Dans la Lumière de la Vérité

Message du Graal de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Український
Magyar
Česky
Slovensky
Livre contenant


66. Matière dense, matière fine, radiations, espace et temps

Beaucoup de questions ont surgi au sujet du concept de mes expressions: matière dense et matière fine. La matière dense: c’est tout ce que l’être humain peut voir avec ses yeux terrestres, ce qu’il sent, ce qu’il entend sur Terre et tout ce qu’il pourra encore voir par les découvertes ultérieures... Citons à titre d’exemple tout ce qui est vu par le microscope. La matière dense n’est qu’un genre déterminé de la matière. Le grand domaine de la matière englobe dans sa totalité plusieurs genres qui sont tout à fait différents les uns des autres et qui ne peuvent donc jamais se mélanger l’un à l’autre.

Les différents genres de la matière se trouvent l’un au-dessus de l’autre à partir du point le plus bas ou le plus à l’extrémité de la Création. De même, la Création entière commence en haut par le genre le plus léger et, en descendant, finit par le genre le plus lourd, le plus dense. Tous ces genres de la matière servent exclusivement d’aides pour le développement de tout ce qui est spirituel, qui y plonge, comme dans un terrain fertile en tant que germe, exactement comme un grain de semence a besoin de la Terre pour la germination et la croissance.

La matière, dans ses couches particulières, est inactive et sans secours par elle-même. C’est seulement lorsqu’elle est transpénétrée et liée par l’essentialité qui règne au-dessus d’elle, qu’elle reçoit chaleur et vie et qu’elle sert d’enveloppes ou de corps aux formes et genres les plus divers.

Ainsi que je l’ai déjà dit, les différents genres de la matière ne peuvent pas se mélanger, mais grâce à l’essentialité, ils se lient et se relient ainsi de multiples fois. Dans cette liaison et cette alliance naissent alors chaleurs et irradiations. Chaque genre particulier de matière engendre alors sa propre irradiation, laquelle se mélange aux irradiations des autres genres reliés à lui; il résulte de l’ensemble une couronne de radiations que l’on connaît déjà aujourd’hui et que l’on appelle tout simplement aura ou encore irradiation. C’est ainsi que chaque pierre, chaque plante, chaque animal possèdent son irradiation que l’on peut observer et qui est complètement différente selon l’état du corps, donc selon l’état de l’enveloppe ou de la forme. C’est aussi pourquoi les perturbations dans la couronne de radiation permettent de reconnaître les points malades de l’enveloppe.

La couronne de radiation donne donc à chaque forme un entourage spécial qui constitue une protection défensive et aussi un pont pour l’entourage plus éloigné. De plus, elle pénètre aussi à l’intérieur pour participer au développement du noyau de l’être dans le sens le plus vaste; en réalité, il y a encore beaucoup de choses qui font partie du véritable fonctionnement de la Création, mais je ne dois les développer que lentement et pas à pas afin de faciliter aux chercheurs sérieux l’accession aux Lois de la Création.

À moins d’être pénétrée par l’essentialité, la matière n’est rien. Ce que nous avons considéré jusqu’à présent n’était que la liaison de l’essentialité avec les différents genres de la matière. Et c’est cela seul qui, de nouveau, fournit le terrain pour l’esprit. L’essentialité lie, relie et vivifie le matériel, mais l’esprit le domine avec l’essentialité. Conformément à la nature, aussitôt que l’esprit, donc le spirituel, plonge en vue de son évolution dans cette matière liée et vivifiée par l’essentialité, cette matière ainsi que l’essentialité sont soumises à l’esprit.

La maîtrise est ainsi accordée au spirituel de la manière la plus naturelle. Il est triste qu’il l’utilise mal ou faussement! L’outil véritable de l’esprit en vue de son évolution dans la matière, ce sont les irradiations dont nous venons de parler. Ce terrain pour l’évolution de l’esprit est déjà soigneusement préparé par l’essentialité avant même qu’il y pénètre. Les enveloppes se referment auto-activement en le protégeant et son devoir consiste à utiliser l’outil qui lui est confié de façon juste pour son bien et son ascension, mais non pour son malheur et sa chute.

Il n’est pas difficile de comprendre que le genre de matière qui forme l’enveloppe de l’esprit et qui domine entre en ligne de compte pour le genre du mélange des radiations; car l’irradiation du genre de matière la plus prononcée prédominera naturellement toujours. Ce qui prédomine est ce qui influence le plus à l’intérieur et à l’extérieur.

Le mélange des radiations a une bien plus grande signification que l’humanité ne l’a découverte jusqu’à présent. On n’a pas encore pressenti la dixième partie de sa véritable tâche.

La constitution de la couronne de radiations entre en ligne de compte pour la force des ondes qui doit recueillir les vibrations provenant du système de radiations de l’univers entier. Que l’auditeur ou le lecteur ne passe pas ici à la légère là-dessus; qu’il l’approfondisse et il verra ainsi subitement s’étaler devant lui tous les cordons nerveux de la Création qu’il doit apprendre à évaluer et à utiliser.

Qu’il se représente la Force Originelle répandue avec tout son rayonnement sur l’Œuvre de la Création! Elle flue à travers elle, à travers chaque partie et chaque genre. Et chaque partie et chaque genre la retransmettent modifiée dans son rayonnement. La constitution différente des parties de la Création provoque une modification de la radiation originelle et elle en modifie aussi la couleur. C’est ainsi que la Création entière présente la merveilleuse image des radiations de couleurs les plus magnifiques telles qu’aucun peintre ne pourrait les rendre. Chaque partie de la Création en soi, chaque astre et même chaque corps individuel, si petit et si minuscule soit-il, équivaut à un prisme finement poli qui reflète chaque rayon qu’il reçoit en le renvoyant sous d’autres multiples couleurs. À leur tour, les couleurs provoquent un tintement sonore qui résonne tel un bruissant accord. Ce ne sont pas les sons qui ont des couleurs, mais les couleurs qui ont des sons, c’est-à-dire les couleurs des radiations et non les couleurs mortes employées par la main humaine; mortes en comparaison des couleurs de radiations.

L’esprit humain se tient en face de ce puissant Royaume de radiations avec son équipement d’irradiations provenant des enveloppes qui lui ont été données. Jusqu’à l’éveil de la force sexuelle, le processus est comme pour un nourrisson. Par leurs irradiations, les enveloppes matérielles n’aspirent que ce qui leur est nécessaire pour mûrir. Toutefois, avec l’arrivée de la force sexuelle, l’esprit est parfaitement équipé, les portes sont ouvertes et la liaison directe se fait. L’esprit établit alors un contact renforcé et multiplié avec les puissantes irradiations du grand univers!

Selon la manière avec laquelle l’être humain, donc l’esprit, développe et dirige les couleurs de ses propres irradiations, de la même manière il règle, comme pour la radio, ses propres ondes sur les couleurs identiques et recueille ainsi celles de l’univers cosmique. Recueillir peut tout aussi bien se dire ainsi: attirer ce qui est identique à la force d’attraction des affinités. Peu importe comment cela est désigné, le processus demeure en soi le même. Les couleurs ne désignent en effet que le genre et le genre donne la couleur. C’est là que repose aussi la clef qui a été perdue du véritable art royal, l’astrologie, ainsi que la clef de la profonde thérapeutique des herbes, de l’art controversé du magnétisme guérisseur physique et spirituel, la clef de l’art de vivre, ainsi que celle de l’échelle de l’ascension spirituelle. Car avec l’échelle graduée, c’est-à-dire l’échelle du ciel, il n’est signifié rien d’autre qu’un simple instrument dont on doit se servir. Les mailles de ce réseau des irradiations dans la Création sont les échelons de cette échelle. Tout y repose, le Savoir intégral et l’ultime Secret dans la Création.

Chercheurs, saisissez les mailles de ce réseau de radiations! Consciemment, mais en un bon vouloir, en reconnaissant humblement votre Dieu qui donna cette merveilleuse Création que vous pouvez maîtriser comme un jouet d’enfant, si vous savez vouloir sincèrement et si vous rejetez toute prétention au savoir. Il faut d’abord vous débarrasser de cette fausse charge qui pèse sur vos épaules, sur votre esprit, sinon vous ne pourrez pas vous redresser et vous libérer.

Dans le mélange des radiations du corps humain doit régner l’harmonie absolue afin de donner à l’esprit pour sa protection, son évolution et son ascension, des moyens de valeur, lesquels lui sont destinés au cours d’une évolution normale dans la Création. Par le choix de la nourriture, de l’activité du corps et de façon générale par toutes les conditions de la vie, ces radiations furent unilatéralement déviées, ce qui exige une nouvelle mise au point pour que l’ascension soit possible. Aujourd’hui, tout est malade. Rien ne peut être dit normal.

L’être humain peut simplement se représenter l’influence qu’a le choix des aliments sur son système d’irradiations. Grâce au choix des aliments, en vue de la nourriture du corps, il peut aider à son équilibre en fortifiant ou en diminuant mainte chose, en rectifiant l’influence d’un élément prédominant, suivant que son action agit de manière favorable ou défavorable, de sorte que la radiation qui lui est favorable devienne dirigeante et aussi normale.

Cependant, tout ceci ne peut ni conditionner ni provoquer l’ascension elle-même, mais offre uniquement le terrain favorable pour la pleine activité de l’esprit; c’est au vouloir qu’il est réservé de déterminer le chemin vers le haut, vers le côté ou vers le bas.

Le corps doit se renforcer comme l’esprit dès que l’on est capable d’y faire attention. Mais aujourd’hui, presque partout on pèche gravement par ignorance en cette matière.

Lorsque je parle de matière dense et de matière fine, il ne faut pas en conclure que la matière fine est un affinement de la matière dense. La matière fine est d’une nature totalement différente, elle est d’une autre constitution. Elle ne pourra jamais devenir matière dense, mais elle forme un degré de transition vers le haut. Pour la matière fine comme pour la matière dense, il n’est question que d’une enveloppe qui doit être liée par l’essentialité et vivifiée par elle.

Dès que j’en viens à ces Lois, je dois mentionner que les subdivisions sont loin d’être épuisées. Aussi, je veux dès aujourd’hui faire connaître qu’en dehors des éléments de spiritualité et d’essentialité, conscients et inconscients, qui animent les différents genres de la matière, il existe encore des courants de force de différents genres qui parcourent la Création et qui, selon leurs genres, contribuent de façon tout aussi variée à l’évolution et à la promotion. À leur tour, ces courants de force ne constituent que le prolongement immédiat de l’activité de la spiritualité et de l’essentialité ou, plus exactement, sont ce qui prépare leur champ d’action en les précédant. Il y a encore plus de subdivisions, beaucoup plus, dès que nous allons plus avant et que nous entrons dans les détails.

L’un s’ajoute à l’autre en progressant afin de produire toujours de nouvelles gradations par la liaison avec ce qui existe préalablement. Tout s’explique logiquement; car après la première Création il ne pouvait naître que ce qui était logique. Rien d’autre n’existe. Et c’est ce qui donne une claire vue d’ensemble et la garantie absolue d’une solution sans lacunes de tous les problèmes. Dans mes exposés, j’en offre maintenant la clef! Chaque auditeur peut alors ouvrir lui-même la porte de la Création entière.

Mais tout dévoiler en une seule fois exigerait un texte dont la diversité pourrait embrouiller les êtres humains. Si comme jusqu’à présent je laisse tranquillement ressortir une chose de l’autre, au cours des décennies à venir, il sera alors facile de me suivre et d’embrasser clairement le tout tranquillement et consciemment d’un seul coup d’œil. Ce sera facile pour celui qui voudra me suivre jusque-là. Mais pour commencer, avant d’en mentionner tous les détails, je veux d’abord éclairer les bases fondamentales les plus solides de la Création.

Voilà ce qui arriverait à l’auditeur et au lecteur, ainsi qu’à toute créature à qui je montrerais d’abord le squelette d’un être humain et ensuite, à côté, un être humain vivant dans sa pleine force et son activité. Si cette créature n’avait encore aucune notion de l’être humain, elle ne reconnaîtrait pas plus le squelette dans l’être humain vivant et dirait même que l’un n’appartient pas à l’autre et qu’ils ne sont pas identiques. C’est exactement ce qui va se passer pour ceux qui ne me suivent pas tranquillement jusqu’à la fin de mes explications. Celui qui ne cherche pas dès le début à comprendre avec le zèle le plus sérieux, ne pourra pas alors saisir la Création entière lorsque j’en arriverai aux derniers éclaircissements. En cette matière, il ne doit essayer de me suivre que pas à pas.

Puisque je devais parler à grands traits, je vais maintenant passer lentement aux choses nouvelles, sans quoi je ferais de trop grands bonds. De toute façon, il m’a souvent été dit que je n’offrais en tout que des résumés difficilement compréhensibles pour la grande masse. Je ne peux cependant pas faire autrement si je veux apporter encore tout ce que j’ai à dire. Autrement nous devrions nous arrêter au quart, étant donné que pour des explications plus larges une vie terrestre entière suffirait à peine. Il en viendra d’autres qui, à partir de chacun de mes exposés, pourront écrire un ou même plusieurs livres. Présentement, je ne peux pas m’attarder davantage.

Comme je le disais, puisque la matière fine est d’un autre genre que la matière dense, il en découle quelque chose que je n’ai pas encore mentionné jusqu’ici. Pour ne pas embrouiller, j’ai utilisé jusqu’ici en maintes choses des expressions populaires que je dois maintenant élargir. Il en est ainsi de l’expression: «Se tenant au-dessus du temps et de l’espace!»

Cela concernait toujours le supraterrestre. En vue d’une progression, nous devons à partir d’aujourd’hui dire: la vie dans la matière fine se tient «au-dessus des notions terrestres d’espace et de temps»; car dans la matière fine il y a aussi une notion d’espace et de temps, mais d’un autre genre, adapté à la matière fine. La notion d’espace et de temps réside même dans la Création entière, cependant elle est toujours liée au genre déterminé! La Création elle-même a ses limites; en conséquence, la notion d’espace vaut aussi pour elle.

Ainsi, toutes les Lois fondamentales qui traversent la Création entière d’une façon unificatrice, sont toujours influencées dans leurs répercussions par le genre respectif de chaque création et sont dépendantes de leurs particularités. C’est pourquoi les conséquences d’une Loi déterminée doivent aussi se montrer différentes dans les différentes subdivisions de la Création; c’est pourquoi cela a aussi conduit à de graves incompréhensions, à des contradictions et à des doutes quant à l’unicité des Lois de la Création ou de la Volonté divine, et aussi à la croyance à des actes arbitraires de la part du Créateur. Au fond, tout cela ne reposait et ne repose encore que dans l’ignorance de l’être humain au sujet de la Création elle-même.

Je reviendrai plus en détail sur ces choses-là beaucoup plus tard, car aujourd’hui cela pourrait détourner et troubler l’attention des auditeurs et des lecteurs. Je les aborderai dès que ce sera utile pour une compréhension plus étendue. Il ne subsistera aucune lacune.

Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact