Résonances du Message du Graal 1

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Український
Česky
Livre contenant


41. Les petits etres essentiels

Je continue aujourd’hui mes explications au sujet de l’essentialité et de son activité dans la Création. Il est indispensable que je donne d’abord un court aperçu du proche entourage des êtres humains de la terre, ce qui facilitera la compréhension terrestre, avant que je rende vivant devant vos yeux, partant d’en haut et en allant vers le bas, le grand tableau de tout le processus.

En conséquence, considérons en premier lieu ces êtres essentiels qui s’occupent de la matière dense. Ceux-ci se répartissent en de nombreux groupes particuliers formés d’après le genre de leur activité. C’est ainsi que par exemple, il existe des groupes qui agissent de façon tout à fait indépendante des esprits humains et qui, conduits uniquement d’en haut, s’occupent du constant développement de nouveaux corps cosmiques. Ils en favorisent l’entretien et le cours, de même que la décomposition là où cela devient nécessaire du fait de l’hypermaturité, afin que ces corps cosmiques puissent renaître sous de nouvelles formes selon les Lois originelles de la Création et ainsi de suite. Mais ce n’est pas de ces groupes-là dont nous voulons nous occuper aujourd’hui.

Ce sont vers les petits que nous voulons nous tourner. Vous avez souvent entendu parler des elfes, des ondines, des gnomes, des salamandres qui s’occupent de la matière dense visible ici sur terre, comme ils le font aussi de la même manière sur tous les autres corps cosmiques de matière dense. Ils sont les plus denses de tous, et par conséquent, ils sont aussi pour vous les plus faciles à voir.

Vous en avez la connaissance, mais vous ne savez rien encore de leur réelle occupation. Du moins, vous croyez déjà savoir de quoi ils s’occupent; mais il vous manque toute connaissance au sujet de la manière dont s’effectue leur activité et comment, en conformité absolue avec les Lois de la Création, elle s’exécute en tout temps. Cela, vous ne le savez pas.

D’une façon générale, ce que vous nommez déjà le savoir n’est pas une connaissance réelle et incontestable, mais seulement un tâtonnement incertain, à propos duquel on fait grand bruit s’il arrive qu’une découverte soit faite ici ou là lorsque des tentatives effectuées, sans aucune méthode et en elles-mêmes tout à fait minuscules en regard de la Création, se heurtent parfois à un grain de poussière dont la présence est souvent une surprise.

Mais cela non plus, je ne veux pas encore vous le dévoiler aujourd’hui, je veux seulement vous raconter ce qui se tient en étroite relation avec vous personnellement, ce qui est relié avec votre pensée et votre activité, afin qu’en ces choses au moins vous accédiez peu à peu à la faculté d’observer soigneusement.

Ces groupes dont je vous parle aujourd’hui appartiennent, eux aussi, aux petits êtres essentiels. Toutefois, vous ne devez pas oublier que le plus petit d’entre eux est extraordinairement important et dans son activité, plus fiable qu’un esprit humain.

Avec une grande précision, que vous ne pouvez même pas imaginer, s’effectue l’exécution du travail qui leur est imparti, parce que le plus minuscule en apparence parmi les essentiels fait un avec le Tout, et ainsi agit donc aussi à travers lui la force du Tout, derrière lequel se tient l’unique Volonté qui promeut, renforce, protège et conduit: la Volonté de Dieu!

Ainsi en est-il de façon générale dans toute l’essentialité et il pourrait, il devrait en être ainsi depuis longtemps parmi vous, esprits de la Création postérieure évoluant vers la conscience du «je».

Cette cohésion étroite a comme conséquence autoactive que, si l’un de ces êtres essentiels était défaillant d’une façon quelconque, il serait immédiatement expulsé par la puissance du Tout et en resterait coupé. Il serait alors obligé de dépérir parce qu’aucune force ne l’alimenterait plus.

Tout ce qui est faible est, de cette manière, rapidement éliminé et ne peut plus du tout être nuisible.

C’est donc de ces petits, toutefois seulement en apparence, et pourtant si grands dans leur activité, que je veux maintenant vous parler, eux que vous ne connaissez pas encore et de l’existence desquels vous ne saviez rien jusqu’ici.

Mais vous avez déjà entendu parler de leur activité dans mon Message. Vous ne l’avez sans doute pas mise en relation avec l’essentialité, étant donné que je ne l’avais pas mentionné moi-même puisque, à ce moment-là, cela aurait été encore prématuré.

Ce que je mentionnais objectivement à ce moment-là en phrases courtes, je vous le donne maintenant dans son activité effective.

J’ai dit autrefois que les petits essentiels autour de vous sont influençables par l’esprit humain et qu’ils peuvent en conséquence tisser du bien ou même du mal.

Mais cette influence ne s’exerce pas dans le sens où vous le pensez. Pas dans le sens où vous pourriez être des seigneurs de ces êtres, ni que vous pourriez les diriger!

On pourrait, il est vrai, dans une certaine mesure, le formuler ainsi sans dire quelque chose de faux; car, pour vos conceptions et dans votre langage, c’est exprimé de façon juste, parce que vous considérez toute chose à partir de votre point de vue et que vous jugez aussi de cette manière. C’est pourquoi, dans mon Message, j’ai été très souvent obligé de vous parler de la même manière, afin que vous me compreniez. J’ai pu le faire aussi à ce propos parce que dans ce cas, cela n’amène pas de différence dans votre façon d’agir correctement.

Intellectuellement, cette explication vous était beaucoup plus proche à ce moment-là, car elle répondait mieux à l’orientation de votre intellect, lorsque je vous disais que, par votre vouloir, vous influenciez fortement sur toute l’essentialité autour de vous et que celle-ci se conformait aussi à vos pensées et à vos actes, étant donné que vous êtes spirituels!

Tout ceci demeure littéralement vrai, mais la raison en est différente; car la véritable guidance de toutes les créatures qui se tiennent dans les Lois de cette Création, donc qui vivent dans la Volonté de Dieu, vient uniquement d’en haut! Et en font partie tous les êtres de l’essentialité.

Ils ne sont jamais soumis à un vouloir étranger, pas même passagèrement. Pas non plus lorsqu’il vous semble en être ainsi.

Certes, les petits essentiels que j’ai mentionnés se conforment bien, dans leur activité, à votre vouloir et selon votre manière d’agir, à vous, les esprits humains, pourtant leur activité demeure constamment, malgré tout, soumise à la seule Volonté de Dieu!

Cela semble une énigme dont la solution n’est cependant pas si difficile; car pour cela il suffit que je vous montre maintenant le côté opposé de celui dont vous considérez toute chose.

De votre point de vue, vous influencez les petits êtres essentiels! Mais, du point de vue de la Lumière, ceux-ci accomplissent uniquement la Volonté de Dieu; la Loi! Et comme en fait toute Force pour l’action ne peut venir que de la Lumière, alors ce point de vue, qui est pour vous le point de vue opposé, est donc celui qui est juste!

Mais malgré cela, pour une meilleure compréhension, considérons d’abord cette activité en l’observant de votre point de vue. Par votre pensée et par votre façon d’agir, vous influencez les petits essentiels en vertu de la Loi selon laquelle l’esprit exerce à chaque vouloir une pression ici dans la matière, et aussi sur les petits êtres essentiels. Ces petits essentiels forment alors dans la matière dense fine tout ce que cette pression leur transmet. Disons donc que, considéré en partant de vous, ils exécutent tout ce que vous voulez!

En premier lieu, ils exécutent ce que vous voulez spirituellement. Or, le vouloir spirituel est intuition! Les petits essentiels lui donnent dans la matière dense fine une forme correspondant exactement au vouloir issu de l’esprit. Ils accueillent immédiatement le fil qui jaillit de votre vouloir et de votre action et façonnent, au bout de ce fil, la forme qui correspond exactement au fil issu de ce vouloir.

Tel est le genre de l’activité des petits essentiels, que vous ne connaissez pas encore dans leur activité véritable.

De cette manière, ils créent ou, mieux dit, ils forment le plan de la matière dense fine qui vous attend, lorsque vous devrez passer de l’autre côté, dans le monde de matière fine! C’est pour votre âme le seuil où, selon votre expression, elle doit d’abord se «purifier» après la mort terrestre, avant de pouvoir pénétrer dans la matière fine.

Là, le séjour de l’âme est de plus ou moins longue durée en fonction de son état intérieur et selon que par ses différents penchants ou faiblesses, elle aspirait plus ou moins fortement à la matière dense.

Jusqu’à ce jour, ce plan de matière dense fine a déjà été contemplé par de nombreux êtres humains. Il appartient donc encore à la matière dense et il est formé par les êtres essentiels qui préparent partout le chemin de l’esprit humain.

Il est très important pour vous de savoir ceci: les êtres essentiels préparent pour l’esprit de l’être humain, donc par là même pour l’âme humaine et aussi pour l’être humain de la terre, le chemin qu’il doit parcourir, qu’il le veuille ou non!

Ces essentiels sont influencés par les êtres humains et apparemment aussi dirigés par eux. Mais apparemment seulement; car ici, le guide véritable n’est pas l’être humain, mais la Volonté de Dieu; la Loi d’airain de la Création qui plaça à cet endroit ce groupe d’êtres essentiels et qui dirige leur activité dans la vibration de la Loi.

Grâce à une activité semblable des êtres essentiels, naissent aussi toutes les formes-pensées. Mais ici, un autre groupe et un autre genre d’êtres essentiels sont à l’œuvre qui, à côté des premiers, développent également dans la matière dense fine un plan particulier.

C’est ainsi que naissent des paysages, des villages et des villes. Du beau et du laid. Mais les différents genres sont toujours exactement assemblés. Donc, le laid avec le laid, le beau avec le beau, selon le genre correspondant.

Tels sont les lieux, les plans dans lesquels vous devrez encore vous mouvoir, après votre mort terrestre, avant de pouvoir pénétrer dans la matière fine. Le plus dense de ce qui adhère encore terrestrement à votre âme est ici refoulé et abandonné. Vous ne pouvez pas emporter avec vous dans la matière fine le moindre grain de poussière. Il vous retiendrait jusqu’à ce qu’il tombe, donc jusqu’à ce que, par l’expérience vécue, il se détache, grâce à la reconnaissance.

C’est ainsi qu’après la mort terrestre, l’âme est obligée de continuer lentement de cheminer et de gravir marche après marche, donc plan après plan, reconnaissant constamment par sa propre expérience vécue ce qu’elle s’est acquis.

Le chemin est pénible si les petits essentiels ont été contraints de construire pour vous des lieux obscurs ou troubles d’après votre vouloir ici sur terre. C’est toujours vous-mêmes qui en êtes la cause.

Vous savez maintenant ce que les petits êtres essentiels font et comment ils agissent sous votre influence; ils agissent dans la Loi de l’effet de réciprocité! Les petits essentiels tissent ainsi votre destin! Ils sont les petits maîtres-tisserands qui travaillent pour vous, parce qu’ils ne tissent toujours que ce que vous voulez, suivant votre intuition profonde de même que d’après vos pensées et aussi vos actions!

Mais ils ne sont pas pour autant à votre service!

Il y a seulement trois genres d’êtres essentiels qui sont occupés à cela: le premier genre tisse tous les fils de vos intuitions, le deuxième genre les fils de vos pensées et le troisième genre les fils de vos actions.

Il n’y a donc pas une texture, mais trois; elles sont cependant reliées entre elles et aussi reliées à beaucoup d’autres textures. Toute une armée est ainsi au travail. Et ces fils ont des couleurs en fonction de leurs genres. Mais je ne dois pas encore aller si loin dans les explications, sinon nous en arriverions à ce qui est encore insaisissable pour vous et n’en verrions jamais la fin. Vous ne pourriez ainsi obtenir aucune image claire.

Restons-en donc provisoirement à l’individu. En dehors d’autres choses, partent de lui trois textures de genres différents parce que son intuition n’est pas toujours identique à ses pensées et que d’autre part, ses pensées ne sont pas toujours en accord avec ses actions! En outre, les fils de l’intuition sont d’un tout autre genre; car ceux-ci pénètrent dans la matière fine et dans le spirituel, et c’est qu’ils sont ancrés, tandis que les fils des pensées ne restent que dans la matière dense fine où ils doivent être dénoués.

Mais les fils du comportement sont encore plus denses et plus lourds. C’est pourquoi ils sont ancrés à l’endroit le plus proche de l’existence terrestre et après le départ de la terre, ces fils doivent donc d’abord être traversés et dénoués par l’expérience vécue, avant que l’âme puisse en fait aller plus loin.

Vous ne pressentez pas du tout à quel point le chemin est long, pour plus d’une âme, rien que pour parvenir à la matière fine! Quant au spirituel, n’en parlons même pas.

Tout cela, l’être humain, dans sa superficialité, le nomme brièvement au-delà, et s’en contente. Dans sa paresse, il met tout dans le même pot.

Il y a beaucoup d’âmes encore liées à la terre pour un long moment, parce qu’elles sont accrochées à des fils qui sont solidement ancrés tout près de cette pesante matière dense. L’âme ne peut s’en délivrer que lorsqu’elle s’en est libérée grâce à l’expérience vécue c’est-à-dire lorsque, au cours du parcours qu’elle doit effectuer, elle parvient à la reconnaissance du fait que toutes ces choses ne possèdent nullement la valeur et l’importance qu’elle leur avait accordées et combien il était futile et faux d’avoir gaspillé tant de temps pour elles, jadis sur la terre. Cela dure souvent très longtemps et c’est parfois bien amer.

Pendant ce temps, beaucoup d’âmes sont de nouveau attirées depuis la pesante matière dense pour s’incarner à nouveau et continuellement sur terre, sans avoir pénétré entre-temps dans la matière fine. Elles étaient obligées de demeurer dans la matière dense fine, parce qu’elles ne pouvaient s’en libérer suffisamment rapidement. Les fils les y retenaient trop solidement. Et là, il n’est pas question de se faufiler à travers par ruse.

Tant de choses sont possibles à l’être humain ici sur terre, choses qui ne le sont plus après son trépas. Il est alors plus fermement tenu par les Lois de cette Création, vivant directement tout ce qui se présente, sans qu’une lourde enveloppe de matière dense ne s’interpose pour en retarder les effets.L’enveloppe terrestre par sa pesante densité et son imperméabilité peut certes retarder ces effets, mais jamais les empêcher. C’est ainsi que le déclenchement de mainte chose est seulement différé, mais jamais aboli.

Tout ce que l’être humain a ressenti et pensé ici sur terre, ainsi que les rigoureuses et justes conséquences de ses actes, tout cela l’attend.

Lorsque l’être humain a une intuition, les fils qui en naissent et qui apparaissent comme de petites semences jaillissant de la terre sont accueillis et soignés par les petits essentiels, tout comme dans la matière physique où les mauvaises herbes reçoivent les mêmes soins attentionnés que les pousses nobles. Ces fils se développent et sont une première fois ancrés à la limite de la matière dense fine afin de pouvoir, ensuite, passer aux mains d’êtres essentiels d’un autre genre qui les guident à travers la matière fine. À la limite de celle-ci, l’ancrage se renouvelle ainsi que la transmission dans le plan de l’essentialité à partir duquel ils atteignent alors le spirituel où, grâce à un genre encore différent d’êtres essentiels, ils reçoivent leur ancrage définitif.

Tel est le chemin du bon vouloir qui conduit vers le haut. Le chemin du mauvais vouloir est dirigé de la même manière,  vers le bas.

À chaque ancrage effectué aux différentes limites, ces fils perdent une couche précise de leur genre qu’ils abandonnent pour pouvoir continuer à progresser dans l’autre genre. Cela aussi s’effectue conformément aux Lois et de façon exactement correspondante au genre respectif des plans traversés. Et toutes ces évolutions dépendent de l’activité des êtres essentiels!

Étant donné que le fait d’éprouver un bon vouloir trouve son origine dans la mobilité de l’esprit, les fils de ce bon vouloir sont donc acheminés dans le spirituel. À partir de là, ils attirent l’âme ou, au moins, la soutiennent, lorsque celle-ci a encore bien des choses à vivre et à dénouer dans la matière dense fine. De ce fait, lorsque beaucoup de ces fils sont ancrés dans le spirituel, elle ne peut pas sombrer ni chuter aussi rapidement qu’une âme qui ne porte en elle que des fils destinés à la matière dense fine, car cette dernière a été spirituellement paresseuse sur la terre et ne s’est liée qu’à la matière dense et à ses jouissances, les considérant comme les seules dignes de ses efforts.

L’âme attirée par les fils de son vouloir ne voit pas davantage ces fils que ne les voit l’être humain ici sur terre, car ils sont toujours d’un genre un peu plus fin que celle de l’enveloppe la plus extérieure dans laquelle cette âme se meut encore à ce moment-là. Mais à l’instant où cette enveloppe, grâce au détachement dû à la connaissance par l’expérience vécue, atteint la finesse égale aux plus denses de ces fils encore existants, lorsque, du fait de l’affinité avec l’enveloppe extérieure, elle pourrait enfin les voir, ceux-ci sont alors déjà tombés, parce que dénoués, de sorte qu’il n’arrive jamais que l’âme qui s’y trouve reliée en ait une vision réelle.

C’est ainsi que, en pensant de façon terrestre, ces petits essentiels sont au service de l’esprit humain parce qu’ils règlent leur activité selon le genre du vouloir conscient ou inconscient de l’être humain, et pourtant, ils n’agissent en réalité que selon la Volonté de Dieu dont ils accomplissent ainsi la Loi!

Il n’existe donc qu’une influence apparente de l’esprit humain dans cette activité. La différence n’apparaît qu’en fonction du point de vue selon lequel on la considère.

Lorsqu’au cours des exposés traitant de la fonction de réciprocité, j’ai parlé jadis de fils qui, émanant de vous, sont repoussés et attirés, vous n’y avez vu, certes, jusqu'à présent, qu’une image de fils enchevêtrés. Il n’était cependant pas acceptable que ces fils, tels des vermisseaux, puissent continuer à avancer tout seuls; il faut au contraire qu’ils passent et soient conduits par des mains, et ces mains appartiennent aux petits êtres essentiels agissant dans ce domaine et au sujet desquels vous ne pouviez encore rien savoir jusqu’à présent.

Mais maintenant l’image se dresse, vivante, devant vous. Représentez-vous que vous êtes constamment entourés par ces essentiels, qui vous observent, accueillent immédiatement chaque fil et le conduisent là où il doit aller. Non seulement ils font cela, mais en plus ils l’ancrent et le soignent jusqu’à la levée de la semence, jusqu’à la fleur et au fruit, exactement comme les êtres essentiels cultivent ici, dans la lourde matière dense, toutes les semences des plantes jusqu’à ce que vous puissiez en récolter les fruits.

C’est la même Loi fondamentale, la même activité, exécutée seulement par des êtres essentiels d’un autre genre qui, ainsi que nous le dirions en notre langage terrestre, sont des spécialistes en ce domaine. C’est ainsi que le même tissage, la même activité, sillonnent la Création entière apportant, sous la surveillance et les bons soins des essentiels, la semence, la germination, la croissance, la floraison et la fructification à tout, quel que soit ce dont il s’agit et quel qu’en soit le genre. Pour chaque genre, il existe une activité de l’essentialité et sans cette activité il n’y aurait, à l’inverse, pas de genres différents.

C’est ainsi que de l’activité des êtres essentiels, sous l’impulsion de la bassesse du vouloir humain et dans l’ancrage des fils qui en sont issus, naquit ce qu’on appelle l’enfer. Les fils du mauvais vouloir se sont ancrés là. Leur croissance, leur floraison portèrent finalement aussi les fruits correspondants que doivent recueillir ces êtres humains qui engendrèrent la semence.

C’est pourquoi règne en ces bas-fonds une volupté dévorante avec ses lieux correspondants, le désir de meurtre, les querelles et toutes les monstruosités des passions humaines. Cependant, tout jaillit de la même Loi par l’accomplissement de laquelle les petits êtres essentiels forment également la féerique beauté des Royaumes lumineux!

C’est ainsi que maintenant, devant vous, je fais naître une image après l’autre de la Création. jusqu’à ce que vous en obteniez une vue d’ensemble homogène et vaste, qui ne vous permettra jamais plus de chanceler en chemin et de vous égarer, parce que vous serez alors des initiés. Il faudrait qu’il soit déjà corrompu et digne d’être réprouvé, celui qui alors, ne voudrait pas diriger son chemin vers les Hauteurs Lumineuses.

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact