Résonances du Message du Graal 1

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Український
Česky
Livre contenant


38. La reconnaissance de Dieu

Bien que j’aie déjà expliqué qu’un être humain ne pourra jamais réellement voir Dieu parce que son genre n’en possède aucunement la capacité, il porte néanmoins en lui le don de reconnaître Dieu dans Ses Oeuvres.

Or, cela ne lui vient pas du soir au matin et ne lui tombe pas du ciel pendant le sommeil, mais cela lui coûte un effort sérieux, un grand et puissant vouloir qui ne peut se passer de pureté.

C’est à vous, êtres humains, que la nostalgie inassouvie à reconnaître Dieu fut donnée; elle fut implantée en vous afin que vous ne puissiez trouver aucun repos au cours de vos pérégrinations à travers la Création Postérieure. Vous avez été autorisés à les entreprendre en vue de votre évolution afin que, devenus pleinement conscients de vous-mêmes, vous appreniez, remplis de gratitude, à jouir des bénédictions que les Univers recèlent pour vous et vous offrent.

Si, au cours de ces pérégrinations, vous trouviez le repos en vous, celui-ci devrait, par conséquent, amener la stagnation qui génère pour votre esprit épuisement et décadence et, pour finir, l’inévitable décomposition, puisqu’ainsi l’esprit n’obéit pas à la Loi Originelle de l’indispensable mouvement. Or, le mécanisme des Lois auto-actives ancrées dans la Création est pour l’esprit humain comme une chaîne de montage qui l’entraîne sans interruption, sur laquelle chacun en arrive à glisser, à trébucher et à tomber, s’il ne sait pas conserver son équilibre.

En ce cas, conserver son équilibre équivaut à ne pas troubler l’harmonie de la Création en en respectant les Lois Originelles. Celui qui chancelle et tombe, celui qui ne sait pas s’y maintenir sera entraîné, car le mécanisme ne peut pas s’arrêter à cause de lui ne serait-ce qu'une seconde. Mais le fait d’être entraîné le blesse, l’effort à fournir pour se relever est considérable, et plus encore celui qu’il doit faire. Pouvoir se relever nécessite un très grand effort, et plus encore celui qu’il lui faudra faire pour retrouver l’équilibre requis. Avec un entourage continuellement en mouvement, ce n’est pas si facile. Si l’être humain n’y arrive pas, il sera projeté hors du circuit, en plein milieu des rouages du mécanisme et il y sera broyé.

Soyez donc reconnaissants, vous, les êtres humains, de ce que l’ardente nostalgie qui vous pousse vers la reconnaissance de Dieu ne vous laisse aucun repos durant vos pérégrinations. Sans le savoir, vous évitez ainsi toutes sortes de dangers au milieu du mécanisme universel. Or, vous n’avez pas compris cette nostalgie qui repose en vous, vous l’avez, elle aussi déformée, et vous n’en avez fait qu’une inquiétude médiocre!

De façon erronée, et par n’importe quel moyen, vous cherchez de nouveau à calmer ou à satisfaire cette inquiétude. Mais comme vous n’y employez que l’intellect, vous ne recherchez naturellement que la satisfaction terrestre, vous espérez assouvir cette pulsion intérieure par l’accumulation de biens terrestres, par le rythme effréné du travail, ou encore par des distractions, par l’amollissant confort et mieux encore, par l’amour terrestre sous une forme pure pour la femme.

Cependant, toutes ces tentatives ne sont pour vous d’aucun profit et ne facilitent pas votre progression. Elles peuvent endormir pour un court laps de temps cette ardente nostalgie que vous avez transformée en inquiétude, mais ne sauraient l’effacer définitivement; elles ne font que la refouler ici ou là. Cette ardente nostalgie que vous n’avez pas reconnue stimule sans cesse l’âme humaine. Et si l’être humain de la Terre ne cherche pas à en comprendre enfin le sens, elle le harcèlera à travers de nombreuses vies terrestres sans qu’il lui soit possible d’y mûrir et de pouvoir s’élever, comme cela est voulu, vers les contrées plus légères, plus lumineuses et plus belles de cette Création Postérieure.

La faute en revient à l’être humain lui-même qui estima trop peu les aides qui lui furent offertes, ou même ne les apprécia pas du tout dans l’illusion de son pouvoir personnel, illusion née des liens de l’intellect, ces liens qu’il noua lui-même autour des ailes de son esprit.

Maintenant, il est finalement enfin au terme de sa force! Il est épuisé par le harcèlement des puissances qu’il n’a pas encore reconnues, aux secours desquelles l’être humain s’est obstinément fermé et cela, dans la prétention puérile que traduit son comportement entêté de vouloir et de pouvoir mieux savoir et qui se manifeste comme la conséquence de la violente mutilation qu’il imposa lui-même à son cerveau.

Et pourtant, chaque être humain aurait pu tout avoir facilement, si seulement, en toute simplicité et modestie, il avait laissé mûrir en lui tous les dons que le Créateur lui a donnés en vue de sa pérégrination à travers tous les Plans de la Création Postérieure, pérégrination dont l’esprit humain a absolument besoin pour sa propre évolution. Il serait ainsi devenu grand, plus grand et plus initié qu’il n’aurait jamais pu le rêver. Cependant, sans humilité et sans modestie, ces dons ne peuvent s’épanouir en lui et devenir des facultés!

Ce savoir dont vous êtes si fiers est simplement un jeu puéril! Un grain de poussière en comparaison de ce que vous pourriez savoir et surtout de ce que vous pourriez accomplir, de ce qu’aujourd’hui déjà vous devriez accomplir! Que savez-vous, êtres humains de la Terre, de la merveilleuse Création qui, partout, se manifeste à vous selon son genre et sa beauté, mais surtout dans l’intangibilité de ses Lois! Obtus, c’est ainsi que vous vous tenez devant toute cette grandeur. Cherchez enfin la reconnaissance de votre Dieu dans la Création, vous, êtres humains; vous constituez la plus petite partie, laquelle, par la grâce de son Créateur, est autorisée à se développer jusqu’à l’autoconscience, réalisant ainsi l’impulsion qu’elle porte en elle!

Cherchez en cela à ne pas satisfaire que vos vanités comme vous l’avez fait jusqu’à ce jour en tant qu’esclaves de votre intellect! Vous êtes ainsi arrivés à la fin! Vous êtes dans l’effondrement de votre petite prétention au pouvoir, et vous vous tenez très loin du vrai pouvoir!

Vous avez été comme de mauvais travailleurs, et les conséquences de vos agissements vous le prouveront maintenant par elles-mêmes, elles qui, obéissant aux Lois de Dieu dans la Création, vont retomber sur leurs auteurs, telles de lourdes vagues, les élevant très haut ou les ensevelissant au contraire avec toutes leurs oeuvres. Se montrera alors irréfutablement ce qui était juste ou bien faux. Voilà ce que vous auriez pu constater assez distinctement ces derniers temps, si seulement vous aviez voulu voir: la faillite générale de tous les efforts visant à détourner la décadence déjà en cours. Cette constatation aurait dû constituer pour vous un avertissement: celui de faire demi-tour pendant qu’il en était encore temps! Et de rentrer enfin en vous-mêmes par la réflexion.

Mais les êtres humains n’entendent pas et ne voient pas; le désespoir ne les pousse qu’à croire encore plus follement en l’aide qu’ils attendent du pouvoir humain.

Mais je vous le dis: celui qui n’agit pas selon les Lois de Dieu ne recevra plus aucun secours de la Lumière! La connaissance des Lois de Dieu dans la Création est désormais obligatoire! Et sans le secours de la Lumière, la véritable édification est aujourd’hui tout à fait impossible!

La foi d’un être humain en sa propre mission et la foi de ceux qui le suivent ne servent à rien pour un être humain sur Terre. Tout s’effondrera avec lui à l’emplacement même où l’atteindra la répercussion des Lois de Dieu dans la Création.

Et chaque être humain, selon la Loi Sacrée de Dieu, est à présent placé devant cette répercussion! C’est là que réside le Jugement redouté de tous les croyants!

Les croyants! Vous tous qui vous comptez parmi les croyants en Dieu, examinez-vous donc une bonne fois pour voir si la foi que vous portez en vous est réellement la bonne! Je n’entends pas par là la forme de votre croyance, comme catholique ou protestant, bouddhiste ou musulman, ou toute autre forme de croyance, mais c’est de votre façon de croire que je veux parler et jusqu’à quel point celle-ci est vivante!

Car Dieu est Dieu! Et la façon dont vous L’approchez dans votre for intérieur détermine à elle seule la force et l’authenticité de votre foi!

C’est ainsi que vous devez vous examiner soigneusement. Je veux vous montrer comment vous pouvez trouver le chemin qui y mène afin de recevoir un soutien.

Suivez-moi en esprit en Afrique vers une quelconque tribu nègre. Mettez-vous à la place de ces êtres humains au point de vue de leur capacité de compréhension. Efforcez-vous de vous représenter distinctement leur vie intérieure et le cours de leurs pensées.

Ces êtres humains croyaient aux démons et à tout ce qui peut exister; ils avaient des idoles grossièrement taillées dans du bois, et arrivèrent alors chez eux les missionnaires chrétiens. Ils leur parlèrent du grand Dieu invisible de leur religion et les enseignèrent.

Représentez-vous cela et dites vous-mêmes avec quelles intuitions ces êtres de la nature adresseront, après le baptême, leur prière au Dieu chrétien nouveau pour eux. Pas autrement, certes, qu’ils ne le faisaient auparavant devant leurs idoles de bois taillé! La plupart d’entre eux mettent simplement le nouveau Dieu à la place des anciennes idoles. C’est là toute la différence. Ils n’ont en rien changé leurs intuitions, mais dans le cas le plus favorable, ils s’en tiennent uniquement à l’enseignement. La véritable expérience vécue leur fait défaut. Il ne peut pas du tout en être autrement pour ces êtres humains ignorants.

L’acceptation de l’enseignement lui-même ne les rend pas du tout initiés; car l’acceptation de la foi ne se fonde que sur un prétendu savoir offert par d’autres. Il y manque la bénéfique expérience vécue intérieure et de ce fait, le véritable soutien! Ainsi en est-il toujours et partout. Les missionnaires et les convertisseurs se précipitent sur les humains pour les convertir au Christianisme sans plus de transition.

Le même procédé se retrouve dans l’instruction donnée aujourd’hui aux enfants et pourtant ceux-ci ne sont pas intérieurement différents des païens, car le baptême ne leur a pas donné le Savoir.

Or, si l’être humain ne gravit pas les degrés indiqués par la Création dans l’ordre voulu, degrés que la Création Elle-même lui offre dans l’auto-activité de ses Lois Originelles, étant donné qu’Elle est constituée à partir de ces mêmes degrés, il ne pourra jamais parvenir à la véritable reconnaissance de Dieu! Et même des enseignements de valeur ne lui serviront ici à rien, mais ne feront qu’embrouiller ses chemins.

C’est là que pèche tout le travail missionnaire ayant existé jusqu’ici. Cette action ne peut absolument pas conduire à un effet portant en soi une vie réelle, parce qu’elle ne suit pas les chemins conformes aux Lois de la Création. La Loi de l’évolution dans la Création n’admet pas de bonds qui empêcheraient l'être humain de parvenir à une réelle maturité. Et l’être humain ne peut jamais s’élever au-dessus de cette Création à laquelle il appartient, à laquelle il est étroitement relié par d’innombrables fils et dont il doit désormais constituer le meilleur de tous les fruits.

Or, s’il veut réellement devenir le fruit que cette Création est capable de produire dans la pure Force du Seigneur, alors le cours de sa maturation doit être sans aucune interruption! Il en va exactement comme pour l’activité déployée par l’Essentialité pour le fruit de l’arbre. Lorsque se produit une interruption ou une quelconque intervention au cours du processus de maturation, que ce soit une gelée précoce, une trop forte tempête ou une intervention arbitraire et nuisible de l’être humain, le fruit ne peut parvenir à une pleine maturité et de ce fait, à son plein achèvement.

Il en va de même pour l’être humain de la Terre, qui est un fruit de l’activité spirituelle.

Rien ne doit manquer au cours de son évolution, pas un seul degré, sinon il subsiste une lacune, un gouffre qui ne permet pas la poursuite d’une édification vivante ni, de ce fait, une ascension continue vers les Hauteurs. Toute omission la rend même précisément impossible. Lorsqu’il manque, ne serait-ce qu’un degré, ou que ce degré soit seulement défectueux, alors l’effondrement, la chute, doit survenir. À ce sujet, l’être humain peut se débattre autant qu’il veut, il doit s’y soumettre et l’astuce intellectuelle la plus subtile est ce qui s’avère le moins capable de construire un pont de rechange qui puisse l’aider à poursuivre son chemin.

Or, l’être humain lui-même entreprit une action nuisible en cultivant de façon intensive et unilatérale son intellect terrestre qui l’enchaîne désormais solidement et comme par des crochets d’acier à la matière dense dont l’intellect est issu.

C’est ainsi que se forma le fossé, qu’une foi simplement apprise en la haute Spiritualité et en la Divinité ne saurait franchir!

Par sa propre faute, ce fruit, qu’est l’être humain de la Création Postérieure, se trouve donc contraint de dépérir sur la voie de sa maturation.

C’est pourquoi, aujourd’hui encore, il arrive à plus d’un être humain, en quittant l’école pour entrer dans la vie, de perdre complètement la foi apprise au cours de son enfance, même s’il lutte vaillamment pour la conserver. Tôt ou tard, il lui faudra de nouveau tout reconstruire à partir de la base, si toutefois il est un chercheur sérieux de la Vérité.

L’enthousiasme des masses et l’entraînement collectif ne sont d’aucun intérêt pour l’individu. Ils ne lui donneront jamais le terrain solide dont il a besoin pour son ascension et il ne pourra pas davantage y trouver en lui-même l’appui qui lui est nécessaire, cet appui qui, seul, lui procurera une assurance durable.

Ainsi à l’époque actuelle, l’enseignement destiné aux enfants et aux adolescents n’est pas encore juste dans les différentes confessions. C’est pourquoi la foi fait défaut partout, cette foi qui conduit à la véritable reconnaissance de Dieu, laquelle, seule, accorde le vrai bonheur et aussi la paix!

L’enseignement de l’époque actuelle est faux et sans vie. Le soutien que chacun individuellement croit posséder est imaginaire. Ce n’est qu’une croyance formelle à laquelle tous se cramponnent. La tranquillité et le sentiment de sécurité en lesquels ils cherchent à se complaire sont artificiels. Ils n’ont souvent d’autre but que d’éviter les heurts personnels avec l’extérieur, parfois d’en tirer des avantages terrestres ou de se faire valoir d’une manière ou d’une autre. Cela n’est jamais authentique et ne peut l’être parce que les bases conformes aux Lois de la Création y font encore défaut. Et sans elles, on ne peut absolument rien faire.

Revenons dans le passé et considérons les conversions d’autrefois en pays germaniques. Celui qui réfléchit, qui ne se laisse pas entraîner par la foule paresseuse de niveau moyen, doit reconnaître, là également, uniquement cette forme vide et inutile pour l’évolution intérieure, cette forme qui fut créée jadis et qui ne pouvait apporter aucune reconnaissance de Dieu!

Pour chaque peuple, même pour chaque être humain, y compris l’être humain de cette nouvelle époque, il faut d’abord qu’existe la base permettant d’accueillir les sublimes connaissances au sujet de Dieu qui se trouvent dans l’enseignement du Christ. Ce n’est qu’à partir d’une base ayant atteint un certain niveau de maturité que l’esprit humain peut et doit être introduit dans toutes les possibilités d’une reconnaissance de Dieu par l’enseignement du Christ.

C’est ainsi etrestera ainsi pour toute l’éternité!

S’il pouvait en être autrement, alors Dieu aurait fait parvenir des révélations plus tôt aux peuples de la Terre. Il ne l’a pas fait!

Ce n’est qu’après avoir évolué jusqu’à la connaissance de l’activité de toutes les Entités de l’Essentialité qu’un peuple pouvait alors avoir la connaissance du Spirituel, du Pur-Spirituel, du Divin et finalement aussi de Dieu!

Cependant, cela se produisait toujours de manière telle que cette évolution le conduise avec compréhension vers une conception plus élevée par des prophètes appelés pour cela et qui, jamais, ne bouleversaient les anciennes révélations. Ils édifiaient! Et cela exactement comme le Christ Jésus Lui-même procéda par la suite et ainsi qu’Il le souligna souvent dans Sa Parole. Seulement jusqu’à présent, vous ne vouliez pas le comprendre.

Or, au cours de leurs conversions, les églises chrétiennes veulent renverser beaucoup d’anciennes croyances et les déclarer fausses ou encore veulent les éliminer sans aucune considération au lieu de continuer soigneusement à édifier sur ces croyances en respectant les transitions nécessaires. Elles attendent et exigent que l’esprit humain saute immédiatement dans ce sublime enseignement du Christ.

On ne tient donc pas compte ici des Lois de Dieu, quoique l’on veuille souvent le bien.

Les Germains, eux aussi, étaient jadis étroitement liés avec les êtres essentiels. Beaucoup d’entre eux pouvaient les voir, éprouver leur présence, de sorte qu’aucun doute ne pouvait subsister en eux quant à leur existence réelle et à leur activité. Ils les voyaient, et c’est pourquoi ils savaient qu’ils existaient.

C’était pour eux la conviction la plus pure et de ce fait, elle leur était sacrée.

Et c’est cette réalité sacrée d’alors que Boniface bouscula d’un poing brutal! Il voulut contester aux Germains la Vérité d’un tel Savoir et le déclarer faux. À sa place, il voulut leur imposer les formes de sa doctrine chrétienne. Cette façon d’agir qui était une preuve de l’ignorance de la part de Boniface, devait dès le début faire douter les Germains de la Vérité de ce qu’il leur enseignait; elle ne devait que leur enlever toute confiance en son enseignement.

Il aurait dû leur confirmer la Vérité de leur Savoir, le leur expliquer et les conduire alors vers des connaissances plus hautes! Mais pour cela il lui manquait à lui-même la connaissance de la Création. Il ne manifesta que trop distinctement son ignorance au sujet du tissage de la Création lorsqu’il qualifia leur croyance d’hérésie et déclara inexistants Wotan et les autres Entités essentielles que les Germains considéraient comme des dieux agissants. Bien que celles-ci ne soient pas pour autant des dieux, elles n’en existent pas moins grâce à la Force de Dieu et agissent dans la Création.

Sans l’activité des Entités essentielles, le Spirituel ne pourrait absolument pas s’ancrer dans la matière; il ne pourrait donc rien y faire. Le Spirituel dont l’esprit humain est issu a par conséquent besoin du concours de l’Essentialité dans la matière pour sa propre évolution!

Ici, une foi zélée ne peut jamais remplacer le Savoir.

Mais la faute que commirent Boniface et tous les convertisseurs demeure vivante aujourd’hui encore.

On parle des légendes des dieux grecs et on les enseigne. Mais ce n’étaient pas des légendes; c’était au contraire un véritable Savoir qui fait défaut aux êtres humains d’aujourd’hui. Malheureusement, les églises elles-mêmes ne connaissent pas les effets de l’activité de la Sainte Volonté de Dieu dans la Création, cette Création qui demeure pourtant la patrie de tous les esprits humains. Elles passent en aveugles devant les événements antérieurs, et c’est pourquoi elles sont incapables de conduire quiconque vers la véritable et vivante reconnaissance de Dieu. Même avec le meilleur vouloir, elles ne le peuvent pas.

Ce n’est que par les Lois de la Création, que Dieu a données, que l’esprit humain peut parvenir à la reconnaissance de Dieu! Et il a, pour son ascension, un besoin absolu de cette reconnaissance! En elle seule, il acquiert ce soutien qui lui permet d’avancer sans défaillance sur le chemin prescrit, chemin nécessaire à son accomplissement! Pas autrement!

Celui qui veut négliger l’activité de l’Essentialité dont les peuples anciens avaient une connaissance exacte ne peut jamais parvenir à la véritable reconnaissance de Dieu. Ce Savoir précis est une marche indispensable conduisant vers la reconnaissance, étant donné que l’esprit humain est obligé de frayer son chemin de bas en haut. S’il n’a pas au préalable pour base la connaissance précise des degrés inférieurs de la Création auxquels il appartient, il ne peut jamais apprendre à pressentir le Pur-Spirituel ni le Divin qui se situent bien au-dessus de sa faculté de compréhension. C’est là une nécessité inéluctable qui le prépare et lui donne la possibilité d’accéder à une reconnaissance plus élevée.

Comme je l’ai déjà dit, la connaissance de Dieu ne fut jamais donnée qu’à des peuples pour lesquels la connaissance de l’activité des essentiels était un fait acquis, jamais autrement. Car sans cette connaissance, il n’est pas possible de s’en faire une représentation. À cet égard, tout le genre humain fut conduit avec sollicitude depuis la Lumière.

Un être humain qui a la connaissance de l’Essentialité et dont la vie est fondée en toute pureté sur cette seule connaissance a, dans la Création, une valeur supérieure à celle de tel autre qui s’en tient seulement à une croyance chrétienne apprise et qui sourit lorsqu’on évoque les êtres essentiels parce qu’il les considère comme des contes ou des légendes. Étant ignorant à ce sujet, il n’acquiert jamais de véritable soutien tandis que le premier conserve toutes ses possibilités d’ascension grâce à une nostalgie d’ascension forte, intacte et non enfouie.

Par son bon vouloir il peut, en l’espace de peu de jours, s’enraciner d’une façon vivante dans les reconnaissances et l’expérience spirituelles, parce qu’il n’a pas perdu pied.

Ainsi, à l’avenir, dans tous les travaux missionnaires, dans tout l’enseignement scolaire, conduisez à la connaissance de Dieu par le Savoir des forces essentielles ayant pris forme et de leur activité. Ce n’est qu’en partant de là que peut se développer ensuite la connaissance plus élevée du Spirituel, puis du Pur-Spirituel et finalement du Divin et de Dieu.

La connaissance intégrale de la Création est indispensable pour arriver ensuite à un pressentiment de la grandeur de Dieu et par là, finalement, à la véritable reconnaissance de Dieu! La croyance chrétienne d’aujourd’hui ne peut rien contenir de vivant, parce que tout cela lui fait défaut! Ce qui est indispensable à cet effet est toujours écarté et, pour combler ce gouffre, il n’est rien d’autre hors ce que Dieu a donné à cette fin dans cette Création Postérieure.

Personne, pourtant, n’a su tirer la leçon la plus importante qui se dégage de l’observation calme de toute évolution humaine sur Terre jusqu’à ce jour, à savoir que toutes les étapes que les êtres humains devaient franchir pendant ce temps étaient nécessaires. C’est pourquoi, aujourd’hui encore, aucune d’entre elles ne doit être ni évitée ou sautée! La Création tout entière vous en offre clairement l'image et fournit toutes les bases nécessaires à l’exécution!

Entendez donc ce que je vous dis: actuellement, l’enfant jusqu’à sa puberté n’est en liaison étroite et directe qu’avec l’Essentialité. Durant cette époque, l’expérience vécue doit lui donner une connaissance exacte du monde de l’Essentialité! Ce n’est qu’à sa puberté qu’il établit la liaison avec le Spirituel, poursuivant pas à pas son évolution ascendante. Cependant, l’Essentialité doit servir de base à l’enfant; il doit s’y appuyer solidement et consciemment en évitant surtout d’interrompre cette liaison comme le fait l’humanité d’aujourd’hui qui, loin de rendre vivant le contact de l’enfant avec le monde de l’Essentialité, le réprime au contraire violemment par sa présomption irresponsable. Or, en vue de l’ascension, il est voulu et il est nécessaire que les deux soient reliés l’un à l’autre.

En tant que fruit de la Création, l’être humain d’aujourd’hui doit avoir mûri à un point tel qu’il rassemble en lui le résultat complet de l’évolution humaine jusqu’à ce jour!

Donc ce qui, aujourd’hui, constitue pour chaque individu la seule enfance était auparavant, dans l’évolution tout entière de la Création, une grande époque d’évolution humaine collective.

Faites précisément très attention à ce que je dis ici!

La première époque d’évolution qui s’étale sur des millions d’années se concentre à présent pour les êtres humains de l’actuel degré d’évolution de la Création, dans les années d’enfance!

Quiconque à ce sujet, n’est pas capable de suivre le rythme de l’évolution doit s’en attribuer la faute à lui-même, il reste en arrière et doit finalement disparaître de nouveau. L’évolution de la Création ne se laisse pas arrêter par la paresse des êtres humains, mais progresse irrésistiblement selon les Lois qui la régissent et qui portent en elles la Volonté de Dieu.

Jadis, le degré d’évolution de la Création était tel que les êtres humains devaient rester intérieurement, durant de nombreuses vies terrestres, ce que sont aujourd’hui les enfants. Ils n’étaient en liaison directe qu’avec l’activité des êtres essentiels, liaison qui s’établit à la suite d’une lente évolution par expérience vécue, qui seule, apporte Savoir et Connaissance.

Cependant, depuis longtemps déjà, la Création, en une progression constante, est parvenue à un point où les premiers degrés de l’évolution, qui s’étalèrent sur des millions d’années, se concentrent à présent, ici sur Terre, pour les fruits humains, dans la période des années de l’enfance. L’époque antérieure de l’humanité peut et doit être intérieurement parcourue au cours des quelques années terrestres, parce que les expériences des vies antérieures sommeillent toutes prêtes dans l’esprit.

Mais elles doivent être réveillées et ainsi parvenir à la conscience; car elles ne doivent plus continuer à sommeiller ou même à être refoulées ainsi que cela se produit aujourd’hui. Tout doit devenir vivant et le rester, grâce à des éducateurs et à des enseignants initiés afin que l’enfant acquière dans l’Essentialité la base solide et le soutien dont il a besoin pour parvenir à la reconnaissance de Dieu qui est ancrée dans le Spirituel. Une marche naît toujours à partir d’une autre lorsque celle-ci est franchie, pas plus tôt, et la précédente ne doit pas non plus être retirée par la suite si l’on souhaite que l’escalier subsiste et ne s’effondre pas.

Ce n’est qu’avec la maturité physique de l’enfant que s’effectue la liaison avec le Spirituel. Mais l’élan nécessaire pour cela ne peut devenir vivant que s’il s’appuie sciemment sur l’Essentialité. Ni contes ni légendes ne servent ici, mais uniquement l’expérience vécue qui doit être terminée et accomplie au commencement de la puberté. Elle doit aussi demeurer tout à fait vivante afin d’éveiller le Spirituel à la vie consciente. C’est là une condition inébranlable ancrée dans la Création que vous auriez tous dû apprendre à connaître en observant le passé!

À présent vous en avez besoin; sinon vous ne pourrez aller plus avant et devrez disparaître! Sans la connaissance précise de l’activité de l’Essentialité, il n’y aura jamais de connaissance spirituelle. Sans la connaissance précise du Spirituel et de son activité, la reconnaissance de Dieu ne peut naître! Tout ce qui se trouve en dehors de cette conformité aux Lois n’est que présomptueuse imagination et prétention, très souvent aussi, mensonge parfaitement conscient!

Questionnez votre prochain sur les inébranlables Lois de Dieu dans la Création. S’il ne peut pas vous donner de réponse juste, alors il n’est qu’un hypocrite qui se leurre lui-même lorsqu’il parle de la reconnaissance de Dieu et de la véritable foi en Dieu!

Car selon les inébranlables Lois de Dieu, il ne peut posséder ni l’une ni l’autre, étant donné qu’elles sont inaccessibles par toute autre voie!

Dans la Création tout progresse sans interruption de façon homogène, selon la Loi immuable! Vous seuls, êtres humains, ne suivez pas encore le mouvement dans votre aveuglement, dans votre ridicule prétention au savoir qui exclut l’humble observation!

Les enfants et les adultes de l’époque actuelle avancent dans la reconnaissance de Dieu comme sur des échasses! Ils luttent, certes, pour l’obtenir, mais ils planent dans les airs; ils n’ont aucune liaison vivante avec le terrain qui doit obligatoirement leur servir d’appui. Entre leur vouloir et la base nécessaire à la construction, il y a du bois mort sans faculté intuitive, comme dans les échasses!

Le bois mort des échasses est la foi apprise à laquelle la mobilité et la vitalité font complètement défaut. Certes, l’être humain a le vouloir, mais il n’a pas de base solide ni de véritable appui. Tous deux résident uniquement dans le Savoir de l’évolution de la Création qui s’est déroulée jusqu’ici, et à laquelle l’esprit humain fait indissolublement partie! C’est aussi pourquoi il est et demeure toujours étroitement relié à cette Création qu’il ne pourra jamais dépasser!

Êtres humains, éveillez-vous! Rattrapez ce que vous avez négligé. Je vous montre encore une fois votre chemin! Introduisez enfin la vie et le mouvement dans ce vouloir rigide qui est le vôtre et vous trouverez alors la sublime reconnaissance de Dieu que depuis longtemps déjà vous devriez posséder si vous aviez suivi la progression de l’évolution des grandioses Créations!

Hâtez-vous, l’époque du dernier Tournant est arrivée, une époque en laquelle vous devez faire vos preuves et montrer si vous pouvez encore continuer à aller plus haut, ou si vous devez vous corrompre en demeurant en arrière!

Notez bien: vous ne devez rien exclure de ce que l’humanité, dans son ensemble, dût vivre auparavant ici sur Terre, car elle a toujours vécu ce qui lui était nécessaire. Et lorsqu’elle fit fausse route par son propre vouloir, survint la décadence. Ainsi en est-il donc à présent aussi! Ne passez pas encore une fois stupidement devant l'instant où le grand réveil vient à vous par la souffrance! C’est le dernier qui vous atteint. C’est pourquoi, réveillez-vous et gardez fermement votre équilibre, sinon vous serez renversés et balayés! La Création va de l’avant sans se laisser détourner et en se secouant, se débarrasse maintenant de tous les fruits pourris.

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact