Résonances du Message du Graal 2

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Česky
Livre contenant


7. Les plans Spirituels I

Pour tous ceux qui ont déjà correctement assimilé Mon Message, et seulement pour ceux-là, il est temps maintenant que Je développe à nouveau un peu plus le tableau de la Création, afin d’accroître leur savoir.

Vous êtes ainsi initiés à des connaissances plus hautes qui n’ont pas été données aux êtres humains jusqu’à présent, parce qu’ils ne les auraient pas comprises; parce qu’ils étaient spirituellement encore beaucoup trop immatures pour les recevoir. Et de lui-même, de son propre chef, jamais un être humain n’aurait pu parvenir à ces connaissances.

Il faut qu’elles soient données d’En Haut, comme grâce de la Lumière! Jusqu’à présent, J’ai déjà souvent parlé, des Créés-Originels qui agissent dans la Création originelle, le Royaume Pur-Spirituel.

Au lieu de dire Pur-Spirituel Je pourrais, avec le même droit, utiliser l’expression Spirituel élevé, ou le Spirituel achevé, voire même le plus élevé. Tout cela serait juste.

Mais J’ai préféré le mot Pur-Spirituel en considérant qu’il s’agit du spirituel le plus pur qui pouvait se former là. Il est le plus pur et, de ce fait, le plus fort du spirituel qui, sous la pression de la Lumière la plus élevée que peut en fait supporter le spirituel en tant que tel, a la faculté de devenir pleinement conscient de soi et aussi d’agir tout en demeurant conscient.

Par la prise de conscience personnelle naquit alors déjà simultanément aussi la forme, sans avoir à passer par un lent processus de formation ainsi que cela devient nécessaire dans d’autres sphères de mouvement de cette Création qui, se situant plus bas, sont encore plus refroidis et, de ce fait, plus denses et plus lentes.

Après que le plus fort et le plus pur issu du spirituel ait pu se détacher, en prenant forme immédiatement, et qu’il soit demeuré dans la proximité la plus grande du Plan Divin, retenu par la puissante attraction de celui-ci dans la pression de la Lumière, ce qu’il en resta fut repoussé plus loin par cette pression, parce qu’il n’était pas capable de la supporter, et dut donc reculer devant cette pression trop forte, après que le plus fort eût pris forme en divers genres, comme des formes humaines, animales et végétales, l’eau, le feu, l’air et la terre, tout cela demeurant bien évidemment, spirituel.

Le genre spirituel, repoussé encore plus loin et demeuré non formé put se refroidir davantage, dans un plus grand éloignement de la Lumière, et ainsi il naquit encore un monde nouveau; car dans le refroidissement, le reste du spirituel qui était cette fois l’élément le plus fort, put se détacher à son tour en prenant forme, afin d’agir de façon consciente dans ce plan plus refroidi.

Or, le deuxième genre tout comme le premier, le plus élevé, contiennent encore en eux-mêmes de nombreuses gradations qui se sont constituées en fonction de la rapidité de la prise de conscience avec laquelle ils se sont formés.

Les différences qui y existent furent à leur tour déterminées par les facultés diverses survenant aussi dans le genre semblable et résidant dans la capacité plus ou moins forte de supporter la proximité de la pression de la Lumière.

Là aussi existent encore de fines différenciations. Chaque plan d’un genre déterminé renferme donc encore, à l’intérieur de ses limites, de nombreux cercles, qui peuvent agir selon qu’ils se tiennent plus proches ou seulement plus éloignés du point le plus haut du plan correspondant.

Cela donne souvent des transitions à peine perceptibles qui s’étendent de cette manière sans interruption à travers la Création entière, et qui offrent des liaisons magnifiques, sans aucune lacune, des liaisons que nous pouvons aussi nommer échelons, pour l’écoulement du flux de la Force de Lumière, mais qui, malgré leur délicatesse, ne peuvent jamais être franchies vers le Haut si, dans ce même genre, la vigueur de la constitution correspondante n’est pas atteinte pour cela!

Cependant, les esprits humains d’évolution, dont font partie les êtres humains de la terre, ne trouvent leur origine ni dans le premier plan cité plus haut ni dans le deuxième plan spirituel collectif, mais ils proviennent du dernier précipité du spirituel, qui ne porte pas en lui suffisamment de Force pour pouvoir prendre forme en devenant conscient sur le second plan du spirituel.

Ce précipité ne pouvait pas non plus séjourner là car, même en cet endroit déjà éloigné, il ne pouvait pas résister à la pression de la Lumière, après que se fût détachée et formée dans ce deuxième plan la partie du spirituel qui en était capable. C’est ainsi que la partie restante, en tant que dernier précipité, dut reculer plus loin encore, là où la possibilité de refroidissement était encore plus grande.

Mais là encore il ne lui était pas possible, en tant que partie la plus faible et dernier précipité du spirituel, de parvenir de lui-même à la prise de conscience sans recevoir d’impulsion extérieure. C’est pour cette raison qu’il ne resta plus que des germes d’esprits humains, capables d’évolution certes, et de par leur genre spirituel pénétrés de cette impulsion, mais pas suffisamment forts pour pouvoir s’éveiller par eux-mêmes et prendre ainsi forme en devenant conscients.

Le genre spirituel des plantes et des animaux et de tout le reste dans ce dernier précipité était encore capable de se former et de façonner des paysages habités magnifiques; car la force de la prise de conscience personnelle du Je n’y était pas requise, ainsi qu’il en est chez les créatures du spirituel humain, lesquelles ne peuvent prendre forme qu’à partir du genre particulier du spirituel qui porte en lui un vouloir personnel et qui est donc d’un autre genre spirituel que celui à partir duquel les plantes et les animaux sont capables de se former.

seulement est donc l’origine de l’esprit humain de la terre en tant que tel dans la grandiose Création, là se forma et se trouve  le Paradis des esprits humains qui se sont développés jusqu’à la perfection, donc le plan de leur véritable point de départ, et en même temps, celui de leur retour dans l’accomplissement!

Vu de Haut en bas, le Paradis se trouve à une profondeur incommensurable, mais vu de la terre vers le Haut, il se trouve encore malgré tout à une indicible hauteur; car ils s’étendent loin ces plans des matérialités qui sont les aires d’évolution et les champs d’action des esprits humains!

L’incapacité à pouvoir s’éveiller par eux-mêmes, même en cet endroit extrême le plus éloigné de la Lumière, de l’ultime point d’appui du spirituel, contraint ces germes d’esprit à descendre encore plus bas, en suivant leur impulsion intérieure à évoluer; cela pour que, dans leur pérégrination à travers les matières fines et denses de plus en plus éloignées de la Lumière, ils évoluent lentement vers la prise de conscience spirituelle, étant donné que les frictions et les heurts dus à leur densité et à leur pesanteur contribuent à leur éveil et à leur renforcement, et même les y contraignent.

Telle est l’image approximative du devenir de votre esprit humain.

Je vous ai toujours parlé jusqu’à présent des Créés-Originels et des esprits d’évolution, mais Je n’ai pas mentionné les Créés! Cela aurait été trop pour les êtres humains aussi longtemps qu’ils ne connaissent pas encore à fond Mon Message ou qu’ils ne l’ont pas encore effectivement accueilli en eux; car en ce qui concerne la Parole Vivante du Message, l’assimilation ne se fait pas à la seule lecture. Cela exige un esprit éveillé et, dès le début, absolument le plus grand vouloir dans la recherche de la Lumière.

C’est uniquement pour de tels êtres sérieux et qui le demandent que Je donne une vue plus étendue de la merveilleuse Création qui, en tant qu’oeuvre de Dieu, se trouve autour de vous en une claire grandeur et dans l’activité des Lois auto-actives les plus parfaites et, par-là même, immuables.

Il est déjà bien assez pénible de savoir de quelle indigne façon l’être humain de la terre s’efforce depuis des millénaires de comprimer et d’étouffer en lui d’une manière funeste ce qu’il possède de plus précieux, oui, ce qui, seul à vrai dire, fait de lui un être humain: l’esprit, de sorte qu’il va même jusqu’à avoir honte à présent de parler de quelque chose de spirituel, d’admettre avoir vécu une expérience spirituelle, mais c’est un tourment renouvelé de toujours constater que les êtres humains considèrent pour de la sagacité voire même pour de l’érudition cette étroitesse d’esprit si délibérément imposée, cette sottise si incroyablement ridicule!

Il n’y a en cela qu’une consolation: le savoir relatif du changement en ces choses, lequel est déjà tellement imminent que personne ne le soupçonne ni ne pourrait même y croire; et la connaissance du fait objectif qu’une partie de ces mêmes êtres humains jettera alors un regard rempli de honte sur cette époque d’ignominieux désordre qui les éloignait considérablement de leur véritable condition humaine et de leur dignité d’êtres humains, tandis que l’autre partie n’entrera plus en considération; car elle n’existera plus.

Ce n’est qu’avec cette perspective que Je poursuis encore mes explications.

Puisque J’ai parlé des Créés-Originels, il était évident que Je parlerais aussi des Créés; car autrement Je n’aurais seulement cité que des Créés et des esprits d’évolution.

Mais Je veux continuer à lever le voile pour l’esprit humain, après lui avoir donné une image très condensée du chemin que prend la Lumière pour aller jusqu’à lui, ce chemin qu’Elle avait à parcourir avec différents points d’ancrage chaque fois que l’aide était envoyée par la Lumière; cela pour être finalement refusée par ces petits êtres humains de la terre, avec une criminelle présomption et être terrestrement assassinée, ainsi que cela s’est constamment produit jusqu’à ce jour.

Tremblez donc, lorsque la Toute-Puissance de Dieu vous appelle maintenant pour le Jugement!

Certes, des messages de ces plans que Je vous ai mentionnés aujourd’hui sont souvent descendus vers vous, pourtant vous n’en avez recueilli que des misérables fragments et vous les avez façonnés d'après votre façon humaine, de sorte que leurs transmissions se retrouvent dans les légendes et dans les poèmes sous forme de débris gravement altérés. Confus et, selon les Lois de la Création, impossibles dans leur description, mêlées à divers événements purement terrestres… il en résulta un mélange qui vous semble sublime et qui pourtant, en regard de la Vérité, paraît ridicule et ne peut être excusé que par votre ignorance.

Avant Mon Message, des êtres humains ont déjà entendu parler ici ou là de l’existence de ces plans, mais ils ne furent pas capables de les distinguer parce qu’il leur manquait tout réel savoir à ce sujet, et c’est pourquoi naquirent, en raison même de la présomption habituelle aux humains qui se croient avisés, les représentations les plus impossibles.

Il est déjà compréhensible que des êtres humains sérieux se soient, en hochant la tête, tenus à bonne distance de tout cela, tandis que, parmi les rêveurs exaltés et les fantasques, naissaient les aberrations les plus dévastatrices, sans parler du fait que tous ces nombreux petits prétentieux essayaient de se faire valoir, afin de pouvoir, au moins une fois, satisfaire sans peine ce penchant maladif toujours accroché à eux de vouloir se mettre en valeur!

Un répugnant marécage de matière fine fut tout ce qui en résulta, lequel devint très dangereux pour l’esprit humain parce qu’il l’empêchait de pouvoir accueillir sans influence la Vérité et de reconnaître ainsi le vrai chemin pour l’ascension! Mais l’hésitation mènera un très grand nombre d’êtres humains à l’anéantissement, eux qui sinon auraient encore pu s’en sauver.

Mais malgré tout, c’est finalement tout de même la volonté personnelle et libre, et la conséquence d’une paresse d’esprit que chaque individu s’est lui-même créée, lui qui se retient lui-même de la reconnaissance et qui dans le Jugement, devra subir la Loi de Dieu en tant qu’être inutilisable.

Celui qui se donne seulement un peu de peine doit très vite, grâce à l’intuition, reconnaître clairement la Vérité dans les poèmes.

Prenons donc la légende au sujet de Parzival! Partant en pensées de cette petite terre l’être humain essaie de chercher et de trouver quelque chose au sujet de Parzival, afin de découvrir l’origine, la naissance de cette légende.

Les poètes de la terre ont bien imaginé des personnages terrestres qui ont donné une impulsion extérieure à la forme du poème, cependant durant leur travail d’approfondissement spirituel, ils puisèrent inconsciemment bien des choses à des sources qu’ils ne connaissaient pas eux-mêmes.

Toutefois, étant donné que pour finir ils fignolèrent de nouveau leur oeuvre avec l’intellect et qu’ils essayèrent ainsi de l’embellir terrestrement et de la rendre plus facilement compréhensible, le peu qui pouvait affluer vers eux depuis les plans inconnus fut comprimé dans la matière dense, amoindri et dénaturé.

S’en occuper encore spécialement pour expliquer davantage ne vaut pas la peine. J’indique le fait réel et tout être humain peut en retirer pour lui-même ce dont son esprit est capable.

Cependant, il est indispensable d’attirer d’emblée l’attention sur quelque chose d’autre, ce qui, pour beaucoup, clarifiera mainte erreur et, pour ceux qui peuvent être initiés à des connaissances plus hautes, facilitera leurs recherches, puisqu’ainsi, dès le début, ils pourront s’élever au-dessus de tout le faux qui s’est implanté sur terre.

Il existe, en réalité, un Château-Fort où séjourna un certain Amfortas et où, pendant un temps, il fut le gardien suprême. Dans ce Château-Fort se trouve un Vase nommé le «Graal» , qui est fidèlement gardé par les Chevaliers. C’est là que jadis Amfortas en vint effectivement à chuter et qu’un éminent sauveur fut annoncé.

Mais ce ne fut ni sur la terre ni dans le haut Château de Lumière de la Création originelle que cela se produisit.

Le Château-Fort, dont il est question ici se trouve aujourd’hui encore comme étant le point le plus élevé d’un plan où les Créés ont leur champ d’action. Ceux-ci, dans leur vouloir le plus pur et leur adoration de Dieu, n’ont créé qu’une reproduction du Château de Lumière qui, depuis le lieu le plus élevé de la Création originelle, irradie vers le bas et qui en tant que véritable Château-Fort du Saint-Graal, constitue aussi le portail au sortir de la sphère de radiation divine.

C’est dans cette reproduction inférieure du Château-Fort que jadis Amfortas agissait et qu’il chuta lorsqu’il succomba à la mauvaise influence de Lucifer qui s’éleva jusqu’à lui depuis les profondeurs. Sa faute fut d’avoir cédé à cette influence et cherché à s’abandonner une fois pendant un court laps de temps à la jouissance confortable de la vie fière de chevalier.

Ainsi il s’écarta de l’équilibre du mouvement indispensable dans son plan et que la Loi originelle de la Création impose auto-activement à celui qui veut se maintenir à la même hauteur. Il vint à s’arrêter pendant une courte période et forma ainsi une brèche qui faisait obstacle au flux de la Force de la Lumière.

Sa chute était alors inévitable et elle le terrassa. La brèche était la plaie qu’il portait. En réponse à la supplication de la chevalerie demeurée fidèle fut annoncée déjà à l’avance la venue de l’Être-pur secourable qui pourrait mettre un terme à la corruption.

Et Parzival a accompli la promesse, au cours de Sa pérégrination à travers toutes les parties de la Création, comme Il accomplit toutes les promesses qui, depuis toujours, sont données aux créatures de la Création entière. Cependant, l’accomplissement fut tout différent de celui que relate le poème.

La description de la Création apporte sur ce point également, un éclaircissement complet et élimine tout ce qui était faux jusqu’à ce jour.

Ce ne sont donc que des fragments d’une révélation venue de la reproduction du Château de Lumière, fragments qui purent pénétrer jusqu’aux esprits recueillis de ces poètes de la terre et qui furent reçus par ceux-ci au cours de leur travail, mais ils ne leur venaient pas du lumineux Château-Fort du Graal lui-même; car là, il était absolument impossible d’annoncer préalablement Parzival, puisque Parzival était et demeure le Premier dans la Création entière, et que c’est de Lui seulement qu’a pu naître toute Création. Il est une partie de l’Esprit de Dieu, Imanuel, ancré dans le Pur-Spirituel afin de créer le Pur-Spirituel.

De son rayonnement de Lumière naquirent d’abord les Créés-Originels et, avec eux également, le Château-Fort et tout ce qui prit forme. Il ne pouvait donc être annoncé à personne, puisqu’Il était Lui-même le Premier et que tout le reste ne pouvait naître qu’après Lui. En dehors de Lui, personne n’a jamais été le Roi du Saint Graal!

Pour cette raison il fallait aussi, bien évidemment, que ce Château-Fort dont parlent les poètes se trouvât plus bas que le véritable Château-Fort du Graal, parce que plus tard Parzival parcourut encore l’univers afin de le délivrer de la mauvaise influence de Lucifer et d’enchaîner celui-ci pour le Règne de Dieu de Mille Ans dans la matière.

C’est ainsi qu’au cours de Sa pérégrination à travers toutes les parties de la Création, Parzival parvint aussi à ce Château, qui est faussement décrit dans le poème. Cependant, il y fit Son entrée en tant que Roi du Saint-Graal, ce qu’Il est depuis le commencement et ce qu’Il demeurera éternellement parce que Lui-même est issu de la Lumière. Toutefois, Il n’y resta pas, mais à la place d’Amfortas, Il investit un nouveau gardien suprême de la Coupe qu’ils honorent en tant que reproduction du Saint-Graal.

Dans le Château sacré de Lumière qui entoure le véritable Graal, la faillite de l’un de ses gardiens est tout à fait impossible puisque Parzival y demeure présent, Lui en qui est ancrée une partie inessentielle de la Lumière Elle-même, une partie qui, issue d’Imanuel, fut conduite là par la Reine Originelle Élisabeth lors de la Parole de Dieu: Que la Lumière soit!

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact