Résonances du Message du Graal 1

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Česky
Livre contenant


59. Pâques 1934

De même qu’au printemps mugissent souvent les tempêtes annonçant une nouvelle résurrection de la nature, de même cette année Pâques doit-il maintenant vous annoncer votre résurrection et celle de l’humanité, hors de ce sommeil spirituel qui a duré de nombreux milliers d’années. C’est la résurrection de votre esprit que la Fête doit annoncer, lequel était jusqu’à présent asservi par l’intellect lié à la terre.

C’est dans les tempêtes et dans les souffrances que naîtra l’époque nouvelle, une immense fièvre universelle entraînera la purification et secouera, ébranlera aussi le corps malade de cette terre, à tel point qu’il s’imaginera en périr, tandis qu’en réalité le processus conduit à la guérison.

L’ancien sera extirpé, pressuré et secoué, parce qu’il était faux et dérangeant dans la vibration de cette Création, il doit disparaître, il sera jeté au feu, consumé, et de ces cendres fleurira alors par la grâce de Dieu le nouveau qui s’insérera dans les Lois et qui, croissant en elles, s’y épanouira jusqu’à sa beauté parfaite, puis portera des fruits abondants qui offriront en délices le maximum de ce que l’esprit humain est capable de donner.

Mais de rudes tempêtes doivent d’abord survenir, il faut que des frissons de fièvre purificateurs pénètrent auparavant toute chose afin d’exterminer l’ancien, avant que le nouveau puisse ressusciter et vous, qui devez devenir capables d’en émerger, vous avez besoin de la grâce de Dieu pour pouvoir de nouveau vous redresser lorsque, après toutes les tempêtes, le nouveau soleil vous appellera à la vie nouvelle!

Tout sera merveilleux dans votre âme. Vous serez las à en mourir de béatitude et pourtant fraîchement revigorés par une Force indicible. Craintifs et hardis à la fois, en peine et cependant pleins de joie. De même qu’après de violents orages les dernières gouttes de pluie étincellent de tous leurs feux sur les fleurs et les herbes tels les plus magnifiques cristaux, de même les larmes brûlantes des âmes emplies d’amertume deviendront soudainement pareilles à des diamants rayonnants, telle une parure pour la joie la plus pure et la gratitude la plus profonde!

En pleurant, vous jubilerez et en tremblant, vous vous redresserez dans la Lumière éclatante de l’Amour de votre Dieu! Ainsi en sera-t-il pour vous après le Jugement.

Mais une fidélité inaltérable est pour vous le chemin qui y mène, une sainte foi est la clef du portail de la nouvelle vie, et c’est dans l’amour désintéressé que repose la Force dont vous avez besoin!

Alors, un jour, vous entendrez aussi ces cloches de Pâques qui annonceront la paix à tous les êtres humains, lesquels, tels des convalescents après une longue maladie, auront trouvé le chemin spirituel du retour vers le Seigneur, dont ils auront été contraints d’éprouver sa Sainte Colère avant de le reconnaître pour découvrir enfin, sauvés et remplis de gratitude, le grand Amour résidant en celle-ci.

Les cloches de Pâques annonceront aussi un jour la joie à un peuple, qui, engagé sur les fausses voies de sa présomption, s’est imposé les pires souffrances et qui, par là seulement, a appris à diriger son regard vers le haut pour parvenir enfin à cette maturité qui lui permet d’être appelé à précéder toute l’humanité de la terre, tel un flambeau, dans le service du Seigneur.

Et ce seront finalement aussi les cloches de Pâques qui feront retentir dans tous les pays l’annonce de l’Accomplissement, l’annonce que les ténèbres se sont enfin totalement retirées de la terre et que celle-ci peut se baigner dans la nouvelle Lumière qui lui est dispensée jusqu’à ce qu’elle puisse rompre ses liens pour s’épanouir, retrouvant son état originel à partir duquel elle s’est jadis formée.

Mais maintenant, ces cloches sonnent pour le Jugement! Chaque être humain se trouve contraint de passer sous le Glaive de Justice dont le rayon l’atteint. Pas tous simultanément, mais au cours d’un laps de temps tout à fait déterminé qui, par rapport au nombre des êtres humains, est étroitement mesuré.

Et une fois seulement chaque être humain a, pour lui-même, l’occasion de ressentir intuitivement la dernière grâce de Dieu dans la Parole! Elle passe devant lui d’une façon ou d’une autre, de telle sorte qu’il puisse la reconnaître pour peu qu’il le veuille. S’il ne s’y agrippe pas de toute sa force et s’il ne met pas cet instant à profit, elle ne se représentera jamais plus pour lui et il sera obligatoirement perdu.

Ce n’est qu’un petit nombre de ces êtres humains qui reconnaîtront encore la Grâce et l’utiliseront aussi pour eux-mêmes. Les autres gaspillent leur temps, l’occasion qui ne s’approche qu’une fois. Ils pensent que, comme jusqu’ici, ils peuvent la ressaisir à tout moment s’il ne peut absolument pas en aller autrement. Ils feront cependant une terrible découverte lorsqu’ils devront s’apercevoir qu’ainsi tout est déjà perdu pour eux, irréparablement, et que leurs noms sont déjà effacés du Livre de la Vie, la vie qui leur est accordée dans la Création.

Pour beaucoup, cette reconnaissance ne surviendra plus ici sur la terre, mais seulement lorsqu’ils auront dû quitter leur corps de chair. Or, ils auront déjà été voués auparavant à la mort, à la mort éternelle dont ils ne se réveilleront pas, après les indicibles tourments dus à la désintégration de l’autoconscience personnelle qui leur était accordée!

Seulement une fois, êtres humains, la Grâce passe en silence devant vous, sans vous appeler; car c’est à vous de la chercher autour de vous, par votre aspiration, l’attendant en veillant, ouverts au rayon qui arrive des Hauteurs Lumineuses. Seulement une fois chacun de vous, êtres humains, en serez effleuré pendant le Jugement! Non pas en faisant de la publicité ou en appâtant, mais objectivement, indifférente à l’égard de ceux qui la saisissent ou la laissent passer. C’est la Volonté de Dieu que vous fassiez l’effort vous-mêmes!

La peur, une angoisse sans bornes, devraient saisir l’humanité, si elle avait ne serait-ce qu’un pressentiment de la Grandeur de Dieu qui, dans sa Toute-Puissance inessentielle, trône, rayonnant, dans d’inaccessibles lointains. Inaccessibles même aux Archanges les plus purs dans le Divin!

Et de nombreux esprits humains s’imaginent, les uns, être eux-mêmes Divins de par leur origine, les autres, devenir quand même Divins au terme de leur ultime accomplissement, encore plus, être alors eux-mêmes peut-être une Partie de Dieu!

Eux, qui ne sont que des créatures issues d’une Irradiation, qui ne peuvent parvenir eux-mêmes à la conscience que dans les toutes dernières ramifications de cette Irradiation, étant donné qu’ils sont par ailleurs trop faibles pour supporter la pression de la Lumière plusieurs fois refroidie, ils veulent porter en eux une étincelle de Dieu, alors qu’ils ne possèdent pas même une notion de la Création de Dieu, encore bien moins de Dieu!

Ils ne font que se vautrer dans des formes fantastiques qui ont leur point d’origine dans le marécage étouffant de leurs propres désirs, lesquels adorent et vénèrent le cher «moi». Leur humilité est un dégoûtant blasphème envers la pure Sainteté du Seigneur! Ils sont, avec leur arrogante vanité et leur hypocrisie aux aguets, les créatures les plus repoussantes de cette terre.

Et ce sont précisément ces créatures humaines qui osent mépriser la Volonté de Dieu dans la Création et d’y substituer la leur comme étant seule déterminante pour eux, s’en servant comme ligne de conduite pour leurs pensées et leurs actes.

Le poison a pénétré en tout ce qui existe sur terre. Rien ne s’y déroule selon la véritable Volonté de Dieu, mais tout s’y effectue selon le vouloir des êtres humains, qui sont allés jusqu’à façonner la Volonté de Dieu selon leurs seuls désirs pour affirmer ensuite, dans leur témérité, que telle est la Volonté de Dieu et qu’elle ne saurait être différente, parce qu’ils le pensent ainsi! Or leur façon de penser se règle sur leurs désirs!

Partout règne le sacrilège criminel et blasphématoire. Où qu’il soit allé, l’être humain a répandu le poison. Quel que soit l’endroit où il agit avec sa façon de penser, laquelle, en tant que centre, noyau de toute son existence et de toute son activité, n’est jamais capable de considérer que l’être humain lui-même, là il a instauré sa volonté contre la Volonté de Dieu et a tout déformé par sa nuisible obstination!

Avec une évidence repoussante, en voulant sans cesse avoir raison, il s’empare aussi du droit de décider au sujet de maintes choses, un droit qui ne lui revient absolument pas, selon les saintes Lois de Dieu qui sont solidement ancrées dans la Création et auxquelles il aurait fallu qu’il se soumette s’il veut la paix.

Mais cela, il ne le veut pas! Devant les autres, en paroles uniquement, Dieu ne doit lui servir que de point d’appui pour son orgueil; car chaque jour, souvent même à chaque heure, il a l’audace de désigner lui-même ses propres pensées ainsi que ses paroles et ses actes comme étant voulus par Dieu, appelant Dieu comme témoin de son droit!

Le droit doit désormais être rendu à chacun, un droit sacré, mais autrement qu’il le pense! Et vous qui vous inclinez parce que vous croyez, vous devez en devenir les témoins dans les temps à venir!

Quoi que fasse l’être humain de la terre, cela est faux, car il s’est lui-même éloigné de Dieu. Il faut d’abord que tout devienne nouveau depuis la base avant qu’il puisse retrouver grâce devant Dieu.

Déjà, la notion que l’être humain s’est forgée de Dieu est fausse! Car, même en cela, on peut d’emblée reconnaître facilement maintes choses comme étant le produit de la présomption humaine, tellement celle-ci s’est incrustée dans le cerveau humain. Et c’est là-dessus que repose l’édifice erroné de toutes les pensées, comme de toutes les actions. L’être humain ne connaît plus son Dieu; au contraire, il ne s’en est fait qu’une idole qui lui est commode! Sur une base aussi fausse, il ne peut pas s’édifier de construction juste. Tout ce qui se tient dessus est obligé de s’effondrer.

Même l’être humain de bon vouloir n’est lui-même plus digne d’être secouru. Seul l’inconcevable Amour de Dieu parvient, malgré tout, à envoyer l’occasion d’un secours renouvelé!

Mais cette fois-ci, seule l’occasion sera donnée aux êtres humains, rien de plus. Comme pour celui qui est en train de se noyer auquel on ne peut que jeter une bouée de sauvetage, alors que d’autres possibilités restent irréalisables.

Ainsi en va-t-il pour vous, êtres humains! Il faut que, désespérés, vous luttiez pour vous-mêmes, il vous faut essayer de saisir vous-mêmes à temps cette bouée de sauvetage, sinon vous êtes voués à la mort éternelle, à laquelle vous vous êtes promis de votre propre fait!

Cette bouée vous est jetée dans la Parole de Dieu. Seul celui qui s’y agrippe en suppliant sera sauvé, tandis que tout le reste devra sombrer!

C’est pourquoi, êtres humains, luttez pour votre existence, avec tout votre meilleur vouloir; sinon les vagues se refermeront bientôt sur vous!

Je sais qu’une grande partie de ces êtres humains va maintenant obligatoirement à la perdition, car sinon, il ne pourrait y avoir de guérison dans le monde.

Dieu tolère encore uniquement les créatures qui se soumettent à sa Volonté, grâce à laquelle elles purent naître. Rien d’autre ne doit plus jouir des bénédictions de la Création. Il faut que la clarté se fasse partout. Ce qui perturbe sera rejeté et, sans apport de force, devra se décomposer; car il n’existe qu’une Force qui conserve et qui est donnée par Dieu. Et Celle-ci ne sera plus donnée en partage aux perturbateurs ni aux récalcitrants!

La Sainte Épée de Dieu vibre maintenant, en purifiant, dans le rayon de la plus haute Lumière au-dessus de cette terre, afin qu’il n’y reste rien de ce qui ne veut pas reconnaître la Vérité et qui ne veut pas se diriger joyeusement d’après elle!

La Justice de Dieu fracasse toutes les caricatures de justice déformées que l’humanité s’est créée, tout ce qu’elle a imaginé à partir de l’intellect corrompu et qui sert uniquement l’avidité de puissance la plus basse!

«C’est assez! Jusqu’ici et pas plus loin!» dit le Seigneur, et sa Sainte Colère anéantit tout ce qui n’est pas digne de ses Bénédictions!»

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact