Résonances du Message du Graal 2

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Česky
Livre contenant


10. Les plans Spirituels II

Parzival! Ce mot en tant que tel est bien connu parmi les êtres humains de la terre; pourtant, personne n’a une idée de la réalité.

Un poème, une légende! Certes, ils touchent juste lorsqu’ils veulent parler de ce qu’ils savent du mot aujourd’hui; car ce n’est en réalité rien d’autre qu’un poème devenu légende qui, en tant que fragment d’un savoir antérieur, s’était encore maintenu comme tel.

Ainsi que je l’ai déjà dit dans mon premier exposé à ce sujet, ce ne sont que de petits fragments de Vérité qui sont descendus des plans spirituels jusque dans la matière dense de cette terre, il y a très, très longtemps.

Les poètes qui écrivirent les légendes du Graal connues aujourd’hui ne furent nullement les premiers à le faire et à pouvoir pressentir encore une fois quelques traits de Lumière au cours de l’approfondissement dans leurs travaux.

Loin, loin remonte l’époque où les premières indications sur le Château-Fort de Lumière et ses habitants descendirent des plans spirituels jusqu’à la terre, et avec elles l’annonce du Saint Graal.

C’est avec un étonnement respectueux et une confiance candide que cela fut jadis accueilli par les habitants de la terre qui oeuvraient encore en commun et sans perturbation avec les êtres de l’essentialité et se laissaient volontiers conseiller par eux. Sans le savoir eux-mêmes, les êtres humains aidaient à leur tour les êtres de l’essentialité par les rayonnements de leur étincelle d’esprit, et ainsi, dans la matière dense, la Création se développait toujours plus avec les étincelles d’esprit qui promettaient une magnifique floraison.

En ce temps-là, bien avant les grands bouleversements actuellement connus sur la terre, bien avant que les êtres humains aient fait de l’intellect leur idole, et que, de ce fait, ils en soient venus à se détacher de la Lumière et à chuter, s’était établie une liaison avec le Château-Fort de Lumière; en effet, les rayons pouvaient fluer sans entrave jusqu’en bas sur la terre et, grâce à ces rayons, les êtres humains de la terre pouvaient déjà pressentir Parzival.

Mais par la suite, émanant des êtres humains, s’instaura la domination idolâtre de l’intellect et ainsi fut coupée la liaison avec le Château de Lumière, ce qui entraîna, comme conséquence auto-active, l’ignorance à son sujet et l’impossibilité de pressentir spirituellement par l’intuition.

Finalement la faculté d’accueil de l’essentialité se dessécha aussi et toutes les expériences vécues allant de soi grâce à la connaissance de l’existence des aides essentiels sombrèrent dans le royaume des fables, de sorte que l’évolution qui jusqu’alors se développait en droite ligne vers le Haut, subit une fissure de façon tout à fait inattendue.

Si les êtres humains étaient demeurés tels qu’ils étaient à l’époque que J’ai citée, en laquelle la première annonce du Château-Fort lumineux et de Parzival descendit sur la terre, alors, grâce à une ascension constante, ils seraient aujourd’hui effectivement les seigneurs de toute la matière dense, dans le sens le meilleur, le plus constructif. Aucun être humain n’aurait été anéanti au cours des bouleversements qui devaient se produire de temps en temps, dans l’évolution vers la maturité.

Les grandes catastrophes furent toujours une nécessité indispensable de l’évolution mais pas la perte de tant de peuples, laquelle jusqu’à présent resta presque toujours liée à ces catastrophes.

Si les êtres humains n’avaient pas, avec insouciance, criminellement coupé la liaison existant avec les aides essentiels et les Hauteurs Lumineuses, alors ils auraient toujours été avertis à temps de chaque péril et conduits hors des régions en danger, afin d’échapper à l’anéantissement! Car c’est ainsi que cela se passait autrefois, lorsque les humains se laissaient volontairement guider par les aides du monde essentiel et du monde spirituel, ces aides que le Créateur leur avait attribués et avec lesquels ils cherchaient à maintenir la liaison dans une gratitude joyeuse.

Mais plus tard, du fait du présomptueux vouloir-être astucieux de l’intellect, ils se ravirent ainsi toujours à eux-mêmes ces inestimables secours, ils provoquèrent ainsi eux-mêmes maintes fois leur douloureux naufrage tout comme ils le provoquent de nouveau à présent, puisqu’ils ne veulent plus entendre les derniers appels en provenance de la Lumière et s’imaginent encore tout mieux savoir, comme si souvent!

La misère, le désespoir et le naufrage ne sont jamais que les effets de réciprocité conformes aux Lois de la Création, effets résultant de leurs actions fausses; pourtant, ce n’est finalement pas si difficile à comprendre pourvu qu’on le veuille! Il réside en cela une si simple et si claire évidence que, plus tard, vous concevrez à peine comment il a pu se faire que vous ne remarquiez pas une telle chose et n’y fassiez pas rigoureusement attention, non seulement pour vous épargner toutes peines, mais même pour transformer celles-ci en joies.

Vous voyez pourtant aujourd’hui assez distinctement vous-mêmes qu’aucun être humain ne peut réellement s’y opposer. Aucun peuple, pas même le vouloir réuni de l’humanité entière, ne saurait en venir à bout; car tout dans la Création ne demeure qu’une créature dépendante face à la Volonté de Dieu! Il n’en sera jamais autrement.

Il s’agit donc toujours uniquement du faux comportement qu’est la soumission à l’intellect, enchaîné et enchaînant, dont les conséquences naturelles eurent déjà comme victimes un grand nombre d’individus et des peuples entiers, parce qu’ils s’excluaient eux-mêmes de toute possibilité de salut par l’action de guides supérieurs.

Vous pouvez facilement reconnaître ici la grande simplicité de l’activité des Lois divines et voir aussi tout ce que les êtres humains ont négligé pour eux-mêmes.

Je vous ai donné aujourd’hui un rapide aperçu de l’immense activité qui se déroule dans la Création, une activité qui provoqua maint casse-tête aux êtres humains; Je vous l’ai donné afin que vous puissiez voir, à l’aide du Message, que tout malheur, toute angoisse et toute peine ne doivent être attribués qu’à l’être humain et qu’il aurait pu s’éviter beaucoup de désagréments, s’il ne s’était pas obstinément engagé sur de faux chemins.

Grâce au Message, vous pouvez clairement reconnaître chaque événement qui s’accomplit dans la Création et en trouver le fondement. Vous connaissez les effets immuables des Lois de la Création que Je vous ai décrites, vous pouvez facilement en connaître la simplicité et la grandeur.

De plus en plus, l’expérience vous montrera que Je vous ai donné par le Message la clef pour la juste explication de chaque événement, et ainsi de la Création entière! Mais malgré tout, vous ne pressentez pas encore quel trésor vous tenez en réalité entre vos mains.

Que votre zèle et votre infatigable vigilance arrivent, avec le temps, à l’approfondir, alors vous aurez trouvé le chemin qui mène à la vie éternelle, chemin que vous n’aurez plus qu’à suivre pour l’atteindre.

Les êtres humains avaient donc reçu depuis des temps immémoriaux la première et juste annonce au sujet de Parzival. Ce savoir se propagea parmi eux de bouche à oreille, de parent à enfant.

Mais lorsque la pureté de la liaison établie avec l’activité de la Création régressa, la transmission du savoir originel s’obscurcit aussi peu à peu, il fut imperceptiblement modifié par l’intellect en train de croître et, finalement, il fut mutilé; il ne subsista plus que comme légende, n’ayant plus aucune ressemblance avec le savoir de jadis.

Des êtres humains aspirant vers la noblesse reprirent alors continuellement ces bribes de légendes et essayèrent, à partir de là, de créer ici sur terre quelque chose de matériel, parce qu’ils s’imaginaient que l’origine de ces traditions devait se trouver jadis dans un modèle terrestre très ancien.

Ils voulaient le renouveler et essayèrent souvent de le faire à des grands intervalles de temps. C’est ainsi qu’il arriva qu’aujourd’hui encore maint chercheur s’imagine trouver une origine à cette légende dans l’un des essais terrestres remontant aux siècles écoulés, mais sans parvenir pour autant à toucher ce qui est juste.

L’être humain ne sortira pas de cette confusion, même s’il veut s’en donner la peine; car il lui manque le rapport avec la réalité effective, rapport que Je veux à présent lui redonner d’abord afin d’éradiquer tout le faux.

Parzival! Il ne peut pas être séparé d’Imanuel; car Imanuel est en Lui, et Il agit à partir de Parzival. On peut dire aussi que Parzival est une enveloppe d’Imanuel, formée par la Reine Originelle Élisabeth et par laquelle Imanuel agit, Se tenant à la pointe de la Création, laquelle ne pouvait naître que par Lui et qui, sans Lui, ne pourrait absolument pas exister, car Imanuel en Parzival est, en fait, l’origine et le point de départ de la Création.

Il est la Volonté créatrice de Dieu et Dieu est avec Lui, en Lui. Qu’une telle grandeur ait pu être rabaissée jusqu’à ce personnage que l’humanité de la terre imagine aujourd’hui en tant que Parzival, cela ne demeure possible qu’à cette humanité de la terre qui traîne tout dans la poussière, par son intellect né lui-même de la poussière.

Quoi que cette humanité cherche à concevoir avec son intellect, elle le traîne aussi, tout naturellement, dans la poussière et le rabaisse donc dans le domaine de la possibilité de compréhension terrestre. C’est ainsi qu’à toute chose est fixée l’étroite limite de la matière dense. Ce qu’il y a de plus Haut est enveloppé de la densité et de la lourdeur inhérentes à un lent mouvement dans la zone d’extrême refroidissement et ne peut de toute évidence, porter en soi la moindre ressemblance avec la réalité de ce qui est ainsi rabaissé, réalité qui se trouve en de tout autres conditions et à des Hauteurs telles que l’esprit humain n’est pas capable de la saisir, et encore bien moins l’intellect lié à la terre!

Avec l’expression «traîner dans la poussière» , il n’est pas signifié ici le fait de traîner dans la boue, mais simplement de rendre terrestre!

Les expressions «poussière» ou «né de la poussière» sont utilisées ici à la place du concept de matière dense, ce qui est peut-être encore plus facilement compréhensible à plus d’un être humain, étant donné que cette façon de parler est d’usage courant dans le peuple.

Tel est donc Parzival! Le Premier dans la Création! Il porte en Lui un noyau inessentiel issu de Dieu, est relié avec Imanuel et le demeurera aussi pour toute l’éternité, parce que Imanuel agit à partir de Lui et régit ainsi les créations. De ce fait, Il est le Roi de tous les Rois, le Fils de Lumière, nommé aussi Prince de Lumière!

Et maintenant, placez à côté de Lui le personnage des poèmes! Quelle incroyable caricature voyez-vous là devant vous!

Mais on peut certainement comprendre comment tout cela est arrivé, si l’on est à même de tout embrasser du regard et si on le sépare en trois grandes subdivisions.

Laissez donc chacune des trois subdivisions, entièrement pour elle seule, devenir vivante en images devant votre esprit.

Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez embrasser le Tout du regard et comprendre ce que J’essaie ainsi de vous rendre clair.

Le premier principe de base pour la compréhension est:

Se représenter Parzival en tant que le Fils de Lumière qui vient d’En Haut dans la Création et non pas comme étant élevé à partir d’en bas, comme le Commencement et la Fin dans la Création, comme le A et le O de tout le devenir à l’extérieur du divin et, de ce fait, comme Roi du Saint Graal, Roi des créations!

Le second:

La grande oeuvre de purification entreprise par Parzival, qui Le conduit personnellement à travers les mondes, nécessite qu’il apprenne à en connaître tout le mal, par sa propre expérience vécue, laquelle devait se terminer par l’enchaînement de Lucifer pour la protection des créations et de toutes les créatures qui subsisteront après la purification.

Le troisième:

La chute et la grande faillite des évolués, donc des esprits humains dans la matière, ce qui rend nécessaire la destruction de leur fausse volonté personnelle et l’instauration immédiate de la Volonté de Dieu dans l’édification du Royaume de Mille ans; et cela jusqu’à ce que s’ensuive l’insertion volontaire de tout le vouloir de l’humanité dans la Volonté de Dieu, afin que soit ainsi pleinement assurée la poursuite sans entraves de l’évolution des créations dans la vibration des cercles en mouvement inondés de Lumière.

Celui qui a bien saisi ce que sont ces trois subdivisions, considérées séparément et est capable de se les représenter clairement, au moins en images, celui-là peut tout à fait bien comprendre comment les poèmes erronés d’aujourd’hui ont pu naître peu à peu. Des fragments des messages issus de ces trois événements pénétrèrent, çà et là sur la terre, annonçant à l’avance beaucoup de ces choses.

Par incompréhension, les êtres humains ont tout comprimé dans les notions grossières de la matière la plus dense, l’ont transposé sur terre et ont tout mélangé en une mixture d’où surgirent les derniers poèmes.

Vous devez suivre exactement Mes Paroles, vous devez aussi les observer et vous représenter ces trois subdivisions en images vivantes comme de puissants événements particuliers, dont seules des annonciations partielles purent pénétrer jusqu’à la terre par l’intermédiaire de canaux préparés et ouverts pour cela; des canaux qui sont sévèrement obstrués et qui de toute façon ne laissent plus passer que le trouble, lequel, déjà mêlé aux pensées personnelles des êtres humains, s’est déposé dans ces canaux comme de la boue. 

Ces messages clairs et purs ne peuvent plus, depuis des millénaires déjà, pénétrer jusqu’à la terre.

Par tout cela, je veux parler uniquement des événements dans la Création et qui sont les conséquences inéluctables du développement du faux vouloir des créatures ayant failli et Je poursuis donc d’abord mes explications dans cette unique voie! Tout le reste, Je le laisse encore de côté. Donc aussi l’oeuvre de Rédemption tentée par le Fils de Dieu Jésus pour les êtres humains de la terre; car ce fut là une oeuvre d’amour à part.

Vous devez Me suivre exactement, sinon vous ne pourrez pas comprendre. C’est pourquoi il est peut-être très bon que Je vous explique aussi quel est le processus lorsque Je vous parle:

Je vois l’événement entier devant Moi, étant donné que J’en ai une vue d’ensemble dans son activité complète et jusque dans ses plus fines ramifications. Je vois tout simultanément dans le savoir, car Je suis aussi, en effet, Celui qui l’active.

Alors, Je cherche, à travers ce que Je veux expliquer, à frayer une route droite sur laquelle vous pourrez saisir les choses principales de telle façon que vous obteniez une image de base concernant ce que vous devez accueillir dans l’exposé. Tout cela, Je dois d’abord le comprimer en une forme suffisamment étroite de sorte qu’elle s’adapte à la possibilité de compréhension de l’esprit humain d’évolution. Ai-je atteint cela, Je dois alors encore chercher les mots et les formes d’expression appropriées qui fassent naître en vous l’image que Je veux vous donner.

Or, toutes ces choses ne s’accomplissent pas l’une après l’autre, mais bien simultanément en moi, et Je vous donne alors l’événement immense et insaisissable pour vous, en lequel le passé et le futur s’accomplissent dans le présent, un processus dont l’esprit humain n’est absolument pas capable d’imaginer le genre, dans une forme qui lui soit accessible!

Goutte à goutte vous recevez ainsi en provenance de ce qui, pour vous, est inconcevable, et pourtant vous le recevez de telle façon que les gouttes assemblées constituent une potion délectable et fortifiante qui vous renforce dans le savoir et vous aide à progresser vers le Haut, si seulement vous voulez emporter ce fortifiant comme provision pour la route.

Il me faut encore très souvent commencer par laisser beaucoup de choses de côté pour les reprendre beaucoup plus tard en d’autres endroits, mais alors je le fais toujours de façon qu’elles complètent l’image dont elles font effectivement partie; car pour l’esprit humain de la terre, tout le tissage de la Création au-dessus de lui est beaucoup trop abondamment ramifié, beaucoup trop vivant et mouvant pour qu’il puisse en saisir quelque chose, ne serait-ce qu’en images, s’il n’en reçoit pas de descriptions détaillées rendues spécialement accessibles pour lui.

Donnez-vous la dixième partie de la peine que Je dois me donner uniquement pour vous rendre cela accessible et vous aurez ainsi atteint tout ce qu’il vous faut!

Je décrirai peut-être plus tard, comment c’est dans le Château de Lumière, puis je donnerai des éclaircissements sur les plans qui ont pu se développer plus loin jusqu’à arriver finalement en bas, à l’endroit où demeurent les germes d’esprits humains en tant que dernier précipité du spirituel afin de trouver, au cours de leur pérégrination à travers toutes les matières, l’évolution dont tous portent en eux l’impulsion et la nostalgie de l’accomplissement.

D’abord, Je donne des images de tous ces événements tels qu’ils sont, et plus tard peut-être je vous dirai comment cela est né jadis; car l’événement est trop grand pour vous. D’abord, vous devez savoir comment c’est; car c’est cela dont vous avez besoin, étant donné que vous devez constamment tenir compte du présent et de l’avenir qui s’ouvre à partir de lui. Lorsque vous vous y tiendrez solidement, nous pourrons alors progresser plus avant dans le savoir.

Pour aujourd’hui, apprenez à reconnaître les trois subdivisions fondamentales qui sont reliées au nom de Parzival.

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact