Résonances du Message du Graal 1

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Česky
Livre contenant


56. Et lorsque l’humanité questionnera...

Il est une chose étrange concernant l’humanité de la terre! Comme une masse pesante, paresseuse, corrompue, elle repose dans la Création. Cette humanité, dont le tissage devrait être le plus actif, le plus mobile, le plus beau et le plus lumineux si elle utilisait convenablement les facultés qui lui ont été dévolues par grâce.

Mais sombre, trouble, elle alourdit tout comme du plomb, toujours prête à exercer jalousement son influence empoisonnante sur ce qui veut s’élever au-dessus du niveau moyen de son espèce. Hostile à la Lumière, elle guette le moment pour souiller tout ce qui ne veut pas suivre avec elle sur le chemin qu’elle a elle-même tracé et qui conduit à l’abîme, à la perdition éternelle.

Les êtres humains se tiennent à l’écart du Seigneur, parce qu’ils veulent devenir eux-mêmes des seigneurs sur la terre! Et malgré cela, ils ont à présent plus que jamais le nom de Dieu à la bouche, afin de l’utiliser pour leurs fins personnelles, de le porter comme un bouclier et de montrer ainsi la pureté de leur vouloir.

Cependant, leur for intérieur n’a rien à voir avec le bouclier qu’ils montrent ainsi; car leurs âmes sont remplies de méfiance, une méfiance issue de la crainte que quelqu’un puisse chercher à leur disputer ce qu’ils s’évertuent à obtenir pour eux-mêmes: la puissance terrestre et le pouvoir terrestre.

Et cette méfiance trouble chaque pur vouloir; elle entraîne vers le bas, rend injuste, fanatique et accroît le mésusage du Saint Nom: «Dieu»!

Les êtres humains ne se questionnent pas à ce sujet! Après tout, ils ne se préoccupent jamais de ce qui peut réellement leur être profitable ni des questions qu’ils doivent se poser, mais uniquement de ce qui va dans le sens de leur pensée. Mais puisque l’être intime de toute l’humanité n’est aujourd’hui rempli que de méfiance, il est inéluctable que la méfiance aussi soit dissimulée dans chaque question, comme conséquence d’un état d’âme déformé et corrompu jusqu’au tréfonds. 

Ce qu’un être humain pense de son prochain, il le puise en lui-même et le suppose chez lui-même. Un être humain réellement bon ne voudra trouver en premier lieu chez les autres que le bien, alors qu’un être mauvais n’est tout naturellement capable que de présumer le mal chez son prochain, principalement lorsqu’il s’agit de ces choses qu’il n’est lui-même pas encore en mesure de comprendre.

Un être humain mauvais interprétera chez un autre tout ce qu’il ne comprend pas encore comme l’effet d’un mauvais vouloir, étant donné que, conformément à son genre, il ne s’attend nullement à rien d’autre.

Or, chez un être humain bon, c’est le cas inverse. Il considérera toute chose en premier lieu selon son genre, lequel est bon.

Un être humain mauvais ne peut jamais croire au bon vouloir; il ne peut en faire la base d’aucune action, parce qu’il n’en est lui-même pas capable. Il reléguera toute action désintéressée dans le domaine des contes, ou même dans celui du mensonge, parce cela lui est étranger et incompréhensible.

Seul celui qui est bon peut y croire, parce qu’il est lui-même capable de se comporter de façon semblable.

C’est ainsi que le jugement d’un être humain sur ses prochains n’est toujours que le reflet de son propre état intérieur, qu’il exprime ainsi très clairement.

Les êtres humains qui profèrent et répandent le mal au sujet de leurs prochains doivent eux-mêmes appartenir au mal dans leur être intime; sinon ils n’agiraient pas de la sorte! Ceci est une Loi de la Création qui vibre dans le genre semblable. C’est ainsi que, dans son Omnisagesse, votre Créateur a aussi contraint chaque être humain à présenter ouvertement devant lui un miroir où sa propre vie intérieure peut être très nettement reconnaissable par l’observateur tranquille. Seulement, dans la grande simplicité de ses effets, cette Loi, en tant qu’aide de la Lumière, n’a pas encore été exactement prise en considération, parce que l’être humain n’a jamais fait l’effort d’approfondir la logique des Lois de Dieu dans la Création.

Il n’aspire toujours qu’à avancer vite sur son chemin terrestre, pour acquérir des biens matériels qui offrent les prétendus agréments d’une existence terrestre, mais qui mène en réalité à la platitude et, de ce fait même, provoquent le déclin spirituel, parce qu’ils conduisent à la commodité paresseuse, sans jamais mener à l’ascension.

L’être humain se précipite ainsi à travers le temps qui lui est accordé par grâce, sans regarder à droite ni à gauche, uniquement pour atteindre des objectifs terrestres. De ce fait, il n’apprend rien de la Création qui l’entoure, dans laquelle il est autorisé à vivre et où il doit aussi agir en conséquence.

Sans quoi il aurait depuis longtemps reconnu également cette Loi qui lui montre toujours distinctement son prochain tel qu’il est réellement. Et de semblables reconnaissances secourables le mèneraient, sur son chemin terrestre, plus loin que là où mène sa précipitation; elles lui épargneraient beaucoup de souffrances et beaucoup de déceptions et, de ce fait aussi, il devrait en être autrement qu’aujourd’hui sur terre!

Apprenez enfin à connaître les Lois de Dieu dans la Création, êtres humains, et vous serez aidés!

Mais pour cela il vous faudrait faire un effort et abandonner cette volonté d’exiger à laquelle vous vous êtes habitués dans l’activité de votre présomption hostile à Dieu! Alors, aujourd’hui, ce ne serait pas la méfiance qui régnerait au milieu de vous, brandissant son fouet au-dessus de vous! Mais la méfiance n’est que le fruit de la paresse d’esprit. Si votre esprit était simplement actif, comme l’exige de vous la Volonté de Dieu, et si vous n’aviez pas placé l’intellect lié à la terre, qui n’est autorisé à être qu’un instrument de votre esprit, à la place de celui-ci, alors la méfiance n’aurait pas pu conquérir sur terre la place qu’elle a prise aujourd’hui.

En réalité, la méfiance est le fruit le plus mauvais du faux vouloir de cette humanité et des faux chemins qu’elle a pris. La méfiance brandit son fouet comme l’ultime conséquence de votre état de trabans lucifériens! La méfiance se niche aujourd’hui partout où vous regardez; non seulement dans les États et les Églises, dans le commerce ou les relations, mais dans la plus grande intimité des familles, dans le foyer sacré du mariage.

Même s’il n’y a que deux personnes réunies, la méfiance brandit son fouet au-dessus de vous! Elle est sortie de vous, couve autour de vous, au-dessus de vous, avec une avidité repoussante; elle imprime profondément ses serres dans vos âmes et vous pousse de surcroît à vous entredéchirer!

Et ce sera encore cette méfiance, la pire plaie que vous ayez vous-mêmes engendrée, qui entraînera un grand nombre d’êtres de cette humanité, voire la majorité d’entre eux, dans sa chute, dans l’horreur de la décomposition, dans la mort éternelle!

Un éclair de la Lumière la touchera mortellement, mais dans les convulsions de son agonie, elle ne vous lâchera pas et ses serres vous retiendront de millions de manières différentes. Elles se resserreront encore plus durement dans la raideur de la mort; les âmes qu’elle aura empoignées ne pourront plus s’en dégager, à moins que, dans leur désespoir, elles ne déploient elles-mêmes encore une fois un immense effort pour s’en arracher et s’en libérer encore au dernier moment au prix de mille douleurs. Mais cet arrachement exige un déploiement de volonté inouï et cause de profondes blessures en vos âmes!

Il en est peu parmi cette humanité qui seront encore capables de déployer cette force et d’autres redouteront les lourdes plaies et la douleur qu’exige cet arrachement.

Et c’est ainsi qu’ils s’enlisent dans une paresseuse inactivité et sombrent dans un abîme sans fond, dans une nuit éternelle où les attendent par contre des tourments mille fois plus grands que ne le seraient les souffrances infligées par un arrachement volontaire. Mais alors il est définitivement trop tard! Ils ont laissé faire cette méfiance à la croisée des chemins où la grâce de Dieu les avait encore une fois placés.

La paresse de son esprit conduit maintenant l’humanité à la chute définitive à travers son dernier fruit répugnant, indigne des êtres humains, hostile à la Lumière: la méfiance!

En cela réside le Jugement: les êtres humains eux-mêmes ne sont plus capables d’accueillir la dernière grâce de Dieu! Et tous les êtres humains paresseux en esprit qui sont la proie du Jugement en tant qu’inaptes vont demander:

«Comment Abdruschin-Imanuel peut-il prouver qu’il est le Fils del’Homme?»

Cependant, seuls les êtres humains paresseux en esprit questionneront ainsi ou d’une manière semblable, ceux qui ne veulent pas fournir eux-mêmes l’effort nécessaire à leur salut. C’est bien leur méfiance qui les gouverne! Ils en sont les esclaves sans espoir de salut. Quant à rechercher eux-mêmes dans la Parole par une activité sérieuse de l’esprit et non pas seulement par celle de l’intellect, ils ne le peuvent plus. Ils sont déjà trop affaiblis dans leur esprit pour cela. Or, d’après la Loi immuable, la Parole de Vie, la Parole Vivante, laquelle réclame aussi la vie pour pouvoir être accueillie, ne peut rien apporter et n’apportera rien aux paresseux en esprit! Car celui qui n’en recherche pas sérieusement les valeurs, celui-là n’y trouvera rien. Cependant celui qui cherche, trouve!

Le Message contient et donne tout. Il est inépuisable pour l’esprit humain. L’être humain le plus simple de même que l’érudit le plus important peuvent y trouver ce qu’ils cherchent. Il n’est rien dans la Création qu’ils ne puissent trouver et reconnaître dans ce Message, du moment qu’il est intérieurement capable d’en recevoir les valeurs.

Même le savoir humain le plus grand existant jusqu’à ce jour peut encore s’étendre grâce à lui, sans jamais se heurter à une frontière. L’esprit humain doit seulement, en premier lieu, y chercher réellement, avec humilité et en étant prêt à recevoir avec gratitude. Toutefois, pour l’esprit qui veut s’astreindre à chercher, la présomption lui ferme le chemin de toute possibilité de recevoir.

Cependant, le temps n’est plus loin où des trésors insoupçonnés puisés dans la Parole du Message par des esprits humains issus de toutes les classes seront transmis dans l’allégresse à l’humanité à l’écoute. Et le Message vous donne toujours quelque chose de nouveau dans chacun des domaines du véritable savoir, pour l’âme et le corps,  aussi pour votre pensée et votre activité ici sur cette terre.

Mais d’ici là, il faut que les paresseux en esprit se séparent de ceux à l’esprit actif; ils s’en séparent d’eux-mêmes afin qu’à l’avenir, ils ne puissent plus rien entraver ni troubler, qui est dans la Volonté de Dieu.

Celui qui lit la Parole de mon Message avec sérieux et sans présomption, donc celui qui y cherche véritablement, celui-là y trouve aussi la reconnaissance pour lui-même et ne demande plus: «Comment Imanuel veut-Il prouver qu’Il est le Fils de l’Homme!»

C’est la Volonté de Dieu que l’esprit humain se réveille du sommeil et de la paresse qu’il s’est lui-même imposés, qui l’ont éloigné de la Lumière et le fit sombrer dans l’obscurité.

C’est la faute de l’humanité et d’elle seule! Si elle n’avait pas inconsidérément refusé toute liaison avec la Lumière, si elle ne s’en était pas coupée avec une obstination opiniâtre et la présomption d’un ridicule vouloir-mieux-savoir, alors personne n’éprouverait de difficulté à reconnaître Celui qui est envoyé par la Lumière.

Mais, jusqu’à présent, au cours de l’histoire attristante de l’évolution de toute l’humanité de la terre, il n’y eut toujours que peu, qui reconnurent effectivement les Envoyés de la Lumière et les acceptèrent.

Faute de l’humanité! Mais non de la Lumière! Et cette même humanité veut maintenant exiger de la Lumière qu’elle modifie les Lois éternelles à cause de ses fautes, afin que, tout en demeurant encore empêtrée dans ses fautes, elle puisse aisément reconnaître qui est l’Envoyé de Lumière, sans avoir besoin de s’en donner d’abord la peine!

Quelle prétention à l’égard de Dieu est renfermée dans une telle question, les êtres humains n’en sont plus du tout conscients, dans leur paresse d’esprit!

Laissez-les donc poursuivre leur chemin, qui les conduit à la perdition. Ils ne le veulent pas autrement. Détournez-vous des  questionneurs de ce genre et pensez ceci:

C’est ainsi qu’autrefois également ils avancèrent vers Jésus, alors qu’ils l’avaient déjà cloué sur la croix, et qu’ils exigèrent de lui: «Si tu es le Fils de Dieu, aide-toi toi-même et descends de la croix!»

Il devait donc, de cette façon, prouver encore une fois qu’il était le Fils de Dieu. Mais alors d’autres êtres humains n’auraient cessé d’exiger toujours de nouvelles preuves pour daigner croire à sa mission ou en être convaincus. Les souhaits se seraient alors multipliés à l’infini et, en définitive, malgré cela, personne ne se serait finalement ressaisi pour y croire réellement.

Vous connaissez pourtant suffisamment les êtres humains pour savoir cela par vous-mêmes.

Quant aux Paroles que Jésus prononça et enseigna, ils ne voulurent y penser qu’en second lieu et ils ne fournirent d’efforts à leur sujet qu’après avoir recueilli au préalable d’autres preuves. Faire des efforts par lui-même, l’être humain ne veut toujours s’y résoudre qu’en dernier lieu. Cela il le remet à plus tard, pour ne jamais l’accomplir, parce que finalement cela ne lui vient absolument pas librement.

Et c’est que réside pour lui sa faiblesse, porteuse de mort! Car c’est sur ce point que le Jugement se déclenche maintenant.

Je vous le dis: la Parole Vivante, le Message que j’ai apporté, est la preuve, comme il ne peut en être donnée de meilleure ni de plus convaincante à tous les esprits humains!

Et celui qui, en une recherche sérieuse, parvient à reconnaître la Parole, celui-là est parfaitement convaincu, même sans aucune autre aide! Et c’est cela seul qui peut aussi le sauver, l’aider, afin qu’il puisse aspirer vers les hauteurs, vers les Jardins lumineux de Dieu, où il est possible de vivre éternellement en une joyeuse activité selon la Volonté de Dieu.

Rien d’autre! Seul celui qui reconnaît la Parole et qui la fait effectivement sienne, donc vit réellement en fonction d’elle, celui-là sera sauvé de la mort éternelle. Mais un tel être humain ne demande pas non plus d’autres preuves. Tout est devenu pour lui une évidence, par l’expérience vécue de ma Parole qui lui en fournit ainsi la preuve!

L’être humain doit donc faire cet effort avec tout le sérieux nécessaire, en toute humilité, sans présomption et sans préjugé. S’il ne remplit pas cette condition, alors la Parole ne peut rien lui apporter. Elle lui demeure fermée, alors que dans le cas contraire, elle dépasse de loin les plus grandes espérances de chacun et déverse une richesse qui apporte la vraie paix, le véritable savoir et rend heureux!

Les êtres humains en feront l’expérience, même s’ils ironisent maintenant à ce sujet. Leurs âmes doivent être ébranlées par de pénibles bouleversements et ainsi, être préparées à vouloir recevoir en suppliant. Alors, ils reconnaîtront sans doute la richesse de mon Message, auquel pas un mot ne sera changé, mais qui est et restera ainsi que cela est, à présent, donné par Moi. Mais ce sont les êtres humains qui se transformeront en un temps très court, parce qu’actuellement leurs âmes sont encore trop engourdies par le vouloir personnel de l’intellect déformé.

Humains insensés, comme vous vous croyez donc si sûrs et si grands! Je vous le dis, encore une fois: ce n’est pas vous qui êtes en droit de formuler des exigences envers Dieu Tout-Puissant, mais c’est LUI qui pour une fois exige maintenant de vous, car sa longanimité est désormais à son terme!

Il exige de vous la preuve que vous avez bien employé, selon sa Très Sainte Volonté, les facultés qu’Il avait accordées à votre esprit! Que vous soyez mobiles en esprit et que vous puissiez reconnaître dans sa Parole Celuiqu’Il vous a maintenant envoyé!

Si vous n’en êtes pas capables, alors vous êtes devenus indignes de sa Clémence, vous n’avez pas utilisé les facultés qu’Il vous accorda pour que vous participiez d’une façon digne de l’être humain à l’action dans la Création; c’est que vous aurez enseveli et gaspillé votre humanisme et c’est pourquoi, en tant qu’êtres inutilisables dans la Création, vous serez effacés de son Livre de Grâce accordant l’autorisation de l’auto-conscience et la vie!

Allez au fond de vous-mêmes, êtres humains! Réveillez-vous spirituellement! Vous serez très bientôt contraints de changer, chacun individuellement, à travers le vécu personnel, car la main toute puissante de Dieu plane déjà sur toute chose et sa sainte Colère se déverse maintenant pour le salut de ceux qui ne sont pas encore complètement voués aux ténèbres et qui peuvent encore parvenir à se réveiller.

Utilisez maintenant chaque heure, vous, humains de la terre! Dans la Colère de Dieu, aussi la méfiance indigne sera totalement brisée, en tant que dernier et mauvais fruit du faux vouloir de ces êtres humains, ce fruit qui comme la peste, s’est déjà répandu sur toute la terre. Et toute la terre en sera de nouveau libérée!

Mais auparavant viendra le choc:

L’humanité exige de nouveau avec prétention comme déjà du temps de Jésus: prouve que tu es le Fils de l’Homme! L’humanité veut exiger cette preuve d’après ses propres conceptions étroites, terrestres, qu’elle s’est elle-même créées.

Mais Dieu exige maintenant dans sa sainte Colère: «Humanité, je T’ai donné jadis la capacité de toujours reconnaître tout ce qui vient de ma Lumière! Maintenant, reconnais mon Fils ou tu seras jugée et rejetée en tant qu’indigne d’être du genre humain et hostile à la Lumière!»

Ce qui en résultera, vous allez bientôt le vivre vous-mêmes! Et quand l’humanité questionnera à sa manière, Dieu lui répondra cette fois à sa Manière toute-puissante!

Et toute la ridicule présomption de ces êtres humains de la terre s’effondre comme un petit tas de poussière.

Remerciez le Seigneur lorsqu’Il vous aide par ses Coups, qui doivent aussi s’abattre sur vous, dans la fonction de réciprocité. Priez et soyez prêts, à l’heure de la plus grande détresse de l’humanité, à annoncer la Parole que je vous ai donnée!

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact