Résonances du Message du Graal 1

de Abdrushin


1.LIVRE ◄ ► 2.LIVRE
Deutsch
English
Español
Português
Русский
Česky
Livre contenant


50. Le cycle des radiations

Je dois encore expliquer beaucoup de choses au sujet des plus grands et des moins grands êtres essentiels, sans mentionner, provisoirement encore, les petits aides de ces grands; car il y a tellement de plus petits et de tout-petits que vous pouvez à peine vous en faire une idée.

Je pourrais souvent me décourager lorsque je cherche à me représenter comment je dois encore vous expliquer tout cela avec les paroles du langage qui sont à ma disposition, sans que vous perdiez pour autant la grande vue d’ensemble et, avant tout, de telle sorte que vous en saisissiez quand même parfaitement les rapports.

C’est précisément la grande simplicité qui réside dans cette diversité, incommensurable pour vous, qui rend cela si difficile, parce que l’être humain de la terre n’est toujours capable d’avoir une vue d’ensemble claire que sur un nombre de choses tout à fait déterminé, et c’est pourquoi il ne peut donc jamais être en mesure de saisir simultanément le tout comme étant un, d’où découle seulement la simplicité.

À ce sujet, chaque séparation, en parties différentes, rend nécessairement plus difficile pour vous l’indispensable vue d’ensemble, car chaque partie est en elle-même si vaste, elle est si étroitement liée aux autres du fait de la fonction de réciprocité, qu’il ne saurait être question de parler d’une partie réellement isolée, étant donné qu’il n’y a pas de partie isolée dans cette Création, qui est un Tout en soi!

Et le Tout, l’être humain ne peut pas l’embrasser du regard, il ne le pourra jamais, parce que la faculté pour cela lui manque, puisque lui aussi n’est qu’une partie et, à la vérité, une très petite partie de la Création, qui ne peut dépasser ses propres limites et naturellement ne le peut pas non plus dans la compréhension.

De ce fait, je suis contraint de demeurer dans vos limites et ne peux vous donner à cet effet que des aperçus de tout ou sur tout ce qui, pour vous, restera inaccessible et doit le rester. Ici, vouloir forcer ne sert à rien.

Mais, lorsqu’enfin, par le savoir, vous vous serez accommodés de l’idée que vos capacités dans la Création sont limitées, alors vous aurez acquis l’humilité et serez heureux de l’élargissement de votre savoir actuel, grâce à mon Message.

Vous vous préoccuperez alors du présent et de votre plus proche entourage de façon beaucoup plus profonde encore que jusqu’à présent, parce qu’alors vous aurez appris à connaître tout cela et à l’utiliser de façon encore beaucoup plus exacte, grâce à tous les aperçus que j’ai pu vous donner sur ce qui vous est inaccessible, aperçus qui permettent cependant de reconnaître exactement le rapport étroit existant entre vous et tout ce qui existe autour de vous.

Or, c’est de cela que vous aviez besoin pour comprendre le présent et aussi pour l’utiliser de manière profitable pour vous. Profitable pour votre ascension!

Les aperçus peuvent vous porter vers le haut jusqu’à l’extrême limite que vous serez capables d’atteindre un jour. Et c’est précisément parce que je vous montre ce qui vous est inaccessible que vous pouvez vous-mêmes arriver à utiliser tout ce qui vous est donné ici et dont beaucoup de choses vous étaient encore inconnues.

Il est précieux pour vous, ce savoir des rapports existant entre votre être et tout ce qui se trouve encore au-delà de cette limite qui, du fait de l’origine de votre esprit, restera toujours rigoureusement fixée à votre faculté de compréhension.

C’est aussi cela que je veux vous donner par le Message: le savoir des rapports! Le chercheur sérieux, au vouloir réellement sincère, y gagnera beaucoup. Vous apprendrez encore à reconnaître la valeur de toute chose; car ce que les êtres humains ont nommé jusqu’ici savoir est à peine la centième partie de ce qu’ils pourraient véritablement savoir. Par rapport à l’ensemble de la Création, la limite du savoir humain est certes petite, mais en comparaison de l’actuel savoir, elle est d’une grandeur à peine concevable, une grandeur qui touche au merveilleux.

Et seuls les aperçus dans ce qui vous est toujours inaccessible vous aident à atteindre ces extrêmes limites, lorsque je vous en décris les rapports avec vous, de même qu’avec votre entourage. Avec le temps, ce savoir vous donnera les possibilités de connaître très exactement les Lois à l’intérieur de la partie marquée par vos limites, ce qui, sans cette aide que représente l’explication des rapports avec ce qui vous est inaccessible, resterait obligatoirement impossible.

Essayez à présent de me comprendre en cela et reconnaissez ce que je veux vous donner! N’allez pas au-delà de la réalité en cela; car je ne veux vous donner que ce qui peut vous faire progresser dans le cadre de vos limites et vous être utile, pas davantage. Davantage n’aurait, pour l’humanité, aucune utilité!

C’est pourquoi, ne vous tourmentez pas en voulant acquérir le savoir de ce qui, pour vous, demeure dans l’inaccessible! Cela, vous n’y parviendrez jamais, et je ne vous en parle pas pour que vous orientiez maintenant votre savoir dans cette direction, ou pour que vous vous tourmentiez à essayer vainement de tout saisir réellement et intégralement! Cela, vous ne le pouvez absolument pas, et ce n’est pas non plus dans cette intention que je vous le donne, mais vous le recevez de moi dans le but que vous appreniez à connaître tous les rapports qui, partant de là, conduisent vers vous.

Lorsque, plus tard, vous fonderez constamment et inébranlablement vos futures recherches et votre désir de trouver sur ce savoir des rapports qui vous indiquera la direction, alors vous verrez s’accroître toutes vos possibilités et, dans tous les domaines, vous exécuterez des réalisations qui éclipseront ce qui a existé jusqu’ici.

Êtres humains, vos chefs-d’oeuvre sont, de ce fait, encore à venir, ceux que vous pouvez réellement accomplir à l’intérieur des limites qui vous sont strictement fixées et qui sont à jamais infranchissables! Mais, en réalité ces limites sont pour vous tellement étendues que vous pouvez vous en réjouir et vous ne devez que remercier Dieu pour toutes les grâces qu’Il vous accorde.

Vous devez donc demeurer sur le ferme terrain de l’humain dans la pensée et dans l’action et aussi dans tous les devoirs que vous avez envers votre Créateur. Il ne vous en est pas demandé davantage; car là réside le sommet de ce que vous pouvez lui offrir en remerciement, et tout ce que vous faites ainsi l’est aussi pour sa gloire!

Car, dans les plus grandes réalisations, dans lesquelles vous pouvez et vous devez devenir des maîtres, résident en effet la présentation et l’offrande de votre gratitude pour cette permission que le Créateur vous donna, d’accomplir quelque chose d’aussi grand, grâce à sa Volonté dans la Création, Volonté qui renferme ses Lois.

Et c’est pourquoi vous L’honorez aussi simultanément par vos brillantes réalisations, parce que la grandeur de vos oeuvres témoigne en même temps de la grandeur de sa grâce! Plus vous pouvez agir dans la Création et à partir de ce que vous fournit la Création, plus manifestement vous prouvez ainsi la grandeur des Lois de Dieu qui s’y trouve, et quelle richesse, quelle grâce y réside pour vous!

C’est alors que vous honorez Dieu dans le sens le plus vrai et le plus pur, lorsque, en vous activant joyeusement, vous utilisez tout ce que la Création vous offre; en effet, vous ne pouvez le faire que si vous connaissez et aussi comprenez les Lois et, avant toute chose, si vous agissez réellement d’après elles! Ce n’est qu’alors que la Création vous donne tout ce qu’elle recèle en elle de beauté. Elle vous le donne avec joie et pour vous aider.

Et alors, si vous agissez ainsi selon les Lois dans la Création, vous aussi en serez déjà transformés et tout différents que vous n’étiez jusqu’à présent. Vous serez alors des êtres humains qui sont agréables à Dieu, des êtres humains tels qu’ils auraient dû toujours l’être, des êtres humains selon la Volonté de Dieu, parce que vous vivrez ses Lois!

Dès lors, il n’y aura plus rien à critiquer en vous. Vous serez rayonnants et jubilants dans la Création, où que vous soyez, que ce soit sur la terre ou sur un plan quelconque, et vous ne ferez plus rien d’autre du tout que de glorifier Dieu par l’action; car de telles oeuvres sont semblables à un chant de louange vivant et vibrant dans toutes les Lois de cette Création.

C’est là un but si beau, si magnifique, et de plus, si facilement accessible pour vous que, pour cette raison même, je m’efforcepar Mon Message de vous en tracer le chemin.

Vous serez des êtres humains! Des êtres humains d’action vers lesquels tout affluera dans la Création parce que vous vibrerez avec elle dans l’allégresse du plus grand bonheur.

Voilà cequ’est alors l’existence humaine en l’honneur de Dieu! Être heureux dans le sens le plus vrai, telle est bien la plus grande gratitude envers Dieu que vous puissiez Lui offrir. Mais il ne s’agit pas du faux bonheur d’une existence confortable et indolente qui réside dans le repos paresseux. C’est là un stupéfiant pour l’esprit, agissant de façon beaucoup plus nuisible que l’opium pour votre corps.

Or vous atteindrez ce vrai bonheur; car vous en portez le vouloir intense en vous! Et vous devez être le roc pour tous ceux qui veulent se sauver hors du raz-de-marée des passions et des convoitises viles qui se déversent actuellement sur cette humanité terrestre, en tant que les fruits du faux vouloir des êtres humains ayant existé jusqu’ici; ils avaient certes très souvent le nom de Dieu à la bouche, mais ne songeaient jamais sérieusement à obéir à sa Volonté lorsque celle-ci n’était pas aussi simultanément la leur.

Essayez d’accueillir en vous mon vouloir dans le sens exact où je vous le donne et de l’utiliser pour vous de façon correspondante, alors vous aurez saisi le noyau qui est la base profonde de mon Message. Et ce n’est qu’alors que vous pourrez aussi en tirer un véritable profit.

À présent, essayons d’avancer encore d’un pas dans le savoir du tissage dans la Création.

Vraisemblablement vous vous tenez maintenant devant une nouvelle énigme; car il n’en est certainement aucun parmi vous qui tienne pour possible la présence d’une erreur quelconque ou d’une contradiction dans mes explications. C’est pourquoi vous considérez cependant tant de choses encore comme inéclaircies, choses que vous ne pouvez insérer sans équivoque dans une construction logique de vos pensées, ce dont vous avez pourtant besoin pour pouvoir comprendre.

J’ai parlé des grands guides du pur spirituel qui personnifient les vertus, mais j’ai aussi parlé des nombreux médiateurs de l’essentialité qui personnifient ces mêmes vertus. Et ces deux genres, je les ai désignés comme agissant sur les êtres humains selon leurs genres respectifs.

En ceci, il vous manque encore le rapport exact qui peut vous donner une image claire et complète sans modifier ce que vous avez entendu jusqu’ici.

En soi, tout cela se dit en peu de mots, cependant, il est préférable que je cherche à le présenter de façon imagée ainsi qu’il se présente sous ses formes véritables.

Vous savez que, à partir de la Lumière, les radiations se dissocient et se séparent en des sous-genres tout à fait déterminés. Sans cesse, dans chaque plan suivant vers le bas, le refroidissement fait se détacher un nouveau sous-genre, qui se sépare donc et qui, sous la pression plus forte qui existait encore jusqu’à la limite correspondante, ne pouvait se dégager que maintenant et parvenir, par ce refroidissement ultérieur et la diminution de la pression ou du degré de chaleur qui en résulte, à se dégager et se rendre indépendant.

Chaque séparation ou dégagement de cette sorte produit aussi en même temps une nouvelle forme au genre qui vient de se dégager, et cela, sous l’aspect d’une forme essentielle correspondante. C’est un processus qui s’accomplit autoactivement conformément à la Loi de la Création. C’est ainsi que naît, avec ses différentes ramifications, toute une chaîne d’êtres essentiels qui aident, construisent et dont je vous ai parlé!

Et tous sont reliés les uns aux autres, de sorte qu’il est possible de dire: ils se donnent la main.

Cette chaîne entière d’êtres essentiels agit uniquement dans la Volonté de Dieu. Ils sont les personnifications, les nœuds de jonction des rayonnements eux-mêmes qui transmettent et qui, dans leurs genres parfaitement définis, sont toujours les dispensateurs dans la Création, lesquels, agissant de la sorte, traversent toute la Création de leurs rayonnements dirigés vers le bas.

Qu’il soit donc bien remarqué que les êtres essentiels sont les dispensateurs des forces de rayonnement de l’irradiation divine, lesquels, obéissant à la pression ou se maintenant dans la pression venue d’en haut, rayonnent toujours vers le bas!

Le contre-courant, ce sont les êtres spirituels incarnés qui le donnent, eux qui reçoivent de ces radiations, les mettent à profit et les font rayonner  vers le haut!

C’est en cela que réside le cycle des radiations à travers la Création! Au premier abord, vous êtes quelque peu déconcertés et vous imaginez qu’il y a, ici, une contradiction parce que nous avons dit également que les créés-originels dans le pur spirituel rayonnent vers le bas sur tous les esprits humains, et vous croyez maintenant que deux genres de rayonnements parcourent la Création l'un à côté de l’autre en descendant: le rayonnement essentiel et le rayonnement spirituel.

Cela n’est pas faux en soi, car ces deux genres de radiations se tiennent certes l’un à côté de l’autre, mais il y a dans leur action, une différence qui provoque le cycle.

Vous savez que j’ai parlé des irradiations des purs esprits créés-originels. Mais l’effet de ces irradiations est différent de celui provoqué par les êtres essentiels créés-originels. L’irradiation des essentiels est dispensatrice, transmettrice, médiatrice, comme je l’ai souligné.  Mais dès le début de mon Message, j’ai aussi indiqué que les créés-originels dans le pur spirituel, c’est-à-dire les esprits purs, agissent, dans leurs différents genres, sur l’humanité, comme des aimants géants, donc en attirant ou aspirant.

C’est seulement aujourd’hui que je peux compléter l’image, puisqu’il fallait que les autres exposés précèdent et préparent le terrain pour cela, par des explications. En réalité, nous élargissons aujourd’hui uniquement ce qui fut dit jusqu’ici et dont, vraisemblablement, vous ne vous êtes pas fait une image tout à fait exacte lorsque je vous ai parlé d’irradiations, car vous vous représentiez les irradiations agissant toujours uniquement vers le bas.

Or, il y a deux genres d’irradiations aux effets différents. Certes, les irradiations des purs esprits créés-originels vont aussi vers le bas de façon toute naturelle, mais leur effet tend vers le haut de par la force d’attraction, que les essentiels ne possèdent pas, eux qui sont toujours uniquement ceux qui dispensent, c’est-à-dire ceux qui donnent!

Le spirituel appelle à lui par sa faculté d’attraction. Et en fait, si vous y réfléchissez bien, c’est uniquement dans cette activité d’attraction qu’est aussi ancré ce que l’on nomme la libre volonté de la résolution. Encore davantage même, il y réside aussi la répartition absolument juste de la récompense ou du châtiment qui revient sur l’intéressé comme conséquence de sa résolution!

Réfléchissez-y tranquillement et représentez-vous en images ces processus dans tous leurs détails. Vous y verrez soudain la simplicité étonnante de la conformité aux Lois dans la Création, la clarté absolue, et vous y verrez aussi, malgré le libre vouloir de la résolution accordé au spirituel, son assujettissement aux conséquences, assujettissement qui est lié à cette liberté et qui s’effectue dans la même Loi.

Une seule faculté du spirituel produit donc des effets variés de façon si équitable, si logique que vous en serez forcément étonnés si vous le reconnaissez correctement.

Il est, cependant, tout à fait compréhensible que cette faculté d’attraction magnétique du spirituel n’attire jamais, en raison de la Loi d’attraction du genre semblable, que ce qui est voulu par cette faculté de résolution, rien d’autre. Et cela, avec une extrême précision, avec toutes les nuances et les gradations les plus fines du bien comme du mal! Réfléchissez-y bien à fond. Ce n’est pas difficile. Chaque être humain doit pouvoir développer une capacité suffisante de se représenter les choses.

À cette capacité d’attraction du spirituel est adjointe, en tant que contrepoids, la faculté de résolution, qui n’est pas nécessaire à l’essentialité qui dispense toujours, à chaque fois, que selon son genre propre! Naturellement, aussi, le spirituel n’attire  toujours que ce qui correspond à son propre vouloir, parce que chaque vouloir saisit immédiatement l’esprit tout entier, le pénètre ou l’embrase, ce qui déclenche aussi la faculté d’attraction et la fait naître à chaque fois de façon correspondante.

L’esprit ne peut pas se défaire de la faculté d’attraction, car elle lui est propre ou, plus précisément, elle est la propriété ou une partie de son genre. Il ne peut s’en débarrasser. Et, en tant qu’une autre partie du genre spirituel, la faculté de résolution, donc le désir ou le vouloir, lui est adjointe de façon déterminante et il ne peut pas non plus s’en défaire parce qu’elle doit agir de façon secourable; car sans elle, le spirituel attirerait simplement tout ce qui existe en un désordre confus et il pourrait être lourdement chargé.

Mais des fautes de ce genre sont exclues dans la Création du fait de l’équitable Loi de l’attraction du genre semblable qui, dans son action, est comme un grand et incorruptible gardien de l’ordre. Reliez à présent tout cela et laissez-le devenir vivant en images devant vos yeux, et par là vous aurez beaucoup gagné pour votre savoir. Mais il vous faut en faire l’effort et, si c’est nécessaire, vous en occuper à fond pendant des heures et des jours, jusqu’à ce que vous les ayez saisies correctement. Alors, une clef vous sera de nouveau donnée dans la main, une clef qui ouvre de nombreuses portes, sinon toutes les portes dans la Création, en vue de la compréhension!

Ne négligez donc pas cela! Il est important de le faire; car votre noyau le plus intime, votre être véritable, de même que votre origine sont donc aussi spirituels, et c’est pourquoi vous êtes soumis à ces facultés de votre esprit. Ce processus, nous l’avons jusqu’ici désigné comme étant une Loi.

Mais, en réalité, c’est une simple faculté, un élément de l’esprit qui agit de façon autoactive et qui, pour cette raison, apparaît comme étant une Loi!

Rigoureusement considéré, il n’y a pas de Lois à proprement parler dans la Création, mais seulement des facultés qui agissent autoactivement, selon leurs genres respectifs et qui de ce fait, mais uniquement de ce fait, apparaissent comme d’inflexibles Lois!

C’est pourquoi, apprenez à connaître vos propres facultés, de même que celles des autres parties de la Création et vous connaîtrez ainsi les Lois, qui, en réalité, se rassemblent en une Loi unique, et qui n’est multiple que dans ses effets. Dès que vous aurez avancé assez profondément dans vos connaissances, soudainement c’est comme des écailles qui vous tomberont des yeux et vous serez  bouleversés par tant de simplicité!

De ce fait, il n’y aura finalement plus aucune Loi pour vous, dès que le vrai savoir se sera mis en place; par contre, avec le savoir, tout ne sera qu’une sage utilisation de toutes les facultés, et ainsi vous deviendrez alors libres; car cela revient exactement à l’accomplissement de toutes les Lois.

Donc, pénétrez encore une fois toutes ces données par la pensée et cherchez à saisir la grande pulsation de la Création. C’est pourquoi je répète:

L’essentialité rayonne et dispense vers le bas, le pur spirituel rayonne lui aussi vers le bas, mais, au lieu de dispenser, il agit par attraction magnétique!

Et puisque les purs esprits créés-originels, conformément à leur genre, se trouvent à la limite supérieure de la Création et possèdent aussi la plus puissante force d’attraction dans le spirituel, ils agissent comme de gigantesques aimants sur tout ce qui a un genre spirituel, ils le soutiennent et font refluer vers le haut tout ce qui correspond à leur genre, donc en ce cas et dans tous les cas, toujours uniquement le bien qui fut élaboré sur tous les plans, tandis que tout ce qu’ils ont élaboré à leur tour est alors absorbé ou attiré par le divin dont la force d’attraction est naturellement encore plus puissante.

Et, bien entendu, c’est toujours uniquement le bien élaboré qui est attiré vers le haut et, à vrai dire, uniquement les irradiations elles-mêmes que l’on peut certes aussi nommer le résultat de l’activité spirituelle.

À présent, c’est la notion de l’indispensable élaboration qui vous fait défaut. L’élaboration s’accomplit uniquement dans le vouloir de l’esprit, vouloir qui lui est propre, et c’est pourquoi il ne peut pas du  tout faire autrement que vouloir absolument et constamment quelque chose, ne serait-ce même que dans une aspiration intérieure.

Et ce processus ou cette activité, que nous pouvons aussi nommer mouvement du vouloir, attire par son embrasement, les éléments en affinité avec le genre du vouloir à ce moment-là; éléments issus des irradiations dispensées par l’essentialité.

Dans la réunion qui s’établit entre l’irradiation du vouloir spirituel et ce qui est dispensé en affinité avec ce vouloir, par l’essentialité, tous deux sont à nouveau embrasés plus intensément; et cette union, devenue plus étroite encore du fait de cet embrasement, produit une nouvelle irradiation d’une composition différente et aussi plus puissante.

C’est en cela que réside ce que l’on appelle l’élaboration. Et ces irradiations modifiées par une liaison nouvelle sont attirées par le plan supérieur le plus proche et sont ainsi élevées, elles vont donc vers le haut.

Ce processus se répète constamment, de plan en plan, en une marche ascendante, à moins que… par mauvais vouloir ou par tiédeur du spirituel, cette aspiration à s’élever ne se trouve interrompue et coupée, car seul le bon vouloir conduit vers le haut.

La tiédeur est un obstacle, parce qu’elle ne maintient pas le mouvement indispensable. Il s’ensuit alors une stagnation dans la Création entière. Et c’est en cela que l’humanité de la terre a tant péché, péché contre la Création entière, et de ce fait, contre la Volonté de Dieu: contre le Saint-Esprit!

Elle apporta une stagnation dans le cycle, lequel est ramené seulement maintenant à son véritable mouvement et même, intensifié, et il renverse ainsi tout ce qui jusqu’ici s’opposait à lui, en l’entravant.

Ce ne sont donc pas les irradiations du spirituel qui à elles seules même, mènent vers le haut, il faut que vous cherchiez d’abord à rendre cela clair pour vous. Ces irradiations personnelles sont en fait déjà adaptées au plan concerné dans lequel se trouve le spirituel du fait de ses incarnations humaines respectives, et c’est pourquoi ces irradiations sont aussi refroidies de façon correspondante et devraient constamment demeurer sur le même plan si l’insistant vouloir du spirituel n’attirait pas les dons ou irradiations de l’essentialité et s’il ne les élaborait ainsi simultanément.

Tout cela aussi s’accomplit autoactivement. Il se produit une liaison de radiations correspondante qui, dans le mouvement spirituel du vouloir, reçoit un degré de chaleur plus intense et donne ainsi la possibilité de jonction à l’attraction venue des plans supérieurs, jonction qui s’effectue aussitôt.

Le cycle des radiations, vous pouvez vous le représenter à peu près de la même façon que la circulation du sang dans le corps humain, laquelle donne en effet une image approximative du processus dans la Création.

Le mouvement des radiations dans la Création est donc tout simple et pourtant nettement déterminé: l’essentialité rayonne uniquement vers le bas et n’est toujours que dispensatrice, elle donne. Le spirituel irradie aussi de lui-même vers le bas, mais agit cependant en aspirant vers le haut, selon la description que je viens de vous donner.

Cela ne concerne évidemment que les radiations en elles-mêmes, non pas les esprits devenus personnels, les esprits humains. Ceux-ci trouvent leur chemin vers le haut ou vers le bas, dans ou par la Loi de la pesanteur, qui en réalité, est étroitement reliée avec la Loi de l’attraction du genre semblable, et ces deux Lois agissent pour ainsi dire comme Loi unique.

Si l’aspiration d’un esprit humain, donc le vouloir et le désir, vont vers le haut, les irradiations élaborées par lui et qui sont constamment attirées vers le haut, forment pour lui le chemin, la route vers le haut sur laquelle, de façon tout à fait conforme aux Lois, il chemine vers les hauteurs. Ce faisant, il attire aussi les radiations émises par l’essentialité, situées toujours de plus en plus haut et qui l’aident à monter comme des cordes ou des fils; car grâce à l’élaboration de ses radiations, sa forme spirituelle elle-même obtient de plus en plus de chaleur, ce qui lui permet de s’élever, de devenir constamment plus lumineuse et plus légère, plus embrasée.

Malgré l’étroite interrelation de tous ces processus, il existe encore d’innombrables processus secondaires particuliers qui, par voie de conséquence, demeurent conditionnés entre eux, l’un étant la conséquence de l’autre, et sont entrelacés.

Or, si à ce sujet je ne veux pas vous rendre la compréhension plus difficile, je ne dois pas encore toucher les processus secondaires. Mais ce que j’ai dit aujourd’hui suffit déjà pour vous offrir un appui solide pour continuer à avancer et pour faire des recherches personnelles ultérieures.

L’essentialité est donc toujours et uniquement ce qui dispense dans la Volonté de Dieu, tandis que tout le spirituel, du fait de sa faculté d’attraction incluse dans son vouloir, demeure à vrai dire, celui qui sans cesse exige et prend.

Comme je l’ai déjà dit, l’être humain, étant spirituel, demeure l’hôte qui, toujours, prend place à la table de la Création déjà servie par les soins des êtres essentiels. Mais il prend, malheureusement, en exigeant obstinément, au lieu de remercier joyeusement, avec le regard levé vers celui qui lui offre tout cela. Et c’est en cela qu’il lui faut maintenant changer, sinon, il sera chassé de la table du Seigneur, table que forme la Création; chassé par un plus fort que lui, qui à présent, s’est installé à cette table, la Volonté de Dieu elle-même, que tous les êtres essentiels servent en jubilant.

Je veux ici effleurer encore un point qui, dans la conférence «Femme et homme», pourrait susciter chez certains d’entre vous maintes pensées qui ne sont pas justes. Dans les récits de la création des différents peuples, il est souvent mentionné que l’homme et la femme sont nés en même temps. Dans d’autres, toutefois, il est dit aussi que l’homme naquit le premier.

Même si les représentations données simplement en images à ce sujet ne peuvent absolument pas être prises ici en considération, puisqu’elles furent données en fonction du degré d’évolution des peuples particuliers et des époques particulières, et qu’ici par contre, nous traitons du véritable savoir de la Création rigoureusement conforme aux Lois, vous ne trouverez, cependant, là non plus, aucune contradiction; car à travers les processus conformes aux Lois qui vous furent décrits jusqu’ici, vous savez qu’il fallait naturellement que ce qui est purement masculin, plus dense, ce qui est positif, se sépare de l’essentialité ou s’en détache, avant que ce qui est purement féminin puisse  demeurer!

À ce propos, il serait donc possible de dépeindre l’homme comme étant né le premier, tandis qu’avec le même droit on peut dire que tous les deux sont nés simultanément. Les deux sortes de descriptions imagées de jadis du grand événement véritable et objectif peuvent être considérées comme dépeintes de façon juste; car, en effet, l’élément spirituel-féminin plus fin ou la femme spirituelle ne peut naître à son tour que lorsque l’élément spirituel-masculin plus dense s’est séparé de l’essentialité, autrement ce n’est pas possible.

C’est donc, considéré sous tous les aspects, exprimé correctement malgré la diversité des images dans les retransmissions de jadis; car les descriptions des processus de la Création ne concernent certes pas le devenir dans la matière la plus dense, mais le commencement de la Création en général, et celui-ci se situa dans le royaume du pur spirituel, au sommet le plus élevé de la Création qui, de là, continua ensuite à se développer en poursuivant sa descente vers le bas.

Il en va de ces descriptions comme de tout ce que font les êtres humains de la terre, et il n’en fut pas non plus différent en ce qui concerne la description des événements ayant trait à Parzival et au Château Fort du Graal; il est offert à certains êtres humains spirituellement recueillis des inspirations qu’ils ne peuvent pas reconnaître clairement et qui, au moment de leur transmission, se trouvent pour cette raison déjà déformées, puis ils les compriment simplement dans leurs entourages respectifs ainsi que dans les événements, les us et coutumes terrestres qu’ils connaissent, et de plus, l’intellect ne manque pas d’apporter également sa contribution qui n’est pas la moindre. Qu’une telle façon de faire concernant des choses que l’intellect terrestre n’est pas du tout capable de saisir ne puisse précisément agir de façon promotrice et clarifiante, mais doive agir de façon déformante, je n’ai certes pas besoin de le souligner spécialement.

Et c’est ainsi que toutes les descriptions de ce genre ne naquirent toujours que par des transmissions plus ou moins déformées, mais auxquelles vous, en qualité d’initiés, ne devez jamais vous cramponner trop fermement. Sinon, bientôt, vous resterez en arrière avec ce qui est déformé, et devrez finalement disparaître avec lui, puisqu’il faut, pour le Royaume de Mille ans, que tout ce qui veut continuer à subsister soit redressé.

Les anciennes descriptions qui en soit ont certainement grand besoin maintenant d’une présentation plus précise pour les temps nouveaux, n’opposent aucune contradiction non plus au fait que l’élément féminin forme et demeure toujours le pont vers le degré immédiatement supérieur dans la Création, et qu’il est, en tant que partie passive, dispensateur et le plus fort, conditionné et rendu apte à cela, par son genre particulier qui conserve et porte encore en lui une partie de l’essentialité du plan supérieur le plus proche.

Mais puisque l’essentialité n’est toujours que celle qui dispense et non celle qui attire, elle n’a donc pas pu, malgré son genre plus supérieur, empêcher l’effondrement du vouloir de la femme de la terre. L’essentialité n’est, en effet, toujours prêt à donner que là où il y a demande.

À présent, efforcez-vous de saisir mon Message de façon juste et d’agir en conséquence.

Je n’ai pas l’intention de tout vous rendre commode en l’épluchant jusqu’au plus petit détail; car vous devez aussi vous mouvoir vous-mêmes et il vous faut donner pour cela ce qui réside dans les limites de vos forces.

Les limites de tout ce qui est possible aux esprits humains de la terre pour penser, ressentir intuitivement et faire, je les connais très exactement, mieux encore que vous-mêmes, et j’attends des lecteurs et des auditeurs de mon Message et de mes explications, s’ils veulent réellement me suivre, le maximum de ce que l’être humain de la Création postérieure est capable d’accomplir; car c’est ce qui est juste et profitable pour vous selon la Volonté de Dieu, qui exige le mouvement et la participation aux vibrations dans le cycle de toutes les  radiations qui sillonnent la Création.

C’est pourquoi, prenez votre essor! Tout ce qu’il vous est possible d’accueillir dans les limites de votre compréhension, vous devez le faire. Je vous laisse entièrement faire ce travail et ne vous donne à cet effet que la direction, je construis les fondations sur lesquelles vous devez et pouvez maintenant continuer à construire.

Cependant, si vous voulez négliger par paresse le travail personnel et vous contenter seulement d’accueillir en vous le sens du Message sans l’utiliser judicieusement pour continuer à construire, alors vous ne retirerez aucun profit de la Parole; car, de ce fait, la véritable valeur vous demeurera nécessairement fermée, tel un Livre aux sept Sceaux.

Ce n’est que par votre propre mouvement que le Message s’ouvrira à vous et qu’il répandra sur vous sa riche bénédiction. Devenez donc actifs en esprit! Je vous en donne l’impulsion par ma Parole!

Ce n’est pas comme un valet que je me tiens parmi vous, vous, êtres humains; un valet qui veut prendre en charge votre travail afin que vous puissiez vous reposer, au contraire, je vous montre le chemin que vous avez à prendre dès l’instant où vous voulez devenir heureux, et je vous conduis!

Résonances du Message du Graal de Abdrushin


Livre contenant

[Message du Graal de Abdrushin]  [Résonances du Message du Graal] 

contact