Dans la Lumière de la Vérité

Message du Graal de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Український
Magyar
Česky
Slovensky
Livre contenant


8. L’être humain dans la création

En réalité, l’être humain ne doit pas vivre selon les conceptions actuelles, mais plutôt être davantage un être humain d’intuition. Ainsi, il pourrait former le lien indispensable à la poursuite de l’évolution de la Création entière.

Parce qu’il réunit en lui la matière fine de l’au-delà et la matière dense de l’en deçà, il lui est possible de les embrasser et de les vivre en même temps toutes les deux. De plus, il a à sa disposition un instrument qui le place à la pointe de la création de matière dense: l’intellect. Avec cet instrument, il peut diriger et, par conséquent, guider.

L’intellect est ce qu’il y a de plus élevé dans le terrestre. Il doit être le gouvernail à travers la vie terrestre, tandis que l’intuition est la force motrice qui provient du monde spirituel. Le terrain de l’intellect est donc le corps, mais le terrain de l’intuition est l’esprit.

Comme tout ce qui est terrestre, l’intellect est lié à l’espace et au temps et, en conséquence, est seulement un produit du cerveau qui appartient au corps de matière dense. Bien qu’il soit de matière plus fine que le corps, l’intellect ne pourra jamais s’activer hors de l’espace et du temps; il est encore trop dense et trop lourd pour s’élever au-dessus de l’espace et du temps. Il est donc complètement lié à la Terre.

Cependant, l’intuition et non pas le sentiment, est sans espace ni temps, elle vient donc du spirituel.

Ainsi équipé, l’être humain pouvait être intimement relié avec la matière fine la plus délicate tout en vivant et en agissant au milieu de tout ce qui est terrestre et de matière dense. Seul l’être humain est équipé de cette manière.

En tant qu’unique pont entre les hauteurs de matière fine les plus lumineuses et la matière terrestre dense, lui seul devait et pouvait offrir une saine et rafraîchissante liaison. Étant donné sa particularité, c’est grâce à lui seul que la Vie pure en provenance de la Source de Lumière pouvait descendre jusqu’à la matière dense la plus profonde et, de là, pulser de nouveau vers le haut dans la plus magnifique et harmonieuse fonction de réciprocité! Reliant les deux mondes, il se tient là, de sorte que par lui ils soient soudés en un seul monde.

Cependant, il n’a pas rempli sa tâche. Il a séparé ces deux mondes au lieu de les maintenir solidement réunis. Et c’est cela qui fut la chute dans le péché!

Grâce à cette particularité ci-dessus expliquée, l’être humain était effectivement institué pour être un genre de seigneur du monde de matière dense, parce que la matière dense est dépendante de sa médiation dans la mesure où, selon son genre, ce monde de matière dense était contraint de souffrir avec l’être humain ou pouvait, au contraire, être élevé grâce à lui, selon que les courants en provenance de la Source de Lumière et de Vie pouvaient ou non passer purs à travers l’humanité.

Mais l’être humain a ligaturé le flux de ce courant d’échange indispensable pour le monde de matière fine et pour le monde de matière dense. Ainsi qu’une bonne circulation du sang conserve le corps sain et frais, de même en est-il du courant d’échange dans la Création. Une ligature doit nécessairement apporter la confusion et la maladie qui, finalement, se dénouent par des catastrophes.

Cette grave faillite de l’être humain arriva parce qu’il n’a pas utilisé l’intellect uniquement comme un outil provenant de la matière dense, mais parce qu’il s’y est totalement soumis et l’a placé comme souverain au-dessus de tout. Il s’est fait ainsi l’esclave de son outil et est uniquement devenu cet être humain d’intellect qui met tout son orgueil dans son être de matérialiste!

Tandis que l’être humain se soumettait complètement à l’intellect, il s’enchaîna lui-même à toute la matière dense. De même que l’intellect ne peut rien concevoir qui soit au-dessus de l’espace et du temps, il en est naturellement de même pour celui qui se soumet totalement à lui. Son horizon, donc sa capacité de compréhension, se rétrécit à la mesure de la capacité limitée de l’intellect. De ce fait, la liaison avec la matière fine fut rompue et un mur s’éleva, lequel devint de plus en plus épais. Dès lors, il va de soi que la Source de Vie, la Lumière Originelle, Dieu, étant bien au-dessus de l’espace et du temps et qui se tient encore bien plus haut au-dessus de la matière fine, se trouva hors de tout contact du fait de cet attachement de l’intellect. Pour cette raison, il est absolument impossible au matérialiste de reconnaître Dieu.

Le fait de manger du fruit de l’arbre de la connaissance n’est rien d’autre que le symbole de la culture intensive de l’intellect. La scission avec la matière fine qui s’y trouve liée entraîna ainsi comme conséquence naturelle la fermeture du Paradis. En s’abaissant complètement vers la matière dense par l’intellect, les êtres humains s’exclurent eux-mêmes du Paradis, ils s’avilirent et forgèrent de leur plein gré les chaînes de leur servitude.

Mais où cela a-t-il conduit? Les pensées purement matérialistes, entièrement rattachées et liées à la Terre, avec toutes leurs manifestations secondaires telles que la folie du gain et de l’intérêt, le mensonge, le vol, l’oppression et le reste, devaient forcément entraîner l’inflexible Loi de la fonction de réciprocité; celle-ci se manifesta d’abord spirituellement, puis passa aussi dans la matière dense, forma le tout en conséquence, poussa les êtres humains et se déchargea finalement sur l’ensemble par... l’anéantissement!

Comprenez-vous maintenant que les événements des dernières années devaient arriver? Que cela continuera encore jusqu’à l’anéantissement? Un Jugement du monde en conformité avec les Lois karmiques ne peut être évité. C’est comme un orage qui d’abord se condense, puis doit enfin se décharger en apportant la destruction. Mais ce sera simultanément la purification!

L’être humain n’a pas servi de lien entre les parties de la matière fine et de la matière dense de la Création comme cela était indispensable qu’il soit; il n’a pas laissé circuler de part en part l’indispensable courant d’échange constamment rafraîchissant, vivifiant et promoteur, mais il a au contraire séparé la Création en deux mondes, se soustrayant ainsi à son rôle d’agent de liaison en s’enchaînant complètement à la matière dense, de sorte que les deux parties cosmiques devaient peu à peu tomber malades. La partie qui dut être complètement privée du Courant de Lumière ou qui ne le reçut que trop faiblement par l’intermédiaire des quelques êtres humains qui maintenaient encore la liaison fut naturellement beaucoup plus lourdement atteinte. Ainsi, la matière dense se précipite au-devant d’une crise effroyable et en un court laps de temps sera secouée par un puissant frisson de fièvre, jusqu’à ce que tout ce qui est malade en elle soit consumé et qu’elle puisse enfin guérir grâce à l’afflux d’un nouveau et abondant Courant en provenance de la Source Originelle.

Mais qu’est-ce qui sera donc consumé?

La réponse réside dans l’événement naturel lui-même: grâce à la force créatrice qui vit en elle, chaque pensée intuitivement ressentie prend aussitôt une forme de matière fine particulière correspondant au contenu de la pensée; celle-ci demeure constamment reliée à son auteur comme par un cordon, en est détournée, s’éloigne de lui par la force d’attraction du genre semblable de la matière fine, et circule à travers l’univers cosmique avec les courants qui le traversent constamment et qui suivent une course en forme d’œuf, comme tout ce qui est dans la Création. Arrive alors le moment où les pensées ayant pris vie et réalité dans la matière fine refluent vers leur origine et point de départ, augmentées des genres semblables attirés en chemin puisque, malgré leur périple, elles restent en liaison avec leur auteur; elles reviennent pour se décharger, se déclencher.

Lors de l’achèvement final, maintenant imminent et dont le cercle est fermé, l’anéantissement atteindra donc en premier lieu ceux qui par leurs pensées et leurs intuitions, en furent les auteurs et les continuels pourvoyeurs; autrement dit les matérialistes. Que la violence dommageable qui retombe atteigne des cercles encore plus étendus et saisisse en les effleurant des genres qui n’ont que de rares points d’affinités avec eux est inévitable!

Mais par la suite, les êtres humains accompliront alors le rôle qu’ils doivent jouer dans la Création. Ils seront le maillon de liaison, et grâce à leur capacité, ils puiseront à partir du spirituel et se laisseront guider par conséquent par l’intuition purifiée pour la transmettre dans la matière dense, autrement dit, dans le terrestre. Ils utiliseront leur intellect et leurs expériences antérieures simplement comme un instrument grâce auquel, en comptant avec tout ce qui est terrestre, ils pourront transposer ces intuitions pures dans la vie de matière dense, de sorte que la création de matière dense entière sera constamment activée, épurée et élevée. Grâce à cela, ce qu’il y a de sain dans la matière dense pourra aussi refluer dans la matière fine et naîtra ainsi un monde nouveau, unifié et harmonieux. En accomplissant réellement leur mission, les êtres humains deviendront les créatures nobles et accomplies si ardemment désirées, car en prenant leur véritable place dans la grande Œuvre de la Création, ils acquerront de toutes autres forces que celles qu’ils ont pu acquérir jusqu’ici, et y trouveront continuellement satisfaction et félicité.

Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact