Dans la Lumière de la Vérité

Message du Graal de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Український
Magyar
Česky
Slovensky
Livre contenant


91. Et cela s’est accompli..!

Violentes, étaient les vagues de l’injustice au temps des pharaons. L’immoralité, le crime triomphaient, et l’esclavage d’Israël avait atteint son apogée.

Alors, Abdruschin posa le pied sur cette Terre! Le premier pas fut ainsi fait par la Lumière pour le sauvetage de ces âmes humaines qui, avec nostalgie, voulaient aspirer au-devant de la Lumière! La grande détresse des Juifs les avait tellement purifiés, les capacités de leurs âmes s’étaient développées si finement par les tourments de l’oppression que, parmi les êtres humains d’alors, ils étaient devenus les seuls capables de percevoir les vibrations qui descendent des hauteurs lumineuses jusque dans la profondeur.

Les vibrations étaient et sont toujours là. Cependant, sur la Terre, il n’y avait pas d’êtres humains pour s’efforcer de les accueillir. Seule la détresse la plus remplie de tourments avait, après un long temps, ébranlé et assoupli les âmes des Juifs réduits en esclavage, de sorte qu’ils purent enfin ressentir intuitivement les vibrations plus fines du cosmos et, ainsi prit naissance en eux le désir de se rapprocher de Dieu; désir qui s’éleva finalement en un fervent élan d’ardente supplication.

À ce cri d’appel au secours plein de nostalgie vers la Lumière, une fonction de réciprocité ne fit pas défaut. Aussi longtemps que ces êtres humains avaient tenu leurs pensées et leurs intuitions tournées vers la Terre, évidemment rien d’autre non plus ne pouvait refluer vers eux, de par la fonction de réciprocité. Cependant, après qu’ils aient enfin dirigé leur regard vers la Lumière, avec une volonté sincère et réellement emplie d’humilité, alors aussi, dans la fonction de réciprocité, le Courant de la Lumière put s’écouler avec plus de Force dans leurs âmes. Le cri de détresse du peuple souffrant fut ainsi entendu. Le Sauveur vint!

Il vint dans l’Accomplissement de la Volonté divine de Laquelle Il était issu. De ce fait, c’est une Loi incontournable que partout où Il passe, l’hostilité doive surgir en ces endroits où quelque chose se dresse contre la juste Volonté de Dieu, mais aussi, que la paix la plus pure et le bonheur s’épanouissent, là où la justice, dans le véritable sens du mot, constitue une partie de la vie.

Comme autrefois, Abdruschin porte actuellement en Lui la Volonté divine d’où partent les Lois dans la Création, parce qu’Il est la Volonté divine devenue Homme. Aussi, par sa seule Présence, Il peut déclencher toutes les Actions finales des Lois spirituelles dans la Création.

Pour chaque être humain particulier comme pour les peuples entiers, le déclenchement se produira toujours selon ce que comporte la fin du chemin respectif qu’ils auront eux-mêmes choisi, c’est-à-dire qui correspond exactement au genre de l’orientation qu’ils avaient déjà librement choisie. Cette direction incline-t-elle vers les ténèbres, alors il s’ensuivra inévitablement l’horreur; mais cette direction aspire-t-elle à la Lumière, alors cela apportera bonheur et joie. Et si le chemin vers cette fin s’étend encore bien loin devant les âmes humaines de sorte qu’elles s’imaginent avoir du temps, beaucoup de temps pour prendre une dernière décision valable... si Abdruschin, en tant qu’une Partie de la vivante Volonté de Dieu marche au milieu d’elles, alors la conclusion de tous les chemins est, sans transition, automatiquement et rapidement amenée comme l’effet d’une Loi naturelle, et c’est en cela que repose le Dernier Jugement!

De par la puissance magnétique irradiante d’Abdruschin, la fin se précipite vers le déclenchement, de sorte que l’âme humaine ne peut plus, comme jusqu’ici, poursuivre son chemin mais doit au contraire, recevoir immédiatement comme fruits ce qu’elle a semé, de sorte que les œuvres de toutes les âmes passent aussi en Jugement. Elles s’épanouissent aussitôt qu’elles sont conformes à la Volonté de Dieu ou bien elles s’effondrent sur elles-mêmes si elles ne se trouvent pas en plein accord avec cette Volonté de Dieu. En font partie toutes les activités à commencer par la famille et le mariage, jusqu’à l’activité professionnelle, que ce soit dans les métiers, l’industrie, dans le commerce, dans les affaires de l’économie ou de l’État, peu importe, tout cela est immédiatement soumis au rapide déclenchement des Lois spirituelles, selon la Justice divine. L’être humain n’en peut rien arrêter ni différer, rien dissimuler ni masquer. Impuissant, il doit supporter ce que le vrai droit exige même si cela ne se montre pas conforme à ses conceptions terrestres!

La Volonté divine devenue Homme est comme un contact vivant qui fait naître l’étincelle «allumant» un dénouement, et ce contact touche toujours l’être humain, lors de son existence terrestre, comme le peuple entier. Son existence contraint le Règlement des comptes, et partout il y a obligation de hâter la décision, la dernière qui soit encore possible pour tout ce qui existe.

Ainsi ABDRUSCHIN devient le Jugement partout où Il arrive sans avoir Lui-même besoin de juger en cela. Il est, de par son Origine, comme une Clef autoactive pour la clôture de tout événement, comme le Glaive qui n’a qu’à se placer dans le monde et sur Lequel chacun et aussi chaque chose se sépare!

Étant donné que l’injustice des Égyptiens de cette époque vis-à-vis de la souffrance du peuple juif cria jusqu’en Haut, jusqu’à la Lumière, Abdruschin, donnant suite à cette plainte, précéda le Fils de Dieu pour apporter aux Égyptiens le Jugement, afin que le peuple juif devienne libre, pour pouvoir un jour, purifié par le tourment, accomplir l’Appel selon lequel, en tant que peuple alors le plus mûr, il accueillerait le Fils de Dieu lorsque le temps en sera venu!

C’est ainsi que vint l’Envoyé pour le Jugement de Dieu sur la Terre, en un Prince du plus puissant des peuples voisins des Égyptiens. Comme Prince des Arabes, Il portait le nom d’Abdruschin. Dans son sens ce nom est synonyme de: Fils du Saint-Esprit.

Il sortait et entrait souvent dans le palais du Pharaon, et y apporta, de ce fait uniquement, le déclenchement des Lois spirituelles pour tout le peuple. Ce n’est que de cette manière que Moïse put, à cette époque, annoncer tous les châtiments qui s’accomplirent rapidement! Cet Accomplissement vint par Abdruschin qui, en tant que Fragment de la Volonté divine vivante, devait apporter la Justice compensante sur Terre dans le déclenchement autoactif des Lois spirituelles dont la conséquence se manifeste aussi dans la matière dense.

Le peuple des Égyptiens, dans son injustice et son immoralité, fut ainsi durement frappé et jugé par la Volonté de Dieu, et le peuple juif fut libéré par là en vue de son ascension, vers l’Accomplissement de l’Appel à préparer, en son sein, par une maturité croissante, le terrain pour l’accueil du Fils de Dieu sur la Terre.

Ceci fut le commencement d’un cycle qui recèle en soi un puissant événement et qui, avec le retour d’Abdruschin sur cette Terre, doit se boucler! La possibilité d’ascension vers des hauteurs insoupçonnées fut ainsi déposée pour l’humanité.

À cette époque-là, Abdruschin avait, entre autres, soumis un peuple très évolué d’origine indienne. Parmi celui-ci, il y avait un voyant auquel, précisément à cause de la présence d’Abdruschin, de hautes révélations pouvaient échoir. La tâche du voyant aurait alors été de faire connaître ces révélations, puisqu’elles auraient aidé les êtres humains à s’élever spirituellement, plus facilement et plus rapidement. Mais, au lieu de cela, il se retira complètement en lui-même, s’éloigna des humains et valorisa pour lui seul son Savoir extraordinaire, comme beaucoup de voyants le font encore aujourd’hui. De nos jours également, ceux qui savent ou ceux qui sont devenus des initiés se replient souvent sur eux-mêmes ou se coupent même de tous les êtres humains, selon que cela leur est possible, parce qu’ils craignent de ne pas être compris ou même d’être raillés. Souvent, aussi, pour jouir de leur Savoir et s’en enivrer.

Cependant, un tel comportement est faux. Celui qui reçoit un plus grand Savoir doit le transmettre pour aider les autres ainsi; car lui aussi l’a eu en cadeau. Il n’aurait pas pu l’acquérir. En particulier, la réception de révélations oblige. D’habitude, cependant, ce sont uniquement ceux qui ne voient que des choses sans valeur pour les autres qui se vantent à travers le monde et nuisent ainsi à ceux qui sont réellement devenus des initiés, parce que de prime abord, on les jette tous ensemble dans le même panier et qu’on ne leur attribue aucune valeur. C’est aussi pour ces motifs que se taisent beaucoup d’initiés qui, sans cela, parleraient.

C’est ainsi que le voyant de ce temps-là, lui aussi, faillit à sa véritable tâche. Il était là lorsque l’on déposa dans le tombeau l’enveloppe terrestre mortelle d’Abdruschin. Mais alors, une puissante contrainte le saisit, et dans l’inspiration la plus haute, il grava sur une grande pierre dans le sépulcre tout ce qui est arrivé en commençant par l’Origine divine d’Abdruschin, ses Missions au cours de sa pérégrination à travers les mondes, jusqu’à sa Réunification avec le Divin, et sa Mission finale. L’inscription dans la pierre englobe aussi l’époque actuelle avec tous les événements.

La pierre tombale d’Abdruschin, encore cachée aujourd’hui aux regards des êtres humains curieux, porte aussi le même signe que la pierre tombale qui recouvre les ossements que portait le Fils de Dieu sur Terre. Le dévoilement de ce fait aux yeux humains demeure encore réservé à une Heure d’Accomplissement terrestre. Cependant, ce moment n’est pas loin.

— — —

Le début du cycle commença à vibrer. L’événement se déroula. Le Fils de Dieu vint sur la Terre comme couronnement pour le Salut volontaire de l’humanité et de la Création entière.

Cependant, les êtres humains n’accueillirent pas ce Salut. Avec le début du bien-être terrestre, s’accrut aussi la négligence spirituelle qui ôta toute finesse au ressentir et, comme en étant la conséquence immédiate, fit proliférer l’orgueil humain qui, comme une étouffante broussaille d’épines toujours plus dense, se déposa autour de l’âme humaine, la coupant de toutes les vibrations qui descendent des hauteurs lumineuses.

Ainsi, le Message issu de la Lumière, apporté par le Fils de Dieu, ne trouva-t-il que peu d’écho dans les âmes humaines de nouveau si enserrées et si bornées. Le grand Porteur de Lumière, jugé importun pour eux, fut assassiné.

À cette époque, l’occasion de réparer sa faillite d’autrefois fut aussi donné au voyant indien de l’époque terrestre d’Abdruschin. Par grâce, il fut de nouveau terrestrement incarné en tant que Gaspard, l’un des trois Rois mages de l’Orient, qui avait reconnu l’Étoile et rendu visite à l’enfant. Il eut de ce fait la possibilité de dénouer le destin dont il s’était chargé par son silence à l’époque d’Abdruschin; car la Mission d’Abdruschin est en rapport étroit avec la Mission du Fils de Dieu. Mais cette fois encore, il faillit avec les deux autres Rois mages. Leur mission ne consistait pas seulement à faire le voyage jusqu’à Bethléem pour offrir des cadeaux à l’enfant une seule fois, puis de disparaître à nouveau. Ils avaient été élus et destinés pour reconnaître et se tenir toujours aux côtés du Fils de Dieu pour Lui faciliter son parcours sur Terre en ce qui concerne toutes les exigences d’ordre purement terrestre pendant son séjour sur Terre. Ils devaient Le soutenir terrestrement, avec leur puissance et leur richesse. C’est dans ce but uniquement qu’ils étaient nés dans leurs situations déjà prédéterminées avant leur naissance, et avaient obtenu ensuite la Grâce de la clairvoyance, afin de pouvoir facilement accomplir ce qu’ils avaient sollicité antérieurement.

Mais ils faillirent en cela et, parmi eux, le voyant de jadis pour la deuxième fois.

L’éminent Message du Fils de Dieu, issu de la Vérité, ne fut pas bien compris à cette époque, mais toujours, plus déformé et tant de fois faussement interprété par les guides religieux ultérieurs que son pur éclat se perdit. De nouveau, les ténèbres se répandirent au-dessus de toute l’humanité, au-dessus de tous les pays.

Sans entraves, ce cycle ouvert vibrait cependant en croissant et rapprochait ainsi le monde de plus en plus de l’Heure où, par le retour de la Volonté divine fait Homme, ce cycle doit inévitablement se boucler. La Fin se relie maintenant au Commencement. En cela, résident toutefois le dénouement et le règlement de tous les devenirs. Et cela apporte le grand Tournant Cosmique!

Tournant Cosmique! Une nécessité pressante, afin que le monde ne soit pas complètement poussé à sa perdition par la propre folie erronée des êtres humains. Abdruschin est de nouveau venu sur cette Terre pour clore le cycle, pour déclencher toutes les Lois spirituelles qui, par le faux vouloir humain, sont fortement embrouillées, et accomplir, en avertissant, et en exhortant, ce qui fut déjà promis depuis des milliers d’années:

«Le Jugement!»

Il attendait patiemment, observant attentivement chez les humains la fausseté de leurs actions, les subissant beaucoup Lui-même, éveillant de nouveau l’hostilité là où quelque chose ne se tenait pas en accord avec la Volonté divine, et apportant la paix là où existait une juste attitude envers la Volonté de Dieu. Il a attendu jusqu’à ce que l’Appel de Dieu L’atteignît en vue du Commencement.

Et puisque, entre-temps les ténèbres s’étaient déjà infiltrées dans tout ce qui provenait de l’activité des êtres humains, il n’y avait alors pour Lui, de façon prédominante, que souffrance et combat sans espoir aussi longtemps qu’Il demeura lié et n’était pas encore autorisé à déployer sa Puissance. Les Irradiations étaient densément enveloppées en Lui, afin qu’elles ne provoquent pas trop tôt les puissants dénouements faisant partie du Jugement Universel. Ce n’est qu’à l’Heure qui amena le Tournant Cosmique que, peu à peu, ses enveloppes furent autorisées à tomber.

Jusqu’à ce moment-là, cependant, Il pouvait encore une fois annoncer la Parole de la Vérité, non déformée, telle que L’apporta déjà le Fils de Dieu, afin que les chercheurs qui aspirent réellement et sincèrement à la Lumière obtiennent l’occasion de se sauver pendant le Jugement; car ces âmes humaines qui cherchent réellement et sincèrement la Vérité, qui aspirent à l’ascension spirituelle, et non pas seulement à l’ascension terrestre sous le prétexte de recherche spirituelle, celles-là trouveront aussi dans cette Parole leur ancre de salut! Mais Elle n'est pas donnée pour toutes les autres. Elles demeurent aveugles et sourdes à la Parole de la Vérité par la Loi de l’absolue fonction de réciprocité; car elles n’ont pas mérité le Salut. En effet, elles sont aveugles et sourdes dans l’au-delà aussi après la mort terrestre, bien qu’elles doivent quand même continuer à vivre.

Pour attirer l’attention sur le Commencement de ce cycle de l’Événement qui doit se boucler par ce Tournant Cosmique, Il donna à nouveau à l’humanité la Parole divine de la Vérité sous son nom d’autrefois: Abdruschin! Elle s’adresse à ceux qui, La reconnaissant en temps opportun, survivront au Jugement.

Voici une indication afin de faciliter une vue d’ensemble ultérieure! La compréhension n’en vient aux êtres humains qu’après la purification lorsque les âmes troublantes et fausses sont éliminées, alors que pour toutes les autres, l’ascension commence dans une floraison renouvelée.

Et, soudain, l’Heure de l’Accomplissement de la promesse pour le grand Tournant Cosmique était là! De façon apparemment soudaine telle qu’il en fut autrefois en Égypte. Seuls les participants savaient, tandis que l’humanité dormait tranquillement. Quelque chose de grand se préparait ainsi et, après le long temps d’apprentissage sur Terre, Abdruschin entra dans la Mission qui Le plaça en face de l’humanité comme le Fils de l’Homme promis afin que l’humanité se juge par sa Présence! Par sa Présence; car, comme déjà expliqué, Il est le Jugement, mais Il ne juge pas.

Quoique fortement entravé jusqu’au Tournant Cosmique sur la Terre par ses enveloppes compactes, Abdruschin agissait déjà pendant son apprentissage en déclenchant les Lois spirituelles, quoique faiblement, seulement, là toujours, où Il venait en contact personnel avec les individus ou avec leurs œuvres et agissait de façon automatique, punissant ou récompensant impersonnellement ce qui venait à sa rencontre, simplement par sa seule Présence. Cette vivante Loi naturelle ne se laissa pas tout à fait entraver dans ses effets. Ce qui était malsain et faux ne pouvait pas récolter à travers Lui, le sain et le juste, l’hypocrisie ou le pharisaïsme dans lequel tant d’êtres humains vivent très souvent et se dupent eux-mêmes, ne pouvait naturellement s’attendre à aucun profit, mais uniquement à des dommages, par le déclenchement inébranlable de la réciprocité des effets.

Il était évident aussi que les hommes vaniteux, dans leur pesant manque de connaissance d’eux-mêmes, ne voyaient pas les justes répercussions de leur propre vie intérieure, mais ne voulaient voir l’origine des événements extérieurs que dans Abdruschin; ils L’attaquèrent, L’insultèrent et Le soupçonnèrent, ce qui accabla souvent la première partie de sa vie terrestre. Mais alors, Il apporta le Jugement à la Création!

Comme Roi Imanuel dans l’univers cosmique, en tant que Parzival aux créés-originels et dans le Royaume spirituel, finalement comme Fils de l’Homme dans la matière dense sur cette planète Terre. Trois Parties en une, agissant simultanément comme un mystère divin. Un processus qui ne peut être saisi par les esprits humains évolués, mais auquel ont déjà part les créés-originels; car eux aussi peuvent agir ici sur la Terre et accomplir en même temps leur service là-haut, dans la Citadelle du Saint Graal.

Avec le Tournant Cosmique tombèrent les enveloppes freinant Abdruschin. L’effet devint avec une puissance insoupçonnée, qu’Abdruschin peut et doit consciemment envoyer dans les directions qui Lui sont désignées par la Volonté de Dieu, afin d’anéantir tout ce qui est malsain et libérer ainsi ce qui est sain de la pression nuisible le retenant vers le bas et gênant sa libre ascension vers la Lumière.

C’est ainsi que s’élèvera sur Terre le Royaume de Dieu tant espéré qui fut autrefois promis aux justes comme le Royaume millénaire. Il sera imposé de force par la Puissance supraterrestre et surhumaine donnée à l’Envoyé de Dieu, pour l’Accomplissement de la promesse.

Et encore une fois, le voyant indien qui fut aussi plus tard le Roi Gaspard venu de l’Orient, a reçu l’occasion de racheter sa double faillite. Il lui fut accordé comme dernière possibilité de coopérer au dernier événement, cette fois non pas sur Terre, mais dans le spirituel.

Ainsi s’accomplit à présent chaque promesse de manière irrémédiable, immuable, tel que cela repose dans la Détermination de Dieu. Pas une ne demeure en suspens, car le cycle commence déjà lentement à se boucler! À la Partie d’Abdruschin-Parzival s’unit à présent, dans le corps terrestre même, également sa Partie divine, de sorte que dans cette matière dense se manifeste maintenant Imanuel qui était déjà annoncé à toute l’humanité par Isaïe, le prophète! Que les êtres humains aient essayé de supposer que la promesse de Imanuel, le Fils de l’Homme, ne fait qu’une avec la promesse de Jésus, le Fils de Dieu, ceci ne fait que montrer l’insuffisance de la compréhension humaine même en face des écritures les plus claires et les plus précises de la Bible. Même après avoir commis l’erreur de considérer les notions de Fils de Dieu et de Fils de l’Homme comme se rapportant à une seule personne, et même si les croyants étaient trop craintifs pour oser penser à deux personnes, l’indication des deux noms différents aurait dû cependant faire comprendre la dualité des personnes. Heureux les êtres humains qui à la dernière heure peuvent encore parvenir en eux-mêmes à la Connaissance.

AMEN!

Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact