Résonances du Message du Graal 2

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Português
Русский
Česky
Livre contenant


21. La Parole Vivante (Pentecôte 1935)

Pentecôte! Il y a quelques jours seulement, nous célébrions la Fête qui est la véritable Pentecôte, la fête de la Sainte Colombe, du déversement de la Sainte Force de Dieu dans cette Création! C’est le renouveau, la conservation et la guérison!

Que cette Fête puisse continuer de subsister pour vous sur terre encore à l’avenir, que cette terre ne doive pas disparaître dans le Jugement avec tant d’autres astres, remerciez-en uniquement le grand Amour de Dieu qui vous aida encore au dernier instant, après que tout a déjà été poussé à sa fin par votre faux vouloir.

Le temps est encore à venir où vous les êtres humains vous saisirez quel sacrifice fut nécessaire pour vous arracher à la perdition assurée. Aujourd’hui, vous ne le pouvez pas encore. Vous ne pouvez pas encore comprendre ce qui, en fait, fut réalisé pour vous à partir de la Lumière. C’est là quelque chose qui dépasse de très loin l’entendement humain.

Mais vous pouvez remercier Dieu, le Seigneur, pour Son inconcevable bonté, cette bonté qui à chaque jour, à chaque heure, peut être reconnue dans votre existence entière, si seulement vous le voulez sincèrement! C’est pourquoi votre vie entière doit être gratitude!

Gratitude, votre vie entière! Si vous interprétez ces mots au sens habituel, comme le font les êtres humains, il devrait être lassant de dire merci sans interruption; car l’être humain se représente par là une enfilade de nombreuses prières de gratitude.

Mais cela n’est pas voulu. Le plus beau des remerciements est joie pure! S’ils vivaient selon la Volonté de Dieu, les êtres humains ne pourraient absolument rien trouver d’autre que la joie durant leurs pérégrinations à travers les matérialités! Qu’ils y rencontrent aussi de l’affliction est uniquement la faute des êtres humains; car l’affliction est étrangère à la Lumière.

Les êtres humains se sont créés les ténèbres et, par là même, l’affliction, et par leur entêtement obstiné, ils s’y sont tellement empêtrés qu’il ne leur était finalement plus du tout possible de trouver encore les chemins capables de les en faire sortir.

Sous l’influence de la volonté erronée des êtres humains, la matière n’est pas devenue un paradis mais, au lieu de cela, elle s’est uniquement transformée en un labyrinthe dont aucune âme humaine ne pouvait plus trouver l’issue. Ce faisant, les fautes se multiplièrent dont les conséquences entraînèrent un accroissement inouï du mauvais vouloir et, dans la broussaille des concepts déformés, toute ébauche de bon vouloir se trouva solidement enserrée et entravée dans sa croissance, de telle sorte qu’il lui fallut bientôt de nouveau dépérir.

Voilà comment c’était, lorsque la Volonté de Dieu descendit dans la matière afin d’accorder encore un ultime secours à ceux qui en portaient intérieurement la nostalgie.

Or, vous vous êtes représenté tout ceci de façon beaucoup trop superficielle; car les êtres humains sont forts étranges en ces choses. Ou bien ils sont rapidement prêts à rejeter tout ce qui leur est envoyé par Dieu, à cause de leur orgueilleux «vouloir-mieux-savoir», ou bien ils tombent dans l’excès inverse et, comme des croyants aveugles, ils escomptent très souvent de fantasques impossibilités qui se situent en dehors des Lois divines dans la Création.

Ils en sont très déçus et retombent même facilement dans l’incroyance lorsque maintes choses se déroulent autrement qu’ils ne les ont imaginées. Dans leurs déceptions, dont ils sont eux-mêmes responsables, ils peuvent même devenir aussi démesurés qu’ils l’ont été précédemment dans leur foi aveugle et, à cause de cela, les pires ennemis de tout ce qui les a, à leur avis, déçus. En cela, ils sont capables d’accomplir l’inconcevable, même si leur comportement est complètement dénué de fondement, puéril et absolument indigne d’un être humain.

Ils ne veulent faire preuve d’aucune compréhension pour une activité minutieusement ordonnée et fermement structurée dans la Création selon la Volonté de Dieu, Laquelle est inflexible, ils s’imaginent au contraire que Dieu peut à tout moment bouleverser et modifier arbitrairement Ses propres Lois. Ils ne réfléchissent pas qu’ils confessent ainsi très manifestement leurs doutes relativement à l’éternelle perfection de Dieu ou leur propre et incroyable étroitesse qui ne peut être qualifiée qu’indolence spirituelle ou bêtise, laquelle provient elle-même de la paresse.

Avec de grands mots, ils veulent s’appuyer sur le fait que, dans la Création, tout est pourtant soumis à de constantes transformations. Certes cela est exact, mais les transformations se manifestent dans le développement logique et l’épanouissement de ce qui existe déjà sur la base des Lois de la Création, qui demeurent malgré cela immuables, qui agissent de façon stimulante, mais qui ne se modifient jamais. Ces grands mots ne sont donc que vains bavardages, totalement irréfléchis et utilisés avec une superficialité frivole.

Les êtres humains répandent par leurs paroles des valeurs énormes comme des enfants qui jouent sans avoir saisi ces valeurs elles-mêmes. C’est pour cette raison qu’ils utilisent ces paroles d’une manière fausse et leur donnent des interprétations erronées.

Quant à la vérité qui repose en elles, ils ne la voient pas, étant donné qu’ils entendent et retiennent de leur lecture que ce qu’ils veulent. Mais pour faire des recherches approfondies et des efforts pour comprendre ce que ces paroles doivent signifier et ce qu’elles expriment aussi d’une façon suffisamment nette, ils n’y sont absolument pas prêts à cause de leur nonchalante suffisance.

La juste compréhension à ce sujet fait aussi défaut à encore beaucoup d’entre vous, parce que vous n’avez certes pas encore suffisamment approfondi Mon Message pour vous représenter en images la perfection du Tout-Puissant Créateur dans Son intangibilité et Son immuabilité fondamentales, en lesquelles réside en une claire simplicité l’inconcevable grandeur que l’esprit humain ne veut pas se représenter.

Lors de toutes vos réflexions, vous devez toujours prendre rigoureusement pour base l’immuabilité inhérente à la perfection des Lois divines auto-actives de cette Création, lorsqu’il s’agit de l’étude et de l’explication de tout événement. Sinon vous ne pourrez jamais progresser et vous devez nécessairement vous égarer!

C’est pourquoi il convient que précisément aujourd’hui Je soulève quelque peu le voile qui recouvre encore pour vous la grandeur de ce sacrifice que consentit Parzival pour votre rédemption et votre libération.

Vous vous imaginez vraisemblablement que le plus difficile fut sans doute le combat contre Lucifer, un combat qui se termina par l’enchaînement de Lucifer. Mais il n’en est pas ainsi, le plus difficile fut au contraire d’ouvrir pour vous les chemins permettant de sortir du labyrinthe que vous aviez cultivé par vos fautes!

Ceci n’est à la vérité qu’une partie de son Oeuvre de Rédemption; cependant, si vous cherchez un tant soit peu à saisir cette partie telle qu’elle a effectivement eu lieu, alors vous ne pouvez absolument plus faire autrement que remercier Dieu sans cesse au cours de l’existence qu’il vous est permis d’avoir.

Représentez-vous encore une fois ceci: quittant la Lumière, prenant sur Lui toutes les difficultés liées à un chemin qu’Il avait déjà parcouru pour l’humanité dans les plans de la matière dense, Parzival arriva sur ce globe terrestre tombé si bas par la faute des humains.

Lui, venant de la Lumière, ne savait pas ce qu’étaient les fautes et l’affliction, bien qu’Il ait pu déjà une fois apprendre à connaître la haine des êtres humains; car la Lumière ne connaît ni l’affliction, ni les fautes. Dans l’ignorance à leur sujet, Il se tint initialement au milieu de ces êtres humains et de leurs conceptions complètement fausses et déformées. Tout, autour de Lui, était faux sous la domination de Lucifer, tout était détourné de la Lumière, et pour Lui, tout était donc étranger et froid, voire même hostile et repoussant.

Maintenant vous pensez peut-être de nouveau qu’Il devait simplement montrer le chemin vers les hauteurs lumineuses afin de donner ainsi aux êtres humains ce dont ils avaient besoin pour leur rédemption. Vous vous imaginez qu’Il lui suffisait d’annoncer la Parole de Dieu telle qu’Elle est!

Les êtres humains n’auraient absolument rien pu en faire; car ils étaient complètement empêtrés dans leurs fautes et ne pouvaient plus regarder vers le haut, si au préalable le chemin ne leur était pas ouvert, un chemin dégageant l’issue par laquelle ils pouvaient de nouveau apercevoir la Lumière pleine de promesses.

Tout dépendait donc de comment Parzival approcherait la Parole des êtres humains! Il devait donner à la Sainte Parole une forme qui convienne aux êtres humains dans leur détresse; car la Parole en soi, ils L’avaient déjà reçue de Jésus, mais ils ne pouvaient plus La rendre vivante en eux, car ils n’en trouvaient plus le chemin, tandis que les interprétations des églises étaient devenues beaucoup trop faibles pour leur être encore réellement une aide et elles n’étaient constituées que dans le but de la propre puissance terrestre.

La Parole! Vous aussi ne savez pas encore penser juste à son sujet; car, comme les autres, vous oubliez en l’occurrence ce qu’est réellement la Parole dont Je parle toujours. Vous savez bien qu’il s’agit de la Parole Vivante, mais vous ne vous en faites pas encore une représentation tout à fait juste.

De même que Jésus disait autrefois au sujet de la Parole: «Je suis la Parole!», de même je vous redis aujourd’hui: «Je me donne Moi-même à vous dans Ma Parole!» Car Je suis, en vérité, la Parole même!

Il vous a pourtant été dit, jadis, il y a longtemps déjà: Au commencement était la Parole et la Parole était en Dieu et Dieu était la Parole!

Cela doit pourtant suffisamment vous parler lorsqu’ensuite Jésus dit à ses disciples: «Je suis la Parole et dans la Parole Je Me donne à vous!» Et aujourd’hui Je répète: «Je suis la Parole Elle-même, la Parole que Je vous donne!»

Réfléchissez donc là-dessus en toute tranquillité et avec toute la profondeur; vous devez trouver ce qui y repose.

Si Je voulais donner la Parole aux êtres humains sans La former pour eux, ils ne me comprendraient pas! Gravez cela en vous comme avec des lettres de feu; car la Parole est Vivante, Elle est Elle-même la Vie et dans son état originel, Elle est dépourvue de forme visible ou reconnaissable pour vous. Elle est!

Aussitôt que Je veux La rendre accessible aux êtres humains, autrement dit, La former afin qu’Elle leur soit compréhensible, Je dois la transformer hors de son genre, de sorte qu’Elle soit saisissable par les êtres humains. Il faut que la forme soit donnée de telle sorte qu’elle puisse leur être utile. Et personne d’autre ne pouvait former la Sainte Parole qui est Dieu, que la Sainte Parole Elle-même!

Et personne d’autre ne peut vous La révéler dans toute Sa force! Cela veut dire que vous n’en supporteriez pas la Force intégrale. C’est pourquoi, vous les êtres humains, recevez la Parole sous une forme qui n’est préparée que pour vous et qui contient juste autant de Force qu’il vous est nécessaire et que vous pouvez supporter, si vous y êtes ouverts; car si vous ne vous ouvrez pas à la Force, vous ne pouvez rien en recevoir, étant donné que pour recevoir, votre vouloir est nécessaire, un vouloir qui équivaut à une requête â cet effet.

Combien souvent jouez-vous encore en pensée avec la Sainte Parole, sans savoir véritablement ce que vous faites ainsi.

Combien de fois aussi a-t-il été crié à ces êtres humains qu’ils ont cloué la Parole à la croix en crucifiant Jésus; mais chaque jour, de nouveau, ils continuent à crucifier la Parole, lorsqu’ils osent La déformer ou simplement L’interpréter selon leur volonté, uniquement pour qu’Elle leur serve à réaliser maints désirs, leur serve par son effet sur les êtres humains!

Mais quel est celui qui pense que ces méfaits doivent nécessairement se venger amèrement sur les blasphémateurs qui osèrent perpétrer un tel mal, qu’il ne peut exister aucun pardon pour cela! Et quand il est écrit, «La vengeance est mienne! Je veux rétribuer!» cela s’applique ici dans toute son intensité; car cette Parole déjà profanée de milliers de façons différentes par les êtres humains de la terre, était la Parole Vivante, est Dieu Lui-même!

N’oubliez jamais ce qu’est la Parole que Je vous donne sous la forme qui vous est nécessaire et accueillez-La en tant que réconfort de votre esprit; car Elle est la nourriture dont il a besoin, la boisson dont il a soif et sans laquelle il ne peut plus être! Ne cherchez pas encore une fois à La déprécier avec votre intellect terrestre! Après cela Elle ne vous sera plus tendue. Conservez-La, afin qu’Elle ne puisse plus être perdue pour vous!

La Parole Vivante de Mon Message, ce ne sont pas les expressions et les phrases humaines que J’utilise pour Lui, mais c’est en soi quelque chose d’insaisissable pour vous que j’y mets et qui est capable de vous pénétrer grâce à ces formes, si vous vous y ouvrez. Je n’utilise les formes de vos mots et de vos phrases que comme une sorte de canaux au travers desquels Je conduis la Parole Vivante vers votre esprit, lui qui est seul capable de La recevoir, afin qu’en se renforçant il puisse alors briser toutes les chaînes des rampantes ténèbres.

Et cette Vie insaisissable pour vous, que votre esprit doit boire avec les formes de ces mots et de ces phrases est une partie de Moi-même, que Je veux vous donner ainsi, afin que vous puissiez continuer à vivre dans la grâce de Dieu.

Maintenant vous allez certes aussi vous familiariser avec la nécessité qui exigea fondamentalement que Parzival mène une longue existence terrestre totalement inconnue parmi les êtres humains, si tant est que le secours puisse encore une fois être apporté à l’humanité par la Parole. Or, seule la Parole pouvait apporter le secours, étant donné que le salut réside uniquement dans le réveil d’un esprit humain et la reconnaissance qui doit suivre ce réveil. La Loi de Dieu n’a prévu aucun autre chemin que l’unique chemin de l’intangible Justice!

C’est pour cette raison que Jésus affirma déjà: Personne ne vient au Père que par Moi! Donc par la Parole, puisqu’Il venait de Dieu et c’est pourquoi Il devait aussi être la Parole. Et de nouveau, la Parole est venue pour apporter le salut sur la terre en la Volonté de Dieu qui, de même que l’Amour de Dieu, est la Parole!

Dès lors, si Parzival qui est une partie de la Volonté de Dieu, voulait trouver pour la Parole une forme juste qui puisse aider les êtres humains de cette terre, Il devait d’abord connaître Lui-même le genre des êtres humains avec toutes leurs fautes et leurs concepts déformés; Il devait d’abord rechercher la racine de tout mal chez les êtres humains afin de découvrir et frayer, par la forme qu’Il donna à la Parole, les chemins qui devaient réellement aider les êtres humains, s’ils voulaient les suivre.

Mais cela, Il ne pouvait le faire qu’après avoir été initié à toutes leurs fautes et à toutes leurs faiblesses!

Or, un Envoyé de la Lumière ne peut jamais accéder à cette initiation par l’observation ou par des questions, mais uniquement par l’expérience vécue personnelle, parce que les fautes, les faiblesses, le mal et les déformations sont en soi étrangers à la Lumière et Lui demeurent aussi étrangers. Jamais un Envoyé de la Lumière ne peut avoir de compréhension pour cela.

C’est pourquoi cette partie du chemin fut la plus difficile pour Parzival. S’Il voulait aider, Il ne Lui restait qu’une seule possibilité: Il devait vivre pour un temps comme un homme parmi les hommes, sans savoir pendant ce temps ni son origine ni sa mission; sinon jamais une expérience vécue n’aurait pu se faire! Cela n’était toutefois pas suffisant, mais Il devait encore entrer directement en contact avec toutes les fautes de cette humanité, Il devait les endurer sur Lui-même afin que, par cette souffrance partagée, Il puisse, au moins en acquérir un savoir; la compréhension, Il ne put jamais l’obtenir, étant donné que la déformation des opinions humaines et de la justice humaine ne pouvait que demeurer toujours étrangère et fausse en regard de sa nature et de son origine. C’est pourquoi Il ne pouvait pas non plus penser ou agir en fonction des règles humaines erronées; au contraire, malgré les expériences terrestres vécues, Il ne pouvait toujours uniquement qu’exécuter les Lois de Dieu, auxquelles de nombreux concepts juridiques de l’humanité si profondément enfoncée et bornée s’opposaient souvent avec hostilité.

Il en résulta naturellement, du point de vue terrestre, un constant et dur combat, des soucis et des peines pour l’Étranger issu de la Lumière, ignorant de sa mission durant la période de l’indispensable et difficile apprentissage sur le terrain d’actions de toutes ténèbres.

C’est pourquoi Il fut projeté sans égards dans les tourbillons qui devaient Le conduire à travers tout ce qui existait comme injustice parmi les êtres humains et non pas seulement s’en approcher, car cela n’eut pas suffi; il fallut au contraire être Lui-même impliqué dans tout, afin qu’au milieu de ce terrible enchevêtrement Il reconnaisse tous les maux et que, dans sa propre souffrance, Il trouve un chemin qui procure aux êtres humains une possibilité de se dégager à nouveau des chaînes funestes.   Il devait prendre Lui-même d’abord le chemin de la délivrance et ainsi le tracer pour les êtres humains, chaque chemin en particulier, afin d’indiquer ensuite à ces mêmes êtres humains par la Parole, comment ils peuvent lutter pour être de nouveau dégagés de tous ces maux.

C’est pourquoi rien ne put Lui être épargné puisque rien ne devait Lui demeurer étranger de ce qui accable et fait souffrir les êtres humains, et de ce qui les arrache à la Lumière!

C’est ainsi que tous les maux terrestres furent mis en travers de son chemin afin qu’Il en triomphe d’abord dans sa propre souffrance que, par ce triomphe, Il en arrache et piétine simultanément les racines respectives et qu’Il fraye aux êtres humains les chemins qui les conduisent hors de ces maux, vers la Lumière.

Donc, tandis qu’Il souffrait ainsi parmi l’humanité et à cause d’elle, Il dut combattre pour libérer cette même humanité de toutes ces choses qu’elle utilisait contre Lui, tout en reconnaissant simultanément le faux et en marchant le premier sur le chemin menant à la délivrance. Par la reconnaissance que fit Parzival de chacun des maux, c’était toujours aussi la puissance du mal qui était déjà brisée, et la base du secours destiné à l’humanité, qui, se tenant dans ce mal et sombrait, était posée.

C’était cela le plus grand et le plus lourd sacrifice qu’Il supporta pour les êtres humains terrestres et, comme par dérision, c’est précisément en puisant dans cette période de sa vie terrestre que des humains ténébreux cherchent à Lui préparer des coups! Ils veulent précisément utiliser cette partie, la plus difficile de sa mission, qu’Il a accomplie pour les êtres humains dans la souffrance personnelle, pour Le rabaisser et Le salir de la façon la plus répugnante.

C’est précisément tout ce qu’Il a souffert pour eux afin de pouvoir, à partir de sa propre expérience, les aider réellement à l’heure déterminer par ses conseils qui devaient nécessairement résulter de ses expériences vécues, que les instruments consentants des ténèbres ont toujours et toujours cherché à Lui faire reproche de la façon la plus vile, afin d’écarter et de détourner d’autres êtres humains du chemin du salut en cherchant à ébranler leur confiance et leur foi dans le Sauveur et sa mission. Mais vous y avez vous-mêmes assisté en partie.

C’est assurément la plus grande des fautes dont les humains se sont chargés et qui ne peut être pardonnée!

Essayez de vous représenter ce que cela signifie, ce que c’est que d’être obligé d’apprendre à connaître par expérience personnelle et en quelques décennies toutes les fautes et les faiblesses humaines qui existent sur terre! Essayez d’entrer en pensées dans les situations qui se produisent lorsque toutes les conséquences des conceptions fausses et déformées des êtres humains doivent être goûtées jusqu’à la lie, afin de trouver le moyen de lutter pour s’en dégager et de donner ensuite ce moyen aux êtres humains dans la forme appropriée de la Parole, étant donné qu’ils auraient eux-mêmes été incapables de la trouver encore une fois.

Et cherchez à imaginer le genre de sentiment qu’éveille le fait d’être insulté précisément à cause de cela, par des malveillants. Le ressenti n’est pas différent de celui qu’éprouva déjà jadis le Fils de Dieu Jésus lorsqu’on L’accusa et Le crucifia en tant que blasphémateur, précisément Lui qui était Lui-même en Dieu et aussi Dieu en Lui! Lui qui avait déjà assez souffert à cause de l’humanité, qui était venu rien que pour elle, afin de lui apporter encore à temps le secours par la Parole!

Si Parzival n’avait pas pris sur Lui cette souffrance pour secourir l’humanité déchue, égarée, afin de trouver pour la Sainte Parole la forme salvatrice dont les êtres humains ont besoin dans leur détresse, pour pouvoir de nouveau suivre le chemin conduisant vers les hauteurs lumineuses, alors jamais plus les êtres humains n’auraient pu célébrer avec gratitude la véritable Pentecôte après le Saint Jugement qui va à présent s’abattre sur cette terre pour compenser tout ce qui est ancien dans la Justice du Seigneur!

C’est pourquoi remerciez le Créateur votre Dieu, de ce qu’Il ait eu la grâce de vous tendre encore une fois Sa Main afin que vous ne soyez pas contraints d’aller à la perdition! Réjouissez-vous dans Sa Force qu’Il vous a de nouveau accordée et vivez avec gratitude selon la Parole, à Sa gloire! Car, dans la Parole, Je vous donne le chemin, la nourriture et la force et ainsi vous avez tout ce dont vous avez besoin pour votre existence et votre ascension! Mais la Parole, Je La suis Moi-même et avec Elle vous recevez une partie de Moi-même dans votre esprit!

AMEN.
Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact