent que le vouloir s’adresse à un autre être humain ou qu’il soit émis de façon générale; car le développement du circuit se fera de façon tout aussi naturelle, même si l’être humain n’a pas dirigé son vouloir vers un ou plusieurs autres êtres humains et que son vouloir est vivant dans n’importe quel genre.

Le genre du vouloir pour lequel il se décide est déterminant en ce qui concerne les fruits qu’il doit récolter à la fin. C’est ainsi que d’innombrables fils de matière fine sont attachés à l’être humain, ou lui à eux, qui tous font refluer sur lui ce qu’il a voulu autrefois avec intensité. Ces courants forment un mélange qui agit constamment et fortement sur la formation du caractère.

C’est ainsi que se trouvent dans la puissante machinerie de l’univers cosmique, beaucoup de choses qui coopèrent au «devenir» de l’être humain, mais il n’est rien dont l’être humain n’ait été la cause originelle.

Il fournit les fils à partir desquels est préparé dans l’infatigable métier à tisser de l’existence, le manteau qu’il doit porter.

Le Christ exprimait clairement et rigoureusement la même chose lorsqu’Il disait: «Ce que l’être humain sème, il le récoltera!» Il n’a pas dit: «Il “peut” récolter, mais bien “récoltera”.» C’est la même chose que de dire: il doit récolter ce qu’il sème.

Que de fois n’entend-on pas des êtres humains, par ailleurs très raisonnables, déclarer: «Que Dieu puisse admettre pareille chose, est pour moi incompréhensible!»

Mais ce qui est incompréhensible, c’est que ces êtres humains puissent dire quelque chose de semblable! Combien petitement se représentent-ils Dieu par cette expression. Ils donnent ainsi la preuve qu’ils se Le représentent comme un «Dieu agissant arbitrairement».

Mais Dieu n’intervient pas directement dans tous ces grands et petits tracas humains que sont les guerres, la misère et tout ce qui est encore sur Terre. Depuis le Commencement, Il a tissé dans la Création ses Lois parfaites, lesquelles exécutent auto-activement leur incorruptible travail, de sorte que tout s’accomplit à l’épaisseur d’un cheveu près, que tout s’y déclenche d’une façon éternellement identique de telle sorte que le favoritisme en est tout aussi exclu que le désavantage, et que toute injustice demeure impossible. Dieu n’a donc pas besoin de s’en soucier particulièrement, son Œuvre est sans lacunes.

Mais une faute capitale de beaucoup d’êtres humains est de ne juger des choses que du point de vue de la matière dense, de se considérer comme le point central, ainsi que de ne tenir compte que d’une vie terrestre alors qu’en réalité ils ont déjà plusieurs existences terrestres derrière eux. Celles-ci, ainsi que les époques intermédiaires dans le monde de matière fine, valent comme une existence unitaire à travers laquelle les fils sont rigidement tendus sans se rompre de telle sorte que, par conséquent, dans les répercussions de l’existence terrestre du moment, seule une petite partie de ces fils est visible. C’est donc une grande erreur de croire qu’avec la naissance, une vie complètement nouvelle commence, donc qu’un enfant est «innocent»*(Voir l'Exposé 15, Le secret de la naissance) et que tous les événements doivent être évalués d’après la courte existence terrestre. S’il en était réellement ainsi, il faudrait évidemment que, selon la justice existante, les causes, les effets et leurs répercussions se déroulent étroitement unis dans l’espace d’une existence terrestre.

Détournez-vous de cette erreur. Dans la suite des événements, vous découvrirez alors rapidement cette Logique et cette Justice qui vous sont si souvent cachées.

Beaucoup s’en effrayent et redoutent ce qu’ils ont encore à attendre des Lois dans la répercussion des actes de jadis.

Cependant, pour ceux en qui existe un sincère et bon vouloir, ce sont là d’inutiles soucis, car dans les Lois auto-actives repose aussi simultanément la garantie assurée de la grâce et du pardon! 

Abstraction faite du fait qu’avec la ferme mise en place du bon vouloir, une limite est immédiatement fixée au point où la chaîne des mauvaises répercussions doit prendre fin, il entre encore en vigueur un autre processus qui est d’une haute importance. Grâce au constant bon vouloir dans toutes les pensées et les actions, reflue de cette source un courant de force de genre semblable, un continuel renforcement, de telle sorte que le bien se fortifie de plus en plus dans l’être humain lui-même, déborde de lui et forme d’abord autour de lui l’environnement de matière fine qui l’entoure comme une enveloppe protectrice, et ce, de la même manière que la couche d’air autour de la Terre accorde cette protection.

Si, en vue de leur déclenchement, des actions mauvaises et rétroactives de jadis refluent sur cet être humain, elles glissent alors sur la pureté de son entourage ou de son enveloppe et sont ainsi détournées de lui.

Mais, si malgré cela elles pénètrent quand même dans cette enveloppe, alors les mauvaises radiations sont ou bien aussitôt décomposées, ou bien pour le moins considérablement affaiblies, de sorte que la répercussion dommageable ne peut pas du tout avoir lieu ou alors seulement dans une mesure tout à fait infime.

En outre, par suite de la transformation effectuée, le véritable être humain intérieur sur lequel les radiations rétroactives retombent, est devenu beaucoup plus affiné et plus léger grâce au constant effort pour le bon vouloir; de cette façon, il ne se tient plus en affinité de genre avec la densité plus grande des courants mauvais ou bas. C’est comme la télégraphie sans fil lorsque l’appareil récepteur n’est pas réglé sur la même fréquence que l’appareil émetteur.

La conséquence naturelle en est que, parce qu’ils sont d’un autre genre, les courants plus denses ne peuvent pas s’accrocher et passent outre sans effet dommageable.

C’est pourquoi, à l’ouvrage sans plus tarder! Dans sa Création, le Créateur vous a tout mis dans la main. Utilisez le temps! Chaque instant qui passe contient votre perte ou votre salut.

Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact