Résonances du Message du Graal 1

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Česky
Livre contenant


53. Demandez, alors il vous sera donné!

L’être humain a encore toujours des doutes quant à la forme de la prière. Il veut en cela faire ce qui est juste et ne rien négliger. Avec le vouloir le plus sincère, il se creuse la tête et ne trouve pas de solution lui donnant la certitude qu’en ce domaine il ne fait pas fausse route.

Mais se creuser la tête ne mène à rien, cela montre uniquement qu’il ne cherche toujours à nouveau à s’approcher de Dieu qu’avec son intellect, et cela il n’y parviendra jamais; car, ainsi, il demeure toujours loin du Très-Haut.

Celui qui a accueilli en lui mon Message correctement sait que les mots ont des limites beaucoup trop étroites pour pouvoir, à cause de leur genre, s’élever vers les Hauteurs Lumineuses. Seules les intuitions que contiennent les paroles montent plus loin, au-delà des limites des paroles formées, selon leur intensité et leur pureté.

Les mots ne servent pour une part qu’à montrer la direction que les irradiations de l’intuition doivent prendre. L’autre partie des mots déclenche le genre des radiations dans l’être humain lui-même, lequel emploie la parole formée comme soutien et comme enveloppe. Le mot auquel l’être humain pense lors de la prière vibre en lui rétroactivement, s’il le vit intérieurement ou s’il s’efforce de le rendre vivant en lui.

Au cours de l’explication, vous voyez déjà les deux genres de prière surgir devant vous. L’un s’élève en vous à partir de l’intuition, sans réflexion, par l’expérience vécue elle-même, elle est donc l’intuition intense d’un instant quelconque, laquelle doit d’abord s’envelopper de paroles au moment du jaillissement; l’autre genre forme des paroles à l’avance, en réfléchissant, et ne cherche à déclencher une intuition correspondante que par une action de retour à travers les paroles; cette manière veut donc remplir d’intuition les paroles déjà formées.

Il n’est certes pas besoin de dire laquelle de ces prières compte parmi les plus fortes; car vous savez vous-mêmes que le plus naturel est toujours aussi le plus juste. Il s’agit donc, dans ces deux cas, de la prière qui naît dans le jaillissement d’une intuition soudaine et qui, ensuite seulement, cherche à se comprimer dans des mots.

Admettez que vous atteigne, de façon inattendue, un coup très dur du destin, un coup qui vous fait frémir jusqu’au plus profond de vous. L’angoisse saisit votre cœur, pour quelque chose qui vous est cher. Alors, dans votre détresse, un cri d’appel à l’aide s’élève en vous avec une force qui ébranle le corps tout entier.

C’est que vous voyez la puissance de l’intuition capable de s’élancer jusqu’aux Hauteurs Lumineuses, si… cette intuition porte en elle une pureté remplie d’humilité; car sans cette pureté, en effet, un arrêt bien précis se trouve déjà placé sur le chemin ascendant, quelles que soient l’intensité et la vigueur de l’intuition. Sans l’humilité, cela lui est complètement impossible, elle ne pourrait jamais parvenir jusqu’à la pureté qui entoure tout le Divin en un arc vaste comme des mondes.

Aussi, une intuition d’une telle intensité n’amènera toujours avec elle qu’un balbutiement de paroles, parce que sa force ne se laisse jamais comprimer en des paroles étroites. L’intensité déborde au loin bien au-delà des limites des mots, renversant dans son bouillonnement toutes les barrières que les mots veulent placer par l’activité étroitement limitée du cerveau terrestre.

Chacun de vous aura sans doute déjà fait une fois dans son existence une expérience semblable. Vous pouvez donc saisir ce que je veux dire ici. Et ceci est l’intuition que vous devez avoir au cours de la prière, si vous espérez qu’elle soit capable de s’élever jusque dans les Hauteurs de la pure Lumière, d’où vient pour vous tout exaucement.

Cependant, ce n’est pas seulement dans les angoisses que vous devez vous tourner vers le Haut, une joie pure peut aussi, avec la même puissance, jaillir de vous vers le Haut, aussi le bonheur, la gratitude! Et cette manière de prier remplie de joie s’élance encore beaucoup plus rapidement vers le Haut, parce qu’elle n’est pas troublée. L’angoisse trouble très facilement la pureté de votre intuition et fait naître une fausse façon de prier. Trop souvent s’y mélange le silencieux reproche que ce soit précisément à vous qu’une telle chose, qui atteint si lourdement votre âme, doive arriver; vous ressentez même de la rancoeur, et ce n’est évidemment pas la bonne voie. Vos appels sont alors inévitablement maintenus dans le bas.

Pour la prière, il n’est pas nécessaire que vous formiez des paroles. Les paroles sont là pour vous, pour vous fournir le soutien nécessaire à votre intuition, afin qu’elle demeure plus fermement concentrée et ne se perde pas en de nombreux genres.

Vous n’êtes pas habitués à penser clairement et à vous intérioriser sans paroles, au risque de perdre en même temps la bonne direction, car, en parlant trop, vous êtes devenus beaucoup trop superficiels et distraits. Vous avez encore besoin des mots qui indiquent le chemin, et aussi qui servent d’enveloppes, pour maintenir ensemble les genres particuliers d’intuitions, afin de vous représenter aussi, de façon plus claire, ce que vous voulez déposer dans la prière, et ce, grâce à la parole.

Telle est la façon de prier lorsque l’élan pour cela vient des intuitions, donc lorsqu’il est un vouloir de votre esprit! Mais, chez les êtres humains d’aujourd’hui, cela arrive rarement. Uniquement lorsque, d’une façon ou d’une autre, un choc très intense les atteint, par la souffrance, la joie ou aussi par la douleur physique. Volontairement, sans y être poussé par un choc, plus personne ne prend la peine de penser de temps en temps à Dieu, le Dispensateur de toutes les grâces.

Tournons-nous à présent vers le deuxième genre de prières. Ce sont des prières qui sont exécutées à des moments bien déterminés, sans qu’il y ait l’un des motifs que nous venons d’examiner. Dans ce cas, l’être humain se propose de prier. Il s’agit d’une prière réfléchie, expressément voulue.

De ce fait aussi, le processus se modifie. L’être humain pense ou énonce les paroles déterminées de la prière, paroles qu’il a lui-même composées ou qu’il a apprises. Habituellement, ces prières sont pauvres en intuition. L’être humain pense beaucoup trop à bien placer les mots et cela seul le détourne du véritable ressenti de ce qu’il dit ou seulement de ce qu’il pense.

Vous reconnaîtrez sans plus la justesse de cette explication sur vous-mêmes, si vous faites un retour sur vous en pensée et vous vous examinez soigneusement une bonne fois à ce sujet. Il n’est pas facile de déposer dans ce genre de prières la pure faculté intuitive. La moindre contrainte l’affaiblit déjà et exige une partie de la concentration pour elle-même.

À cette occasion, il faut d’abord rendre vivantes en vous-mêmes les paroles formées, cela veut dire que les mots déclenchent en vous le genre de l’intuition qu’elles expriment dans leur forme. Le processus ne va donc pas de l’intérieur vers l’extérieur, traversant le cerveau postérieur pour aller vers votre cerveau antérieur, lequel forme rapidement des paroles correspondant aux impressions, au contraire, le cerveau antérieur commence d’abord à former des paroles, qui sont ensuite recueillies rétroactivement et élaborées par le cerveau postérieur, pour exercer à partir de là une pression correspondante sur le système nerveux du plexus solaire lequel, après d’autres processus, peut à ce moment-là seulement déclencher une intuition correspondant à la parole.

La succession chronologique de tout cela va, en vérité, extrêmement vite, de sorte qu’il semble à l’observateur que tout se produit simultanément, mais malgré cela, de telles formations ne sont pas si fortes, pas si spontanées que celles qui naissent sur le chemin inverse. Elles ne peuvent donc pas non plus obtenir l’effet escompté et, dans la plupart des cas, elles demeurent vides d’intuition. Déjà, si quotidiennement vous répétez sans cesse les mêmes paroles, elles perdent leur force, elles deviennent une habitude et sont alors sans signification.

C’est pourquoi, devenez naturels dans la prière, vous les êtres humains, devenez dégagés, sans artifice! Ce qui est appris devient facilement une sorte de récitation. Vous ne faites ainsi que vous rendre les choses difficiles.

Si vous commencez votre journée avec une véritable intuition de gratitude envers Dieu, si vous la terminez aussi avec une intuition de gratitude, et même si ce n’est de la gratitude que pour l’enseignement qui vous a été donné en ce jour par l’expérience vécue, alors vous  vivez bien! Que chaque oeuvre soit élaborée avec application et soin, telle une prière de gratitude, que chaque parole que vous prononcez reflète l’amour que Dieu vous dispense, alors l’existence sur cette terre deviendra bientôt une joie pour chacun de ceux qui sont autorisés à vivre sur elle.

Ce n’est absolument pas difficile et cela ne vous dérobe pas de temps. Un court instant de sincère et profonde gratitude ressentie intuitivement vaut beaucoup mieux qu’une prière apprise qui dure des heures et que vous ne pourriez pourtant pas suivre avec votre intuition. En outre, une telle prière extérieure ne fait que vous dérober du temps pour la véritable gratitude dans l’action joyeuse.

Un enfant qui aime réellement ses parents leur prouve cet amour dans sa manière d’être, par l’action et non par des paroles flatteuses qui, dans bien des cas, ne demeurent que l’expression d’une suffisance avide de cajoleries si ce n’est pas aussi une exigence résultant de l’égoïsme. Ceux que l’on appelle cajoleurs ont rarement de la valeur, ils ne pensent toujours qu’à eux et à la satisfaction de leurs propres désirs.

Ce n’est pas autrement que vous vous tenez devant votre Dieu. Prouvez-le par l’action, ce que vous voulez Lui dire!

Ainsi, vous savez maintenant comment vous devez prier et déjà vous êtes de nouveau angoissés devant la question de savoir ce que vous devez prier.

Si vous voulez reconnaître la façon juste de prier, il vous faut d’abord séparer la prière de vos demandes. Faites une différence entre la prière et la demande! Ne cherchez pas toujours à appeler vos demandes des prières.

Il faut que la prière et la demande représentent deux choses distinctes pour vous; car la prière fait partie de l’adoration, si vous voulez réellement vous diriger d’après la notion, tandis que la demande ne peut pas compter comme telle.

Il est indispensable que vous vous dirigiez désormais en conséquence et que vous ne mélangiez pas tout.

Donnez-vous dans la prière! Voilà l’unique appel que je vous adresse et dans le mot lui-même vous avez aussi l’explication. Donnez-vous au Seigneur dans votre prière, donnez-vous à Lui, entièrement et sans réserve! La prière doit être pour vous un déploiement de votre esprit aux pieds de Dieu, dans la vénération, la louange et la gratitude, pour tout ce qu’Il vous accorde, dans son grand Amour.

C’est tellement inépuisable. Seulement, jusqu’à ce jour, vous ne l’avez pas encore compris, vous avez perdu le chemin qui peut vous permettre d’en jouir dans la pleine conscience de toutes les facultés de votre esprit!

Une fois que vous avez enfin trouvé ce chemin par la reconnaissance de toutes les valeurs de mon Message, alors il ne vous reste plus aucune demande. Il n’y aura plus que louange et gratitude, aussitôt que vous tendez vos mains et tournez votre regard vers le Haut, vers le Très-Haut, qui se manifeste à vous par son Amour. Alors, vous êtes constamment en prière, tel que le Seigneur est en droit de l’attendre de vous; car vous pouvez, oui, prendre dans la Création tout ce dont vous avez besoin. La table y est donc servie à tout moment.

Et, grâce aux facultés de votre esprit, vous pouvez choisir. La table vous offre toujours tout ce dont vous avez besoin et il n’est pas nécessaire de demander, si seulement vous prenez la peine de vous mouvoir de la juste manière dans les lois de Dieu!

Tout cela est déjà dit dans les paroles bien connues de vous: «Cherchez et vous trouverez! Demandez et il vous sera donné! Frappez et l’on vous ouvrira!»

Ces paroles vous enseignent l’indispensable activité de l’esprit humain dans la Création, et aussi, avant tout, la juste utilisation de ses facultés. Elles lui indiquent exactement comment il doit s’accorder avec la Création et elles lui montrent aussi le chemin qui le fait progresser dans celle-ci.

Les paroles ne sont pas seulement valables au quotidien, mais leur sens est plus profond, il englobe toute l’existence de l’esprit humain dans la Création d'après la loi de l’indispensable mouvement.

Le: «Demandez et il vous sera donné!» montre tout à fait clairement la faculté de l’esprit mentionnée dans la conférence «Le cycle des radiations», faculté qui l’incite, sous une impulsion bien définie et dont il ne peut se débarrasser, à toujours vouloir ou désirer quelque chose qui, alors, attire aussitôt le genre semblable par son rayonnement en lequel, autoactivement lui est donné ce qu’il désire.

Mais l’impulsion du désir doit toujours demeurer une requête, elle ne doit pas devenir une exigence unilatérale ainsi que chaque être humain d’aujourd’hui s’est malheureusement déjà habitué à le faire. Car si cela demeure une requête, alors l’humilité y est ancrée et, par conséquent, cela renferme toujours du bien et attirera aussi du bien.

Jésus montra distinctement, par ces paroles, comment l’être humain doit s’adapter pour diriger toutes les facultés auto-actives de son esprit sur la voie juste!

Ainsi en est-il pour toutes ses paroles. Mais elles furent malheureusement comprimées dans le cercle étroit de l’intellect terrestre humain et, ainsi, gravement déformées; pour cette raison, aussi, elles ne furent plus jamais comprises ni correctement interprétées.

En effet, chacun peut facilement comprendre que ces paroles ne visent pas les relations des humains entre eux, car, pas plus aujourd’hui qu’elle ne l’était autrefois, l’attitude des êtres humains n’est telle, que l’on puisse attendre d’eux l’accomplissement de conseils de ce genre.

Allez vers les êtres humains et demandez, il ne vous sera rien donné. Frappez, l’on ne vous ouvrira pas! Cherchez parmi les êtres humains et leurs oeuvres, et vous n’y trouverez pas ce que vous cherchez!

Jésus ne voulait pas non plus parler de la situation de l’être humain en face de Dieu lui-même, en oubliant tous les univers gigantesques qui s’étendent entre Lui et eux et qui ne peuvent pas être simplement mis de côté comme s’ils n’existaient pas. Il ne voulait pas non plus parler seulement de la Parole Vivante, mais Jésus a toujours parlé en puisant à la Sagesse Originelle et ne La comprima jamais dans une façon de penser et des comparaisons terrestres mesquines. Lorsqu’il parlait, il voyait devant lui l’être humain se tenant dans la Création, et il choisissait ses paroles de façon à tout englober!

Or, toutes les retransmissions, traductions et interprétations souffrent du fait que l’on omet de penser à cela. Celles-ci ne furent toujours exprimées qu’avec la mesquine pensée humaine et terrestre auxquelles elles furent mélangées et, de ce fait, elles furent déformées et dénaturées. Et là où la compréhension faisait défaut, on y ajoutait des idées personnelles, ce qui ne pouvait jamais faire atteindre le but recherché, aussi bonne que fût l’intention.

Ce qui est humain demeura toujours mesquinement humain, mais le Divin englobe toujours tout! C’est ainsi que le vin fut fortement mélangé d’eau et qu’il en résulta finalement quelque chose de différent de ce qui était à l’origine. Cela, vous ne devez jamais l’oublier.

Aussi, avec le «Notre Père», Jésus, par les requêtes qui y sont citées, ne cherchait qu’à orienter d’une façon très simple le vouloir de l’esprit dans la direction qui ne lui permettait de désirer que ce qui était favorable à son ascension, afin que cela lui soit accordé par la Création.

Il ne réside ici aucune contradiction, mais c’était la meilleure façon d’indiquer le chemin à suivre, le bâton infaillible pour tout esprit humain de cette époque-là.

Mais l’être humain d’aujourd’hui a besoin de tout le vocabulaire qu’entre-temps il s’est créé, et de l’emploi de chaque concept qui en est résulté, s’il doit y avoir pour lui un chemin menant hors de la confusion des subtilités de son intellect.

C’est pourquoi, êtres humains de l’époque actuelle, je dois vous donner des explications plus approfondies, lesquelles, en réalité, répètent exactement la même chose, mais à votre façon!

Apprendre cela est maintenant votre devoir; car vous êtes devenus des initiés au savoir de la Création! Aussi longtemps que vous n’accomplissez pas, dans le savoir, les devoirs que vous imposent les facultés de votre esprit pour votre évolution, vous n’avez pas non plus, le droit de demander!

Cependant, par le fidèle accomplissement de vos devoirs dans la Création, tout vous sera accordé par la fonction d’échange, et il n’y aura plus pour vous de raison de demander quoi que ce soit; au contraire, seule la gratitude jaillira librement dans votre âme vers celui qui, dans l’Omnisagesse et l’Amour, vous comble sans cesse et chaque jour de ses dons! 

Vous, pauvres humains, si seulement vous pouviez enfin prier de façon juste! Réellement prier! Combien riche serait alors votre existence; car dans la prière réside le plus grand bonheur qui puisse vous échoir. Elle vous élève à une hauteur incommensurable. Si bien que l’intuition de bonheur flue à travers vous, vous emplissant de béatitude. Si seulement vous pouviez prier, êtres humains! Que ce soit maintenant mon voeu pour vous.

Alors, dans votre façon mesquine de penser, vous ne demanderez plus qui vous devez et pouvez prier. Il n’y en a qu’Un à qui vous pouvez consacrer vos prières, le seul: DIEU !

En des instants solennels, approchez-vous de Lui, avec une intuition sacrée et répandez devant Lui toute la gratitude que votre esprit peut avoir! Tournez-vous uniquement vers Lui dans la prière; car c’est à Lui seul que revient la gratitude et c’est à Lui seul aussi que tu appartiens, ô être humain, puisque c’est aussi grâce à son grand Amour que tu as pu naître!

Toutefois, si tu as des demandes, alors tu peux t’adresser à ses Fils, au Christ Jésus ou bien à Imanuel. Cependant, tu ne dois jamais élever la demande au rang de la prière; car la prière appartient uniquement au Seigneur!

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact