Résonances du Message du Graal 2

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Português
Русский
Česky
Livre contenant


17. Les plans Spirituels VII

J’ai parlé la dernière fois, de l’Île des Roses, de l’Île des Lys et de l’Île des Cygnes.

Nous voulons nommer îles ces trois grands points d’appui du quatrième degré de la Création Originelle, des îles sur une mer de lumière brillante, pourtant elles ne sont pas telles que les êtres humains se représentent des îles. Peut-être l’image est-elle plus compréhensible si Je dis que ces points d’appui sont comme trois pierres précieuses rayonnantes dans un diadème d’or, si nous comparons tout le plan du quatrième degré à un diadème d’or, à un ruban d’or, où ces trois joyaux sont merveilleusement enchâssés.

Il y a naturellement encore d’autres formes de vie sur ce degré, comme ainsi sur tous les autres plans. Mais maintenant Je mentionne d’abord les points d’appui qui, pour les Créations et pour les esprits humains, se distinguent par leur éclat et qui ont une action incisive, voire cisive pour les esprits humains.

Il en va de même sur le suivant, le cinquième degré de la Création Originelle. Si les degrés cités jusqu’à présent étaient des plans de départ fondamentaux de toutes les forces de rayonnement pour tout ce qui vient à la suite, le cinquième degré est le pays ou le plan des préparatifs, de la préparation des aides pour tout ce qui se trouve en dessous de la Création Originelle. Dans ce cinquième degré agissent avec vigueur ceux qui guident et préparent tous les secours destinés au genre humain!

Vous me comprendrez mieux si, parmi ceux-ci, Je vous donne un seul nom&: Is-ma-el!

C’est ici qu’il vit, c’est d’ici que part son action. Is-ma-el qui, autrefois déjà, sur cette terre, éduqua Abd-ru-shin, lui qui fut incarné sur terre à cet effet. C’est lui qui ensuite annonça Jésus en tant que Jean le Baptiste et qui eut à préparer toutes les sept parties cosmiques pour la venue de la Sainte Volonté de Dieu, pour Parzival-Imanuel!

Il est le plus élevé sur ce degré; de nombreux aides sont autour de lui et c’est lui qui reçut de la Lumière les messages pour son action importante et vaste qu’il accomplit fidèlement en tout temps et qu’il accomplira fidèlement cette fois aussi, avec une force insoupçonnée, puisque son amour pour les Fils de Dieu est sans limites. Il donna aussi aux êtres humains la grande révélation des événements actuels, qui est universellement connue en tant „qu’Apocalypse de Jean“.

Ce cinquième degré est rempli de cette grande oeuvre préparatoire de tous les événements incisifs de la Lumière pour les Créations et il est pénétré d’une vie ardente.

Le sixième degré, le suivant, fait voir lui aussi un point qui, pour les humains, ressort de façon intense et lumineuse&: le Château Blanc!

Le Château Blanc ne doit pas être considéré selon les notions terrestres. Il a cette appellation en sa qualité d’abri de deux réceptacles purs. En lui se trouvent sous une garde fidèle les deux réceptacles féminins pur-spirituels pour les Accomplissements les plus sacrés de la Lumière sur la terre.

Ce sont deux réceptacles pur-spirituels pour les mères terrestres de Jésus et d’Abd-ru-shin.

Seulement deux; car le réceptacle pur-spirituel pour Abd-ru-shin qui avait été élu afin de préparer le chemin de la Volonté de Dieu dans la matière dense, fut déjà deux fois ici sur terre. La première fois dans la femme terrestre Dijanitra et la deuxième fois dans la femme terrestre qui donna à la terre la Volonté de Dieu pour le Jugement.

Et le réceptacle du Pur-spirituel qui devait apporter l’Amour de Dieu à cette terre vint également deux fois dans le corps d’une femme de la terre. La première fois ce fut déjà dans la mère terrestre de Cassandre, laquelle donna une partie de l’Amour de Dieu à la terre, la deuxième fois ce fut dans Marie de Nazareth.

Mais ces deux réceptacles du Pur-spirituel avaient encore besoin d’une enveloppe spirituelle, sans laquelle ils n’auraient pu accomplir leur tâche sur terre. Cette partie spirituelle de la Création postérieure fut la femme terrestre de l’époque et ce fut aussi celle-ci qui, lors des naissances terrestres de l’Amour de Dieu, s’assombrit à chaque fois et s’attacha à des faiblesses humaines ne permettant pas au réceptacle du Pur-spirituel sur terre de rayonner autant qu’on pouvait s’y attendre.

C’est pourquoi l’Amour de Dieu ne put pas avoir auprès des mères terrestres le soutien spécial qu’il aurait dû, au contraire, Il eut même très souvent à souffrir par elles. Preuve triste et nette que, dans leur décadence, les êtres humains de la terre ne peuvent plus du tout ressentir ni comprendre le pur Amour de Dieu et pas même le supporter; car ils se révoltent toujours contre Lui consciemment ou inconsciemment.

Et lorsque, maintenant, pour la troisième et dernière fois, le réceptacle du Pur-spirituel dut de nouveau accompagner une partie de l’Amour de Dieu pour le temps du Saint Jugement et de l’Édification à venir dans ces matières denses, le réceptacle fut retiré sitôt après la naissance terrestre de l’Amour de Lumière, cela, afin que ne puisse pas se développer une nouvelle liaison entravante par suite d’une faillite de l’enveloppe spirituelle choisie pour cela; car, pour la troisième fois aussi, il fallait que soit de nouveau élue pour la naissance terrestre de l’Amour divin une nouvelle enveloppe spirituelle d’une mère terrestre, puisque les deux premières enveloppes étaient encore liées par les entraves qu’elles s’étaient imposées et qu’elles se trouvaient de ce fait loin à l’écart.

Chaque enveloppe spirituelle est donc un être humain pour soi, donc une femme de la terre consciente d’elle-même, avec laquelle il faut à chaque fois que soit reliée au préalable la femme pur-spirituelle élue pour une naissance sur terre de la Lumière de Dieu.

C’est ainsi qu’une naissance de la Lumière sur terre nécessite les plus grands et les plus vastes préparatifs à partir d’en haut, et souvent, après des siècles de peine, il se peut qu’un petit esprit humain de la terre rende de nouveau nécessaire, à cause de ses faiblesses, des changements au dernier instant.

Lorsque Je parle d’un réceptacle ou d’une enveloppe du Pur-spirituel et du Spirituel, il s’agit donc chaque fois d’une femme distincte. Les deux réceptacles du Pur-spirituel sont deux femmes élues pour cela dans la Création Originelle, deux femmes qui, conscientes du but, purent se développer à partir du Pur-spirituel sous une guidance élevée et précise et demeurer toujours sous une garde des plus fidèle dans le Château Blanc.

Les réceptacles ou enveloppes spirituels sont les âmes de ces femmes de la terre qui purent être choisies et aussi préparées à se relier étroitement avec ces enveloppes ou femmes de la Création Originelle, en vue de l’Accomplissement le plus sacré.

La mère terrestre qui fut choisie pour la dernière incarnation de l’Amour de Dieu fut autorisée à quitter la terre après la naissance terrestre de l’enfant, ce qui fut un acte de grâce de la Lumière, et l’enfant Maria vint entre des mains qui, après une mise à l’épreuve, furent choisies dans ce but et n’étant pas liées spirituellement au réceptacle pur-spirituel, ne pouvaient pas non plus lui nuire en l’entravant.

La sage providence ayant assez souvent dû expérimenter, précisément en ce qui concerne l’Amour de Dieu, une grande insuffisance des esprits humains sur terre, concernant leur fiabilité lors des Accomplissements de la Lumière, la sage providence plaça cette fois-ci un verrou à toute possibilité de répétition d’entraves terrestres nuisibles au réceptacle pur-spirituel féminin, lequel, en tant que tel, accomplissait toujours sa tâche dans la plus pure fidélité; elle y fit barrage en supprimant rapidement la liaison spirituelle terrestre sitôt la naissance. C’est pourquoi Maria grandit en tant qu’enfant entre des mains étrangères, mais pleines d’amour.

Selon les Lois originelles de la Création, il est indispensable que le Spirituel qui au cours de son existence terrestre s’est entouré de chose sombre le maintenant vers le bas, doive retourner sur cette terre, jusqu’à ce que les entraves se détachent, afin que l’esprit libéré puisse s’élever pour séjourner dans les hauteurs lumineuses.

Comme pour le réceptacle pur-spirituel qui servait l’Amour de Dieu, la première enveloppe spirituelle n’était pas purifiée au moment du deuxième accomplissement terrestre, ce réceptacle reçut à cet effet une nouvelle enveloppe spirituelle qui de nouveau faillit en majeure partie.

La conséquence en fut que les deux enveloppes spirituelles, donc les deux réceptacles spirituels, doivent maintenant, lors du Jugement final sur terre, s’incarner encore une fois pour racheter leurs fautes ou pour sombrer.

Il s’agit donc ici des enveloppes spirituelles humaines de la Création postérieure, de la partie spirituelle-humaine, non du réceptacle pur-spirituel de la Création Originelle qui, dans sa pureté, pouvait demeurer complètement à part.

Cela fut empêché sous une garde des plus fidèles jusqu’à ce qu’il soit décidé si oui ou non une séparation complète par un acte de grâce du Très-Haut était devenue nécessaire, afin que ce réceptacle féminin du Pur-spirituel n’ait pas à souffrir de la faillite de l’enveloppe spirituelle, ou si cette enveloppe spirituelle pouvait encore une fois se relever, purifiée, afin de ne pas former d’obstacles par sa pesanteur, grâce à son perfectionnement en progression.

Mais à présent le noyau lumineux de ce réceptacle pur-spirituel est, par la grâce de Dieu, complètement libéré de cette partie spirituelle qui appartenait à Marie de Nazareth et qui, par sa faillite, doit aller au-devant de la décomposition dans le Jugement. Il ne peut plus être touché par cette douleur.

Après une longue attente imposée, il est de nouveau retourné dans le Château Blanc du sixième degré de la Création Originelle pour désormais, y vivre et y oeuvrer dans le bonheur et dans la joie.

Il en fut tout autrement pour le réceptacle pur-spirituel qui servit la Volonté de Dieu. Ici, l’indispensable enveloppe du spirituel humain s’adapta au réceptacle du Pur-spirituel, les deux fois, et un retour en vue d’un quelconque rachat n’était pas nécessaire. Ce fut uniquement en tant que récompense qu’il fut jadis accordé à Dijanitra que, pour la deuxième époque terrestre de son Fils d’alors, Abd-ru-shin, elle fut de nouveau autorisée à séjourner sur la terre, afin que, le reconnaissant en tant que Imanuel, elle serve alors la Lumière.

Ici aussi il ne s’agit que du spirituel-humain, non de la partie du Pur-spirituel. C’est donc seulement l’enveloppe spirituelle qui s’est incarnée et non pour se racheter, mais en accomplissement d’une grâce de la Lumière.

Différente était la tâche des réceptacles terrestres-féminins. Les réceptacles pour Jésus et Cassandre purent être conscients des missions des enfants, de sorte qu’ils connurent leur origine.

Lorsque les mères terrestres ne se tinrent plus fermement à cette connaissance, mais s’assombrirent toujours plus dans le doute et, si très souvent elles cédèrent aux faiblesses humaines, comme l’égoïsme ou le manque d’effort de compréhension, le penchant pour la domination terrestre et la distraction, ceci ne fut qu’une faillite de la partie spirituelle et de ses désirs, partie dont le réceptacle pur-spirituel est, oui, maintenant séparé.

Cependant, le réceptacle terrestre pour Parzival-Imanuel (Abd-ru-shin) ne put rien savoir de l’origine de son enfant et de sa mission sur terre, pas plus que tous les autres êtres humains terrestres, puisque Parzival devait tout d’abord parcourir le chemin de douleur menant à la reconnaissance de ce qu’est l’être humain ici sur terre; et cela ne pouvait s’effectuer qu’en expérimentant personnellement par l’expérience vécue toutes les fautes des êtres humains, ce pour quoi il était absolument nécessaire que ni Lui ni personne d’autre de l’entourage ne puissent connaître son origine.

Ainsi il advint donc, en effet, que cette mère terrestre traversât son existence terrestre ignorant tout à ce sujet. Elle ne devint consciente de sa grande mission que lorsqu’elle quitta son corps de matière dense, cette mission qu’elle avait accomplie sur terre au service pour la Lumière.

À cause de cela, elle avait constamment été enveloppée de voiles gris qui cependant purent immédiatement se dissoudre grâce à son amour pour le Fils en le reconnaissant.  

L’enveloppe spirituelle qui, cette fois aussi, était de nouveau Dijanitra, pouvait maintenant s’incarner encore une fois sur terre pour recevoir la grâce qui lui avait été promise jadis.

Mais, dans le Château Blanc habite de nouveau depuis longtemps déjà et consciemment le réceptacle du Pur-spirituel, bienheureux dans le pur service pour la Lumière. Dans le Château sur le sixième degré du Pur-spirituel, sont maintenant en sûreté les deux réceptacles féminins qui furent choisis pour les accomplissements sacrés de la Lumière sur la terre.

Je veux brièvement récapituler encore une fois ce qui vous est difficile, afin que cela soit tout à fait clair devant vous&:

Dans le Château blanc, qui forme le sommet du sixième degré du Pur-spirituel, se trouvent deux femmes élues qui portent vers le bas tous ceux qui sont nés de la Lumière et qui, en accomplissement des promesses divines descendent dans la matière, afin de se relier à une femme terrestre, étant donné que cette transition est obligatoire lors des incarnations terrestres de ceux qui sont nés de la Lumière, puisqu’aucune lacune n’est possible dans l’activité des Lois divines originelles de la Création.

Les deux femmes portent des noms inscrits dans la Loi&: Maria, vibrant dans l’Amour, et Thérèse, vibrant dans la Volonté. Ainsi Maria, de par la Loi des nombres et de par son genre, est constamment choisie pour l’Amour de Dieu et Thérèse pour la Volonté de Dieu!

Pour la naissance terrestre, elles furent chaque fois étroitement reliées avec une femme humaine de la terre, à l’esprit de celle-ci, en tant que degré le plus proche.

Cette femme humaine terrestre devait naturellement avoir une vibration semblable. Pour la naissance de l’Amour, il était nécessaire que ce soit un esprit humain de la terre qui vibrait dans l’Amour, pour la naissance de la Volonté, par contre, un esprit humain de la terre qui vibrait dans la Volonté.

Or, la vibration d’un esprit humain dans le corps terrestre de matière dense devient très terrestre dans son expression et par conséquent l’amour devient plus mou et cède plus facilement que dans le Pur-spirituel.

Pour cette seule raison, il put arriver que, dans l’obscurcissement de tout le terrestre autrefois déjà très avancé et au milieu des concepts déformés, la femme de la terre qui vibrait dans l’Amour n’opposa pas à maintes faiblesses cette ardente résistance que déploya la femme de la terre qui vibrait dans la Volonté. Et ainsi elle chuta, malgré le savoir, souvent victime du doute et aussi des vanités et de la soif de domination.

Il aurait bien pu et dû en être autrement, car la force de résister lui avait été accordée, à elle aussi, dans la plus grande mesure par les aides puissants qui se tenaient constamment à ses côtés, comme pour aucun autre être humain; mais ce n’est qu’ainsi qu’il est possible de trouver une explication à la faillite temporaire de la femme terrestre qui était autorisée à porter l’Amour.

Cependant, ce fut uniquement l’esprit humain de la terre qui se chargea ainsi, non Maria du Château Blanc, dans le Pur-spirituel. Malgré cela, cette partie eut à en souffrir, puisqu’elle était encore liée à l’autre par des fils dont la lourdeur la tirait vers le bas, aussi longtemps qu’une violente séparation ne se produisait pas.

Thérèse ne fut pas alourdie par l’esprit humain de la terre vibrant avec elle, puisque celui-ci, se tenant dans la Volonté, était suffisamment ferme pour repousser énergiquement tout le faux et le déformé, n’acceptant pas d’être accommodant avec lui.

Les femmes de la terre qui, chaque fois eurent à donner naissance aux êtres nés de la Lumière dans la matière dense, sont uniquement reliées, par des fils, aux réceptacles pur-spirituels, non aux Envoyés de la Lumière eux-mêmes.

Vous devez faire très attention à cela, pour comprendre correctement le processus dans son entier!

L’esprit des mères terrestres n’est donc qu’indirectement relié avec les Envoyés de Lumière par l’intermédiaire des réceptacles du Pur-spirituel, avec lesquels elles sont directement attachées durant un certain temps par des fils soigneusement tissés. Les réceptacles du Pur-spirituel portent les Envoyés de Lumière vers le bas jusqu’aux mères terrestres et ne se relient à celles-ci qu’au moment de l’incarnation, puis demeurent alors unies à elles durant quarante jours après la naissance terrestre.

Durant ce temps et par l’intermédiaire du réceptacle du Pur-spirituel il existe une liaison sans faille avec la Lumière aussi pour l’esprit des mères terrestres; ensuite, cette liaison sans faille est cependant de nouveau rompue lorsque le réceptacle du Pur-spirituel se détache de nouveau et repart, ne restant alors plus relié à la femme terrestre que par quelques fils encore, à une distance plus éloignée.

De ce fait, l’esprit humain féminin de la terre est de nouveau davantage livré à lui-même, puisqu’une liaison directe avec le Noyau de Lumière de son enfant n’existe pas. D’où aussi la possibilité de vacillement et de faillite de la mère terrestre après la naissance.

Tout ceci est si simple et si naturel tout en étant difficile à comprimer dans des paroles terrestres pour le rendre compréhensible dans la matière dense.

Le dernier degré de la Création Originelle, le septième, porte l’Île des Élus!

Ici se trouvent tous ceux qui sont élevés de la postcréation et qui furent autorisés à servir les Fils de Dieu sur la terre et qui servirent avec fidélité. Ici, ils continuent de servir dans la félicité, après leur départ de la terre, pour toute l’éternité. Et à des époques déterminées leur regard s’élargit et ils voient Parzival, Maria et Irmingard dans le Château-Fort; cependant, ils n’en ressentent pas l’éloignement, mais s’imaginent y être présents avec les Créés-Originels.

Sur ce sujet, Je n’ai pas beaucoup à dire dans cet exposé, il vous suffit en effet d’un seul nom&: Patmos!

Il fut déjà beaucoup parlé de cette Île des Comblés de grâce et l’on en parlera encore énormément car elle est en même temps l’Île des Promesses ou la Montagne des Annonciations sacrées !

De même que le Château-Fort du Graal qui s’élève à la limite la plus extrême dans le Divin a en même temps une reproduction dans la Création Originelle, en tant que sommet, de même Patmos est aussi la dernière limite du Pur-spirituel et a une reproduction au plus haut sommet du Spirituel qui est le plan suivant; il est comme un miroir dans le Spirituel permettant de contempler ce qui se passe sur Patmos dans le Pur-spirituel. C’est ainsi que, malgré la séparation des deux royaumes, des expériences sont vécues en commun ce qui établit la liaison.

Nous pourrons peut-être revenir là-dessus plus tard de façon encore plus détaillée; aujourd’hui, ce serait dépasser largement le but de l’exposé. C’est pourquoi Je ne veux plus que présenter la conclusion du grand royaume de la Création Originelle, en droite ligne vers le bas.

Au dernier degré de la Création Originelle, le septième, fait suite une enveloppe protectrice qui agit comme une couche de séparation entre le Pur-spirituel et la partie spirituelle de la Création qui s’y rattache ensuite et qui, de par son étendue, pour la façon de penser humaine sur terre, n’est pas moins immense que le Pur-spirituel.

Cette enveloppe protectrice est, elle aussi, un plan indépendant d’une grande étendue. Elle n’est certainement pas inhabitée, mais animée par de nombreuses entités, sans, toutefois être un lieu de séjour permanent pour des esprits auto-conscients.

Elle forme la frontière infranchissable et inviolable du Pur-spirituel de la Création Originelle, tout en étant aussi un plan de transition.

Mais pour la franchir de haut en bas ou bien de bas en haut, le spirituel a besoin d’une escorte des entités habitant ce plan; ces entités sont elles-mêmes, dans leur activité, semblables à une enveloppe protectrice pour ceux qui la traversent, tout comme l’est leur plan à l’égard de la Création Originelle entière.

Un tel accompagnement à travers le plan de protection ne peut à son tour être accordé par ces entités que sous des conditions tout à fait déterminées vibrant immuablement dans les Lois de la Création.

Il est possible de traverser le plan de protection qu’après avoir rempli des conditions très précises. L’accomplissement de ces conditions réside en partie dans le genre, en partie également dans la constitution de ce genre, donc dans l’état de maturité du moment; et cet accomplissement entraîne de nouveau, comme conséquence naturelle et indispensable, le franchissement de ce plan, le provoque auto-activement.

C’est ainsi qu’il existe partout un mouvement s’engrenant exactement, comme un mécanisme incroyablement délicat et artistiquement assemblé et qui est maintenu en marche par l’activité des Lois vivantes.

Ce qui maintient son chemin droit, sera poli et purifié, poussé et élevé, mais toujours vers les hauteurs d’un pur savoir; mais ce qui dévie du droit chemin et s’écarte du mécanisme avec légèreté, ou même de façon complètement criminelle, sera bousculé et blessé jusqu’à ce qu’il se tienne de nouveau sur son bon chemin et puisse alors participer aux vibrations sans heurts, ou bien jusqu’à ce qu’il soit broyé et pulvérisé entre les rouages qui ne s’arrêtent jamais.

C’est pourquoi, vous êtres humains, intégrez-vous à l’inflexible mécanisme du grand chef-d’oeuvre insaisissable pour vous qu’est cette Création et, dans sa vibration régulière, vous serez heureux pour toute l’éternité!

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact